Ukraine : À propos de l’Ukraine, vous voulez savoir le véritable problème ? « Le film d’Arte qui montre que l’Ukraine est une plaque tournante du trafic international d’enfants ».


À propos de l’Ukraine, vous voulez savoir le véritable problème ? Et ci c’est une chaine d’infos bien installée qui vous l’explique, cela vous sera-t-il plus crédible ??

Publié le 24.3.2022


OUI et c’est ARTE sur un documentaire choc de la chaine Arte réalisé en 2019 qui va encore plus loin. Regardez, à partir de 30:15 vous allez comprendre que l’Ukraine est une plaque tournante du trafic international d’enfants – 10% viennent d’Ukraine – et national, il est clairement dit dans ce film que des adolescents ukrainiens sont vendus à des hommes politiques ukrainiens de haut vol. Oui, oui, vous avez bien lu. ARTE.

Média européen public responsable, ARTE s’engage sur des thématiques chères aux citoyens et citoyennes d’Europe : la lutte contre les inégalités, qu’elles soient sociales, culturelles, économiques, géographiques, liées au genre ou au handicap, ainsi que le développement durable.

Le film d’Arte qui montre que l’Ukraine est une plaque tournante du trafic international d’enfants

Le trafic d’enfants est un marché lucratif qui, avec les drogues et les armes, représente l’une des activités les plus prisées des réseaux criminels en Europe. Pour la plupart originaires d’Europe de l’Est ou d’Afrique, mais parfois également de France ou d’Allemagne, filles et garçons sont vendus comme esclaves domestiques ou sexuels, ou encore mis à la rue pour mendier ou faire les poches des passants. Mais d’où vient la demande ? Qui sont les trafiquants ? Comment les réseaux s’organisent-ils, et pourquoi ce sujet reste-t-il relativement tabou dans les prises de parole politiques ?


Pourquoi personne ne parle de la traite des enfants en Ukraine ?

Par Rrose Sélavy

Les gouvernements, les groupes confessionnels et les églises, les agences d’aide et les touristes bénévoles, qui donnent de l’argent et des biens aux orphelinats ou construisent et rénovent des foyers pour enfants et d’autres institutions, peuvent financer par inadvertance la traite des êtres humains.

Les enfants pauvres et handicapés, enfermés et hors de vue des familles et de leurs communautés, sont les cibles privilégiées des trafiquants et des pédophiles. Et le personnel infâme est souvent le bénéficiaire de transactions perverses où les enfants captifs sont la marchandise.

Mon organisation, Disability Rights International (DRI), a récemment publié un rapport – « No Way Home: The Exploitation and Abuse of Children in Ukraine’s Orphanages » – à la suite d’une enquête de trois ans sur le sort des enfants vivant en institution.

Disability Rights International (DRI) a constaté que les enfants risquaient d’être victimes de traite à des fins sexuelles, de travail, de pornographie et d’organes dans un pays qui est une plaque tournante connue de la traite des êtres humains.

Quelque 82 000 enfants vivraient dans ces établissements, bien que personne ne semble le savoir avec certitude. Certains militants ukrainiens évaluent le nombre plus près de 200 000.

Le rapport sur la traite des personnes (TIP) du département d’État américain de 2014 indiquait que « les enfants dans les orphelinats et les centres de crise continuent d’être particulièrement vulnérables à la traite en Ukraine ».

À l’intérieur des orphelinats, DRI a constaté que la violence sexuelle endémique, les abus et les viols étaient monnaie courante. Les enfants sont souvent recrutés directement dans les orphelinats pour le sexe et le travail selon les organisations anti-traite en Ukraine.

« Il y a d’énormes abus sexuels dans les orphelinats… C’est donc un facteur incitatif qui pousse les enfants à s’impliquer dans l’exploitation sexuelle, avant même qu’ils ne grandissent. Ils sont déjà habitués aux abus sexuels », a déclaré un expert ukrainien de la lutte contre la traite des enfants.

