RDC : Le juge lubakat Benoit Lwamba Bindu Bya Maganga ancien Président démissionnaire de la Cour Constitutionnelle se repent et fait des révélations accablantes qui nécessitent l’ouverture des informations judiciaires.


République Démocratique du Congo

De Bruxelles où il se trouve le juriste et juge lubakat Benoit Lwamba Bindu Bya Maganga ancien Président démissionnaire de la Cour Constitutionnelle de la République Démocratique du Congo se repent et fait des révélations accablantes qui nécessitent l’ouverture des informations judiciaires à l’encontre des dirigeants du régime criminel de l’afdl au Congo et de leur autorité morale le dénommé Joseph Kabila né Hypolite Kanambe Kazemberere :

Publié le 1.12.2021


Pourquoi j’ai démissionné de la Cour Constitutionnelle ?

1. « La Guerre entre le Président entrant Félix Antoine Tshisekedi et le Président sortant Joseph Kabila aurait pris des proportions très inquiétantes » souligne Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga en guise d’introduction à ses révélations.

Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga a démissionné par refus de servir servilement les causes injustes du F.C.C ! »

Je suis déjà un vieux papa, je ne veux pas quitter cette terre sachant que j’ai trahi mon pays, juste pour les intérêts du F.C.C,  » a-t-il déclaré les mâchoires serrées sur un regard de repentance la voix tremblante.

Les dirigeants du régimecriminel de l’afdl au Congo devenu F.C.C avait cousu deux plans pour en finir avec SEM Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l’État qu’il juge désormais très dangereux.

Le Premier Coup était de neutraliser SEM Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l’État par une voie militaire. Les metteurs en scène étaient le truculent Kalev Mutond, le Général Delphin Kahimbi Dahimbi et le pseudo Général d’opérette John Numbi.

N’ayant pas trouvé gain de cause dans ce plan macabre et loufoque, les dirigeants du régime criminel de l’Afdl au Congo étaient passés à la vitesse supérieure pour destituer SEM Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l’État en douceur à travers la voie judiciaire en utilisant la Cour Constitutionnelle. Pour y arriver, Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga était la pièce maîtresse.

Plan macabre des dirigeants du régime criminel de l’afdl au Congo qui a été déjoué « In extremis » :

Deux jours après la déclaration de l’État d’urgence sanitaire par SEM Félix Antoine Tshisekedi, Chef de l’État le 24 mars 2020, un ordre serait venu de l’autorité morale du régime criminel de l’afdl au Congo en lieu-dit Kingakati pour que durant un congrès qui devrait réunir le Parlement National convoqué notamment par Alexis Tambwe Mwamba, Président du sénat et Jeanine Mabunda Lioko Mudiayi, Présidente de l’Assemblée Nationale conformément à l’article 166 de la Constitution, SEM Félix Antoine Tshisekedi devrait être destitué pour violation de l’article 165 de la Constitution de la République Démocratique du Congo et le Président de la Cour Constitutionnelle Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga devrait jouer un rôle central dans l’accomplissement de cette cabale.

Aux grandes dames des dirigeants du régime criminel de l’afdl au Congo, Sirur Benoit Lwamba Bindu Bya Maganga n’avait pas pu jouer le rôle qui lui était imparti.

Plusieurs membres très influents du F.C.C s’empressaient à faire des pressions insupportables sur le Juge Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga afin d’exécuter la destitution du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi jusqu’à le menacer ouvertement de mort s’il n’exécutait cette basse besogne. Et pourtant, l’homme n’a pas bougé d’un seul instant.

« … La pression était devenue insupportable pour moi, je ne veux pas mourir à l’instar du feu Général Delphin Kahimbi soupire Sieur Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga ».

C’est ainsi qu’il choisit dans la discrétion la plus totale de se mettre sous la protection de SEM Félix Antoine Tshisekedi !

« Monsieur le Président, acceptez ma démission et trouvez-moi un pays en Europe,  » tel était le desiderata de Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga adressé au Président de la République Félix Antoine Tshisekedi lors de leur entretien en tête-à-tête daté du 26 juin 2020.

Par ailleurs, le Président de la Cour Constitutionnelle Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga confirme sans l’ombre d’aucun doute ceci :

« SEM Félix Antoine Tshisekedi avait gagné les élections présidentielles de 2018, alors que Kalev Mutond, Administrateur Général de l’A.N.R et des Gouverneurs avaient jeté presque tous les billets de vote pour effacer les traces, afin de tromper le peuple congolais que ce dernier n’a jamais gagné les élections ».

« Monsieur Corneille NANGA, poursuit Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga, connaît très bien de quoi je parle. J’ai avec moi toutes les preuves, a-t-il conclu ses dénonciations qui revettent le caractère d’une mise en accusation publique des dirigeants du régime criminel de l’afdl au Congo et de leur autorité morale le dénommé Joseph Kabila né Hypolite Kanambe Kazemberere !

Il faudrait absolument que l’administration de la justice de la République Démocratique du Congo ouvre des informations judiciaires pour entendre toutes les personnes qui viennent d’être mises en cause par le Juge Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga.

Pour Benoît Lwamba Bindu Bya Maganga, la République Démocratique du Congo est sur une bonne voix de la démocratie avec ses 3 cycles d’élections démocratiques.Il se félicite d’avoir joué un rôle prépondérant dans la matérialisation de celles-ci malgré quelques imperfections qui caractérisèrent lesdites élections !

Maintenant le vieux juge des 75 ans d’âge peut mieux se reposer en toute sécurité dans une petite villa dans la banlieue de Bruxelles d’après ses vœux et surtout, écrire ses mémoires tranquillement.