C’EST PARTI ! Les vérités du 11 septembre sortent !


C’EST PARTI !
Les vérités du 11 septembre sortent !

Publié le 26.8.2021


ÉNORME :

Le porte-parole des talibans dit au libéral Richard Engel qu’il n’y a aucune preuve que Ben Laden ait été impliqué dans le 11 septembre. Puis dit que le retrait est presque terminé.


Le porte-parole des Talibans affirme que « rien ne prouve » qu’Oussama ben Laden était impliqué dans les attentats du 11 septembre 2001.

Lors d’une interview avec le correspondant en chef des affaires étrangères de NBC News, Ricard Engel, le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, a affirmé qu' »il n’y a aucune preuve » qu’Oussama ben Laden était impliqué dans les attaques terroristes du 11 septembre 2001 exécutées contre les États-Unis.

Engel a noté que la guerre a commencé lorsque Ben Laden a orchestré les attaques terroristes alors qu’il était l’invité des talibans. Le journaliste a ensuite demandé : « Pouvez-vous garantir que ce pays ne sera plus jamais une base pour le terrorisme ? ».

« Bien qu’il n’y ait aucune preuve de son implication, nous avons maintenant donné des promesses que le sol afghan ne sera pas utilisé contre qui que ce soit », a déclaré Mujahid. Le rapport du média comprend la traduction des propos de l’homme.

Engel a insisté sur la question : « Vous ne pensez toujours pas qu’Oussama ben Laden a perpétré les attentats du 11 septembre ? »

« Il n’y a aucune preuve, même après 20 ans de guerre, nous n’avons aucune preuve qu’il était impliqué », a répondu Mujahid.

Alors que l’évacuation de l’Afghanistan s’accélère, @RichardEngel presse un porte-parole des talibans sur leurs affirmations selon lesquelles les choses…

Ben Laden n’a commencé à s’attribuer ouvertement le mérite du 11 septembre que dans des vidéos publiées à partir de 2004, après avoir nié au départ toute participation aux attentats.

Lors des tristement célèbres attentats du 11 septembre 2001, des pirates de l’air ont fait s’écraser des avions commerciaux sur les tours du World Trade Center à New York et sur le Pentagone à Washington D.C. Les tours jumelles se sont effondrées. Un autre avion s’est écrasé dans un champ de Pennsylvanie suite à une révolte des passagers, selon Fox News ?


Clairvoyant ?

Ben Laden a voulu tuer Obama parce que Biden aurait provoqué le chaos en tant que président…

Publié le 21 août 2021 par RT

Ben Laden prévient que « Biden mènera les États-Unis à la crise » dans une lettre datant de 2010.

Au cours de ce qui a été incontestablement la période la plus embarrassante de la présidence Biden (et ce n’est pas fini, puisque des sources à l’aéroport de Kaboul affirment que la situation a continué à se détériorer samedi), une lettre tirée de l’énorme cache de documents récupérés par les Navy SEALs américains dans le complexe d’Oussama ben Laden a été divulguée au New York Post… et ce qu’elle dit pourrait donner un aperçu de la stratégie de relations publiques des Talibans alors qu’ils reprennent le contrôle de l’Afghanistan après 20 ans…) La suite ici…

Le chef d’Al-Qaïda a fait cette prédiction dans une lettre adressée à un lieutenant clé en 2010. Je déteste le souligner, mais au moins en ce qui concerne cette question, il a été prouvé qu’il avait tout à fait raison, bien que plusieurs années plus tard que ce qu’il avait espéré à l’époque.

En mai 2010, Oussama ben Laden a écrit une lettre remarquable à l’un de ses étudiants. Il y exhorte son lieutenant à organiser l’assassinat de Barack Obama, car une présidence de Joe Biden se solderait par une « crise », le vice-président de l’époque n’étant « absolument pas préparé à cette tâche ».

La lettre révèle qu’Oussama ben Laden avait si peu d’estime pour les capacités de Biden en tant que leader qu’il a ordonné à Al-Qaïda de ne pas cibler Biden pour l’assassiner, demandant à la place de se concentrer sur le président Obama ou le général David Petraeus (alors encore en charge de la mission en Afghanistan). La lettre est datée de mai 2010.

Dans la lettre datée de mai 2010, le cerveau du 11 septembre d’Al-Qaïda écrit qu’il n’a pas de projet d’assassinat contre Biden parce qu’il le juge « totalement non préparé » à diriger les États-Unis.

Au lieu de cela, Ben Laden a exhorté ses partisans à se méfier du président Obama de l’époque.

Il leur a dit qu’il était hautement prioritaire de cibler les avions appartenant à Obama et à David Petraeus, alors directeur de la CIA.

