Monde : Simulation de l’Université de Princeton, voici à quoi ressemblerait une guerre nucléaire entre l’OTAN et la Russie.


Simulation de l’Université de Princeton, voici à quoi ressemblerait une guerre nucléaire entre l’OTAN et la Russie.

Nous voyons très bien maintenant que l’OTAN cherche à tous pris la confrontation avec la Russie au travers des demandes incessante du DS des États-Unis, et surtout à ce que la chair Humaine soit Européenne et en aucun cas Américaine. Alors, nous leur demandons qu’avez-vous tant à protéger en Ukraine ?? Sachant que 3/4 des Américains ne savent même pas situer l’Ukraine sur une carte !! Le président du sous-sol J. Biden entraîne tout un pays dans une escalade complètement folle et démesurée au regard de la situation, c’est pourquoi l’Université de Princeton en a fait une simulation complète, gageons que le peuple américain saura se retourner à temps contre ce dingue sénile piloté par le DS et essentiellement par OBAMA le satanique pour qui les guerres de masse sont ses rituels obsessionnels, sinon la FIN DU MONDE s’avère très dur.

Publié le 30.4.2022


Simulation de l’Université de Princeton

Voici à quoi ressemblerait une guerre nucléaire entre l’OTAN et la Russie, des dizaines de millions de personnes qui disparaitraient en quelques instants…

L’objectif de cette guerre n’est pas seulement la dédollarisation de l’économie, mais la mise en place du communisme mondial avec l’établissement d’une monnaie numérique. Cela n’était de toute façon pas possible pour les États-Unis de dire « nous voici avec le dollar et maintenant nous allons supprimer le cash pour qu’il n’y ait plus que la monnaie numérique ». Il fallait donc que les principaux acteurs de la 2nde guerre mondiale reprennent là où ils s’étaient arrêtés, avec l’objectif de convaincre un maximum de la population mondiale de basculer d’ici peu de temps vers l’une ou l’autre monnaie pour qu’à la fin il n’en reste plus qu’une et que tout le monde se retrouve esclave.

Alors ceux qui nous défendent Poutine contre la méchante impérialiste américaine, c’est quand même nous prendre pour des gogos. Il n’y a pas de bons dans cette affaire, car aucun des deux ne vise à remettre le Christ-Roi des cœurs et Roi du monde. On n’a pas vu l’enseignement des Évangiles ni la réévangélisation des territoires africains depuis que la Russie nous y remplace, comme au Mali, en Centrafrique, etc.

Seule l’Évangélisation des peuples peut les aider à arrêter de courir après leurs envies les plus égoïstes. Or, les Évangiles sont cachés et lorsque le sel s’affadit, il n’est plus bon qu’à être foulé aux pieds…

Cette simulation n’indique pas la cause du déclenchement de ce conflit hypothétique, mais fait tout de même de la Russie le premier utilisateur de l’arme nucléaire, et celui qui y recourt le plus.

Cela n’est pas cohérent avec l’histoire et l’actualité récente (les États-Unis sont le seul pays à avoir utilisé l’arme nucléaire, contre des cibles purement civiles de surcroît, et fomentent des guerres, massacres & provocations partout dans le monde depuis des décennies, en particulier autour de la Russie), ni avec la Doctrine nucléaire de la Russie, qui stipule que « La Fédération de Russie se réserve le droit d’utiliser des armes nucléaires en réponse à l’utilisation d’armes nucléaires et d’autres types d’armes de destruction massive contre elle et / ou ses alliés, ainsi qu’en cas d’agression contre la Fédération de Russie avec l’utilisation d’armes classiques lorsque l’existence même de l’État est menacée. »

Mais elle a le mérite d’attirer l’attention sur le danger nucléaire qui pèse sur l’humanité en général, et tout particulièrement sur l’Europe, ce risque mortel étant trop souvent occulté par le pseudo-risque climatique qui ne mange pas de pain pour nos gouvernants.

Pourtant, s’il est complexe de lutter contre le changement climatique, il serait très simple de préserver notre pays d’un holocauste nucléaire : il suffirait de quitter l’OTAN, comme l’avait fait De Gaulle !

Mais c’est impensable pour nos gouvernants, qui sont vassalisés au point de sacrifier leurs propres populations en théorie et même en pratique, comme le prouve la gestion de la pandémie, le rejet continu du vaccin russe pour complaire à Washington et à Big Pharma, etc.

Le fait que la France semble relativement épargnée dans cette simulation ne doit pas nous tromper : Londres et Paris, laquais de l’OTAN les plus hargneux et les plus russophobes, seront certainement les plus touchés en Europe de l’Ouest. Lire la suite très intéressante sur le cri des peuples ici.