Toulon : les infirmiers dénoncent l’augmentation des verbalisations lors des visites à domicile.


Toulon : les infirmiers dénoncent l’augmentation des verbalisations lors des visites à domicile

Publié le 26.9.2021 par Emmanuelle Bourdy


Illustration  (KENZO TRIBOUILLARD/AFP via Getty Images)
Illustration (KENZO TRIBOUILLARD/AFP via Getty Images)

Les infirmiers libéraux, qui jusque-là avaient joui d’une certaine compréhension de la part des forces de l’ordre dans les rues de Toulon (Var), connaissent une recrudescence de verbalisations. Une situation qui pourrait bien les amener à choisir leurs patients en fonction du stationnement. Ils se sont fédérés en ligne ce 22 septembre dernier.  

Environ 300 infirmiers libéraux, essentiellement de Toulon Est, se sont regroupés en ligne ce mardi 22 septembre 2021 pour faire entendre leur colère, ainsi que le rapporte Var-Matin. Ils dénoncent le nombre croissant de verbalisations auxquelles ils font face pendant leur temps de travail, alors qu’ils avaient globalement été épargnés jusqu’à présent.

Ils pourraient être amenés à choisir leurs patients en fonction du stationnement !

Francis Gahuzes, membre de la communauté professionnelle territoriale de santé et du syndicat Convergence infirmière, indique en effet que les verbalisations se multiplient. Ce phénomène pourrait amener certains professionnels de santé à faire un tri dans leurs patients, en fonction des places de stationnement qui se trouvent à proximité de leur domicile.

Le temps n’est donc plus à la clémence pour les infirmiers libéraux, ainsi qu’ils le déplorent eux-mêmes. Un jeune infirmier libéral a expliqué sur le groupe en ligne qu’il n’a pas retrouvé sa voiture car « elle avait été mise en fourrière », alors qu’il venait de « faire un soin à domicile », relate encore Var-Matin. L’une de ses collègues ajoute que « cela aurait pu avoir des répercussions dramatiques, s’il avait dû enchaîner des soins chez d’autres patients ou s’il avait eu des prélèvements à apporter au laboratoire dans son véhicule ».

La mairie déclare être tolérante, sans pour autant « tout laisser passer » !

Bien qu’aucun texte de loi n’autorise les soignants à se garer à leur gré, l’adjoint chargé de la sécurité et de la police municipale de la Ville assure que « normalement, il n’y a pas de mise en fourrière de voiture disposant d’un caducée », ainsi que l’indique 20 Minutes.

Il souligne toutefois ne pas pouvoir « tout laisser passer » non plus, ni même avoir la possibilité d’officialiser un passe-droit pour les professionnels de santé.

Source