« Ils ne doivent pas cibler les visites du vice-président américain Biden. Les groupes resteront à l’affût d’Obama ou de Petraeus », écrit Ben Laden.

Ben Laden a estimé que l’accession de Biden à la présidence serait un avantage net pour Al-Qaïda.

« La raison de se concentrer sur eux est qu’Obama est le chef de l’infidélité et que le tuer automatiquement fera que Biden prendra la présidence pour le reste du mandat, comme c’est la norme là-bas. »

« Biden n’est absolument pas préparé pour ce poste, ce qui conduira les USA à une crise. »

« Quant à Petraeus, il est l’homme de la maison en cette dernière année de guerre, et le tuer modifierait la trajectoire de la guerre. »

Un extrait des documents peut être vu ci-dessous :

Präsident Erdoğan: Die Türkei ist nicht "das Flüchtlingslager Europas"

La tentative d’assassinat d’Obama devait être menée par deux groupes de terroristes qui devaient également prendre pour cible le général David Petraeus, alors chef du commandement central des États-Unis, dès que l’un d’eux se rendrait en Afghanistan ou au Pakistan. Voici la partie pertinente de l’étonnante lettre saisie par les soldats américains sur la propriété de Ben Laden. Il a déjà fait l’objet d’un article et est accessible au public sur le site web du Centre de lutte contre le terrorisme de l’Académie militaire de West Point :

« J’ai demandé à Sheikh Sa’id, qu’Allah ait pitié de son âme, d’instruire le frère Ilyas de préparer deux groupes – l’un au Pakistan et l’autre en Afghanistan dans la région de Bagram – avec pour mission d’anticiper et de localiser les visites d’Obama ou de Petraeus en Afghanistan ou au Pakistan pour attaquer les avions de l’un ou l’autre.

Ils ne sont pas censés viser les visites du vice-président américain Biden, du secrétaire à la défense Gates, du chef d’état-major Mullen ou de l’envoyé spécial pour le Pakistan et l’Afghanistan Holbroke. Les groupes ne cherchent que Obama ou Petraeus.

Afghanistan : un désastre calculé
La raison pour laquelle nous nous concentrons sur eux est qu’Obama est le chef de l’Incrédulité, et s’ils le tuent, Biden prendra automatiquement la présidence pour le reste du mandat, comme c’est la norme là-bas. Biden n’est absolument pas préparé à ce poste, qui va plonger les États-Unis dans une crise. Quant à Petraeus, il est l’homme du jour dans la dernière année de cette guerre, et le tuer changerait le cours de cette guerre. Veuillez donc dire au frère Ilyas de m’envoyer les mesures qu’il a prises dans ce sens. »

Avant d’aller plus loin, je tiens à préciser que je ne défends pas Ben Laden et sa secte de cinglés, ni son idéologie tordue. J’ai probablement été le politicien des principaux partis britanniques qui a le plus clairement exprimé que nous ne devions rien faire avec les islamistes extrêmes, et j’ai été très injustement mis au pilori par la gauche pour cela, à mon avis.

Cependant, le fait que Ben Laden n’ait pas voulu lâcher ses chiens sur Biden en dit long. Il voulait clairement la mort du président Obama et du général Petraeus, qui est devenu commandant en chef en Afghanistan le mois suivant. Pourtant, il ne soutiendrait pas une attaque contre Biden. Et pourquoi ? Se pourrait-il que Ben Laden lui-même ait soupçonné à l’époque que Biden était le maillon le plus faible de la chaîne ?

Spectacle d’adieu à l’aéroport de Kaboul
Après tout, M. Biden s’était opposé à la « montée en puissance » des troupes du président Obama, qui était censée protéger les Afghans des attaques des talibans grâce au déploiement de 17 000 soldats américains supplémentaires. Bien que le succès du « surge » soit discutable, l’opposition de Biden à cette opération ne l’est pas. Brett Bruen, ancien membre du Conseil national de sécurité sous Obama, rappelle que « Biden était assez clair sur l’Afghanistan. (…) Il a dit qu’on devrait se tirer de là. » L’année dernière, il a été révélé que Biden s’était également opposé à l’utilisation des forces spéciales qui ont éliminé Ben Laden en 2011 (et qu’il avait, entre autres documents, mis la main sur la lettre de Ben Laden).

Ben Laden souhaitait clairement voir Biden à la Maison Blanche car il pensait déjà, il y a plus de dix ans, que le vice-président aurait été complètement dépassé par les événements. Il faut garder à l’esprit que Biden était encore mentalement lucide et capable de délivrer des arguments cohérents à l’époque, ce qui n’est malheureusement plus le cas de l’homme aujourd’hui âgé de 78 ans. Biden avait peut-être raison ou tort à l’époque, mais au moins il était dans son bon droit quand il a dit ce qu’il pensait.

