France : Dans une tribune accordée au Figaro intitulé « Ma France », E. Macron a déclaré « Est français celui pour qui la liberté est un idéal indépassable », dixit celui qui a fait subir aux Français deux ans de mesures liberticides et poursuivi Michel-Ange Fiori pour des caricatures.


Dans une tribune accordée au Figaro intitulé « Ma France », E. Macron a déclaré « Est français celui pour qui la liberté est un idéal indépassable », dixit celui qui a fait subir aux Français deux ans de mesures liberticides et poursuivi Michel-Ange Fiori pour des caricatures.

Publié le 20.4.2022


Dans une tribune accordée au Figaro, Emmanuel Macron déclare : « Est français celui pour qui la liberté est un idéal indépassable. Liberté du citoyen qui, fondée sur la raison, s’inscrit dans un contrat social. Liberté de conscience que garantit notre laïcité, liberté d’expression jusqu’à la liberté de caricature… »

Dixit celui qui a fait subir aux Français deux ans de mesures liberticides et poursuivit Michel-Ange Fiori pour des caricatures. Le psychopathe satanique en marche… Complètement Schizophrène et malade mental, pour trouver plus dingue, il faut vraiment se lever de bonne heure ou traverser la route… Nous pensons maintenant que son corps est dissocié en plusieurs morceaux, la tête pense satanisme, la Bouche parle en mensonge et le corps sert à se mouvoir pour la communication d’acteur, et comme disait Gérard Lanvin dans sa chanson « Entre le dire et le faire au milieu, il y a la mer« .


Emmanuel Macron: «Ma France»

Publié le 19.4.2022 Par Emmanuel Macron

TRIBUNE :

« Jamais je ne me sens plus français que lors des MarseillaiseMarseillaise des joies, 14 Juillet, événements sportifs ; Marseillaise des mémoires, 8 Mai, 11 Novembre ; Marseillaise militantes en ces temps de campagne électorale: toutes comptent. Mais certaines marquent plus intensément encore ».

Ainsi des couplets entonnés dans la cour des Invalides lors des hommages rendus au colonel Arnaud Beltrame, aux premiers maîtres Cédric de Pierrepont et Alain Bertoncello, aux treize soldats tombés au Mali en novembre 2019. Ainsi des notes poignantes – des cris – jouées dans la cour de la Sorbonne en souvenir du professeur Samuel Paty. Ainsi de l’interprétation hors du temps de notre hymne que j’ai vécue à l’été 2021 dans l’archipel des Marquises, des vibrations de l’île d’Hiva Oa à l’été 2021. Comme si, clamés si loin de Paris, au milieu du Pacifique, les mots de Rouget de Lisle résonnaient plus fort encore.

On peut en effet habiter à 15.000 kilomètres de notre capitale, à mille lieues des chemins… La suite sur le Figaro