NZ : Selon les responsables néo-zélandais, un homme de 26 ans est mort du vaccin de Pfizer.


Selon les responsables néo-zélandais, un homme de 26 ans est mort du vaccin de Pfizer.

Publié le 22.12.2021 par Jack Phillips


Une infirmière reçoit une dose du vaccin Pfizer Covid-19 avant de l'administrer à un étudiant lors d'une clinique de vaccination mobile sur le campus de la California State University Long Beach, en Californie, le 11 août 2021. (Patrick T. Fallon/AFP via Getty Images)
Une infirmière reçoit une dose du vaccin Pfizer Covid-19 avant de l’administrer à un étudiant lors d’une clinique de vaccination mobile sur le campus de la California State University Long Beach, en Californie, le 11 août 2021. (Patrick T. Fallon/AFP via Getty Images)

Les autorités néo-zélandaises ont établi cette semaine le lien entre le décès d’un homme de 26 ans et le vaccin Covid-19 de Pfizer, affirmant que l’individu a souffert d’une myocardite, un type d’inflammation du muscle cardiaque, après avoir reçu la première dose.

« Avec les informations actuellement disponibles, le conseil a considéré que la myocardite était probablement due à la vaccination chez cette personne », peut-on lire dans un communiqué d’un comité indépendant de surveillance de la sécurité du vaccin Covid-19. Ce dernier « exprime ses plus profondes sympathies à la famille, au whānau et aux amis des personnes concernées ». Whānau est un mot de la langue maori désignant la famille élargie.

Ce décès est le deuxième en Nouvelle-Zélande lié au vaccin Pfizer. En août, les autorités sanitaires ont déclaré qu’une femme était décédée après avoir pris deux doses du vaccin à ARNm.

L’homme, dont on n’a pas révélé l’identifié, est mort deux semaines après avoir pris sa première dose. Il n’avait pas cherché à obtenir un traitement ou des conseils médicaux pour ses symptômes, ont déclaré les autorités.

L’organisme néo-zélandais chargé de la sécurité des vaccins a signalé que deux autres personnes, dont un enfant de 13 ans, sont mortes d’une possible myocardite après avoir reçu leurs vaccins. Selon cette instance, plus de détails sont nécessaires avant d’établir un lien entre le décès de l’enfant et le vaccin. Tandis que l’autre décès – celui d’un homme d’une soixantaine d’années – n’est probablement pas lié à l’injection de Pfizer.

« Les avantages de la vaccination avec le vaccin Pfizer contre le Covid-19 continuent de l’emporter largement sur le risque d’effets secondaires aussi rares », indique la déclaration du comité de surveillance. Il est même précisé que le Covid-19 lui-même peut provoquer une myocardite et d’autres effets secondaires graves.

Selon les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC), dans une mise à jour sur les vaccins le mois dernier, l’agence considère que les cas de myocardite sont rares et surviennent le plus souvent après la deuxième dose. Des douleurs thoraciques, un essoufflement et une sensation de battement de cœur en sont les symptômes.

« Les risques connus de la maladie Covid-19 et de ses complications connexes, qui peuvent être graves, comme des problèmes de santé à long terme, une hospitalisation et même la mort, l’emportent de loin sur les risques potentiels d’une réaction indésirable rare à la vaccination, y compris le risque possible de myocardite », ont précisé les CDC.

Pfizer a été contacté pour une demande des commentaires.

Un porte-parole de Pfizer a déclaré à CNBC que le géant pharmaceutique était au courant de ce décès et qu’il surveillait tous les rapports d’effets indésirables possibles. Le porte-parole a déclaré que Pfizer pense que le vaccin présente plus de bénéfices que de risques.

Au début du mois, une agence fédérale chargée des indemnisations, le Programme d’indemnisation des victimes, a confirmé le paiement de l’une des 4 751 demandes d’indemnisation pour des blessures ou des décès résultant des mesures anti-Covid. Il peut s’agir de vaccins, de médicaments ou de dispositifs médicaux.

« Une demande d’indemnisation au titre du programme Covid-19 a été jugée recevable et est en attente d’un examen des dépenses admissibles », a déclaré le Programme d’indemnisation des victimes des mesures anti-Covid dans un bref communiqué. Aucun détail supplémentaire n’a été fourni.

Entre-temps, 10 000 Australiens environ ont fait savoir qu’ils allaient déposer des demandes d’indemnisation concernant le vaccin contre la Covid-19, alléguant des blessures ou des pertes de revenus.

Source