Les producteurs de pédopornographie se rendent directement dans les orphelinats pour rechercher leurs proies. Et les enfants handicapés institutionnalisés sont particulièrement susceptibles de faire l’objet d’un trafic pour leurs organes. La grand-mère d’un nouveau-né atteint du syndrome de Down s’est fait dire par des médecins qu’ils pouvaient vendre le bébé pour des organes et gagner de l’argent.

Maria – qui a grandi dans un orphelinat à Odessa – a fui à l’âge de 15 ans, alors qu’elle craignait pour sa vie.

« Les enfants allaient dans les bois derrière le bâtiment et disparaissaient », a-t-elle déclaré à DRI. « Chaque année, 10 à 12 enfants disparaissent. Nous pensions qu’il s’agissait de violeurs et d’assassins. Certains enfants ont été retrouvés morts mais rien n’a été fait. Le personnel n’a jamais demandé ‘pourquoi’? »

Dans l’orphelinat notoire numéro cinq, un « sauna/salon de massage » était installé dans le sous-sol de l’établissement où les enfants étaient achetés et vendus pour le sexe. L’opération a été fermée en 2012 mais l’orphelinat reste ouvert, de nombreuses victimes y vivant toujours.

Condamnés à une vie d’isolement et de négligence, les enfants handicapés sont transférés vers l’âge de 16 ans dans des établissements psychiatriques pour adultes ou des maisons de repos, où ils resteront jusqu’à leur mort. Mais ceux qui ont peu ou pas de handicap « obtiennent leur diplôme » et sont mal équipés pour faire face à la vie par eux-mêmes. Ils sont particulièrement vulnérables à la traite dès la sortie de la rue et il y a souvent des trafiquants qui les attendent devant les portes de l’orphelinat lorsqu’ils partent.

DRI a interrogé d’anciens résidents d’orphelinats, dont beaucoup vivent dans la rue et dans les égouts à Odessa et à Kiev. Ils ont parlé des violences sexuelles et physiques, des passages à tabac et du travail forcé auxquels ils ont été soumis alors qu’ils vivaient dans des orphelinats.

« J’ai été violée, puis j’ai violé d’autres garçons plus jeunes. Je ne veux pas en parler », a déclaré un diplômé orphelin.

« Mon amie à l’orphelinat a été violée, mais la police n’est jamais venue. Je rencontre de nombreux orphelins dans la rue qui se sont échappés des orphelinats parce que le personnel leur fait peur », a déclaré un autre.

Les diplômés orphelins se sont plaints d’avoir à travailler dans les champs, jusqu’à 12 heures par jour, dans des fermes appartenant à des orphelinats. Certains ont dit qu’ils étaient battus s’ils refusaient de faire le travail assigné et d’autres étaient renvoyés chez eux avec du personnel pour cuisiner et nettoyer chez eux, le tout sans salaire.

Le flux de revenus généré par les orphelins isolés s’étend même au soi-disant tourisme volontaire et aux vacances pour orphelins – des programmes hautement suspects et non réglementés par lesquels des occidentaux bien intentionnés paient pour faire du bénévolat dans des orphelinats pendant quelques semaines ou emmènent un enfant chez eux pour des vacances de l’orphelinat.

Un accès sans entrave à des enfants déjà émotionnellement fragiles les expose davantage aux trafiquants et aux pédophiles. DRI a interrogé une famille américaine qui a payé 2 900 $ pour héberger deux jeunes orphelines ukrainiennes, sans aucune visite à domicile ni vérification des antécédents.

Il existe une myriade de recherches en sciences sociales et sur les droits de l’enfant documentant les nombreux dangers et conséquences d’élever des enfants dans des orphelinats et des institutions à travers le monde. Et la traite des enfants vivant dans des orphelinats n’est pas seulement un problème ukrainien, mais mondial.

Aucun donateur n’aiderait intentionnellement à soutenir un crime aussi odieux. Mais jusqu’à ce que le flux d’argent soit détourné pour aider les familles vulnérables – plutôt que de financer des orphelinats – c’est exactement ce qui est fait.

Source : HuffPost