USA : John Kerry s’amuse de l’utilisation d’esclaves chinois pour construire des panneaux solaires « Not my lane ».


John Kerry s’amuse de l’utilisation d’esclaves chinois pour construire des panneaux solaires « Not my lane ».

Publié le 12.11.2021


La plupart des gens seraient consternés de savoir que des produits dont ils se servent ont été fabriqués par des esclaves dans des camps de travail. John Kerry trouve cela amusant. Lors de la récente conférence des Nations unies sur le changement climatique, un panéliste a interrogé l’envoyé de Joe Biden pour le climat et le candidat démocrate à la présidentielle de 2004, John Kerry, sur l’utilisation du travail des esclaves chinois pour construire des panneaux solaires. Au lieu de répondre aux préoccupations de l’intervenant, il s’est contenté de rire et de dire que cette question n’était « pas de mon ressort ».

L’administration Biden a longtemps été accusée d’être laxiste à l’égard du génocide ouïghour en cours en Chine. Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il pensait du génocide en février lors d’une réunion publique sur CNN, il a répondu : « Culturellement, il y a des normes différentes que chaque pays et ses dirigeants sont censés suivre », au lieu de condamner le génocide purement et simplement.

La Chine a été accusée par des groupes de défense des droits de l’homme et du travail de recourir à la coercition pour construire des panneaux solaires.

Selon un rapport de l’université britannique de Sheffield Hallam, « des preuves significatives provenant en grande partie de sources gouvernementales et d’entreprises révèlent que les transferts de main-d’œuvre sont déployés dans la région ouïghoure dans un environnement de coercition sans précédent, sous-tendu par la menace constante de rééducation et d’internement ». La région chinoise du Xinjiang produit 45 % du polysilicium mondial, le composant le plus important de la production de panneaux solaires.

L’une des raisons pour lesquelles Kerry fait preuve d’un tel mépris à l’égard du recours à l’esclavage en Chine est peut-être qu’il a un intérêt financier dans ce pays. Le Free Beacon a rapporté en octobre de cette année que Kerry détient une participation d’un million de dollars dans Hillhouse China Value Fund L.P., une société d’investissement qui détient des parts dans des sociétés énergétiques chinoises accusées d’utiliser le travail forcé des Ouïghours.