Comment les États-Unis ont armé l’Émirat islamique d’Afghanistan : Obama et ISIS (Daesh) saison 2.


Comment les États-Unis ont armé l’Émirat islamique d’Afghanistan : Obama et ISIS (Daesh) saison 2

Publié le 26.8.2021 par The Wolf


Table des Matières


Obama et ISIS saison 2

Nous craignons de bombarder les équipements de peur que cela contrarie les talibans

La rapidité avec laquelle les talibans ont balayé l’Afghanistan nous rappelle un précédent douloureux, toujours sous la direction d’un président démocrate : les militants de l’État islamique qui ont pris des armes aux forces irakiennes soutenues par les États-Unis qui n’ont opposé que peu de résistance en 2014, et ont saisi d’immenses territoires en peu de temps.

Et souvenez-vous, le président Obama avait alors refusé de faire bombarder les puits de pétrole tombés entre les mains de l’Etat islamique, de peur de provoquer des dégâts écologiques, et avait déclaré qu’il n’était que capable de « contenir » ISIS

L’administration Biden, en partie héritée de l’équipe Obama, est dans la même veine, et a déclaré qu’elle hésite à bombarder l’équipement tombé entre les mains des talibans « de peur de les contrarier » – je n’invente rien, voici texto ce qui est écrit dans l’article de Reuters :

L’administration du président Joe Biden est tellement préoccupée par ces armes [saisies par les talibans] qu’elle envisage un certain nombre d’options à suivre.

Les responsables ont déclaré que le lancement de frappes aériennes contre les équipements les plus importants, tels que les hélicoptères, n’a pas été exclu, mais que l’on craint que cela ne contrarie les talibans à un moment où l’objectif principal des États-Unis est d’évacuer les gens.

Voyez le message d’Ivanka Trump ci-dessous :

Retour au Menu


Plus de 2 000 véhicules blindés capturés

Selon l’évaluation actuelle des services de renseignement, les talibans ont déjà pris le contrôle de plus de 2 000 véhicules blindés, dont des Humvees, et jusqu’à 40 aéronefs, dont des UH-60 Black Hawk, des hélicoptères d’attaque et des drones militaires ScanEagle.

Les armes légères saisies par les terroristes, telles que des mitrailleuses, des mortiers, ainsi que des pièces d’artillerie, notamment des lances obus, représentent pour les talibans un avantage contre toute résistance qui pourrait surgir dans les bastions historiques anti-talibans tels que la vallée du Panjshir, au nord-est de Kaboul.

Ce jeudi 19 août, les journalistes Idrees Ali, Patricia Zengerle et Jonathan Landay rapportaient des informations troublantes, accompagnées de l’image ci-dessus (1).

Il s’agit du matériel militaire que les États-Unis ont livré à l’armée afghane en février 2021, et qui est maintenant entre les mains des talibans. Mais l’information la plus choquante se trouve dans l’introduction de l’article, où les journalistes rappellent que des hélicoptères ont été livrés par l’administration Biden il y a tout juste un mois !

Il y a environ un mois, le ministère afghan de la Défense a publié sur les médias sociaux des photos de sept hélicoptères flambant neufs livrés par les États-Unis et arrivés à Kaboul, dit l’article.

Recherches faites, ce ne sont pas seulement sept hélicoptères flambants neufs que l’administration Biden a livrés à l’armée afghane en juillet 2021, quelques semaines avant le retrait total, abandonnant tout aux talibans, c’est pire que ça !

  • Outre sept hélicoptères UH60, quatre hélicoptères de combat MD 530, et trois avions de combat remis à neuf ont été livrés juste avant le retrait (2),
  • Et « neuf hélicoptères Mi-17 arriveront avant la fin septembre »

Nous avons commencé à livrer [à Kaboul] les avions dont nous vous avons parlé précédemment. Vendredi, trois d’entre eux, récemment remis à neuf, ont atterri à Kaboul, et ils continueront à bénéficier d’un soutien régulier de ce type à l’avenir, déclarait le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, aux journalistes le 21 juillet dernier au Pentagone.

REV.com

  • Le général Frank McKenzie, commandant de l’US Central Command, a pour sa part déclaré lors de son voyage à Kaboul le 11 juillet 2021 :

« La plupart de nos renseignements sur les talibans proviennent du gouvernement afghan. Ils disposent eux-mêmes d’un assez bon système de renseignement. Ils vont continuer à avoir une assez bonne architecture de renseignement en place. »

MSN.com

Et il ajoutait :

« Nous sommes en fait en train de livrer de manière assez agressive des avions là-bas », a déclaré McKenzie. Ce mois-ci, sept hélicoptères UH60 et quatre hélicoptères de combat MD 530 seront livrés, et neuf hélicoptères Mi-17 arriveront avant la fin septembre.

Ce que confirmait l’armée afghane, ajoutant que d’autres seront livrés dans les mois à venir :

« Les hélicoptères ont été livrés à Kaboul aujourd’hui et doivent être officiellement remis à l’armée de l’air lors d’une cérémonie spéciale. Conformément au plan, d’autres hélicoptères seront livrés à l’Afghanistan dans les mois à venir », a déclaré le porte-parole du 209e corps Shokhin de l’armée nationale afghane (ANA) dans un communiqué publié par Interfax.

Défense world.net

© Jean-Patrick Grumberg.

Retour au Menu


Comment les États-Unis ont armé l’Émirat islamique d’Afghanistan

En renversant la République islamique d’Afghanistan, l’Émirat islamique qui le remplace a saisi plusieurs centaines de milliers d’armes, des milliers de blindés et de Humvees et même au moins 4 hélicoptères Black Hawks.

La question reste posée sur l’avenir de 200 avions de combat qui n’ont pas quitté le sol afghan.

Des sénateurs républicains viennent de demander au Pentagone d’établir une liste des matériels saisis par les Talibans, qu’il s’agisse des armes US ou de celles données par les USA à la République islamique.

Cette manière de faire n’est pas sans rappeler la progression de Daesh en Irak, en 2014. Les jihadistes disposaient de milliers de véhicules neufs et identiques, directement sortis de l’usine Toyota de Jordanie. Ils avaient traversé l’Irak à toute vitesse. Des officiers irakiens les avaient immédiatement rejoins. Ils s’étaient emparés des stocks d’armes US qui venaient juste d’être livrés à l’armée irakienne. La plupart étaient encore empaquetés. Ils avaient alors disposé d’une formidable armée contre l’Iraq, mais aussi et surtout contre la Syrie. Certains de ces officiers vivent aujourd’hui aux États-Unis, signe qu’ils travaillaient déjà pour eux en agissant ainsi.

Les méthodes de la CIA pour faire ce que la loi lui interdit sont toujours les mêmes.

Si personne ne se pose de question sur le fait que Daesh et les Talibans ait des combattants formés pour conduire des chars, cette fois, il ne s’agit pas uniquement de livrer le matériel d’une armée de Terre, mais aussi d’une armée de l’Air. Déjà les hélicoptères Black Hawks ont par enchantement des pilotes formés. Qu’en sera-t-il de l’aviation afghane ?

Source 1

Source 2

Source 3

Source 4

Retour au Menu


Autres