Aujourd’hui, Biden est clairement incapable de terminer ses pensées. À tel point qu’il a esquivé les questions des journalistes après son discours de mardi, sans doute parce qu’il n’avait pas de cartes préparées avec des réponses. Ainsi, au lieu de répondre spontanément aux questions des journalistes, comme Trump l’avait fait chaque semaine, il a opté pour une interview assise avec l’ancien chef de la communication de Bill Clinton, George Stephanopoulos, sur ABC.

Je déteste le dire, mais ce que Ben Laden avait prédit il y a dix ans s’est clairement réalisé : La présidence de Biden a créé une crise, et une crise qui profite aux Talibans. Quant à la suggestion selon laquelle il n’était « absolument pas préparé » pour le poste de direction, même les partisans les plus véhéments du président ne peuvent nier qu’il a fait un gâchis total en se retirant d’Afghanistan. L’image de pauvres Afghans accrochés aux roues d’un avion de l’US Air Force décollant de l’aéroport de Kaboul et plongeant ensuite dans le ciel vers leur mort ne sera jamais oubliée.

Je ne m’attendais pas à ce que Biden fasse un mandat complet, et maintenant, après cette « crise » auto-infligée, je suis convaincu qu’il ne mènera même pas son parti aux élections partielles du Congrès de l’année prochaine. Sa cote de popularité s’est effondrée avant même la débâcle de l’Afghanistan, et je ne serais pas surpris que son parti appuie sur le bouton d’éjection face à sa santé visiblement défaillante et le remplace assez rapidement par sa vice-présidente, Kamala Harris.

Je ne pense pas vraiment que ce résultat soit meilleur pour le monde, mais le pire ne l’est certainement pas.

Paul Nuttall est un historien, auteur et ancien politicien. Il a été membre du Parlement européen de 2009 à 2019 et l’un des principaux partisans du Brexit.

Les réflexions de Ben Laden sur l’inaptitude de Biden (rappelez-vous que l’histoire des gaffes publiques de Biden a commencé bien avant la campagne de 2020) ne sont pas les seules critiques de Biden qui ont refait surface ces derniers jours. Sur TikTok, une nouvelle génération d’Américains se familiarise avec la longue histoire de gaffes de Biden grâce à ce clip de feu le grand Robin Williams, qui s’en prend au vice-président de l’époque.

Voici un extrait de trente secondes par Robin Williams sur Joe Biden Armes d’autodestruction 2009 qui commence ainsi :

« Joe est comme votre oncle qui a un nouveau médicament et qui n’a pas trouvé le bon dosage… ‘Je suis fier de travailler avec Barack America’ – ce n’est pas un super-héros, idiot, viens ici ! « Quand Franklin Delano Roosevelt était à la télévision… » – il n’y avait pas de télévision à l’époque – viens ici Joe, assieds-toi ! » Si vous ne saviez pas que Robin Williams est mort depuis six ans, vous penseriez probablement qu’il a dit cela il y a six mois à peine. (Date de décès : 11 août 2014, Paradise Cay, Californie, États-Unis)

Source


« L’attaque du 11 septembre a été menée par Oussama Ben Laden », selon le résumé du rapport de la Commission du 11 septembre.

« Alors que les derniers préparatifs étaient en cours durant l’été 2001, des dissensions sont apparues parmi les dirigeants d’Al-Qaïda en Afghanistan sur la question de savoir s’il fallait aller de l’avant. Le chef des talibans, le mollah Omar, s’est opposé à l’attaque des États-Unis. Bien que confronté à l’opposition d’un grand nombre de ses principaux lieutenants, Ben Laden est passé outre à leurs objections et les attaques ont eu lieu », indique le résumé,

L’administration Biden a été fortement critiquée pour avoir bâclé les efforts de retrait des États-Unis d’Afghanistan, où les talibans ont rapidement pris le contrôle de la capitale, Kaboul, au début du mois. Les États-Unis s’efforcent actuellement d’évacuer leurs citoyens et d’autres personnes du pays.

Les dernières paroles célèbres prononcées en 2001 par George W. Bush, membre de la société secrète maçonnique et satanique « Skulls and Bones ».

« Le régime des talibans est arrivé à sa fin. »

Ce sont les résultats de la guerre criminelle déclenchée par l’État profond de Washington en Afghanistan. Les talibans sont plus forts que jamais. Depuis 20 ans, l’État profond et l’OTAN ont recruté une armée de mercenaires et de lâches qui n’ont aucun soutien de la population afghane. Ils ont immédiatement fui dès que les talibans ont repris le pays. Avant la guerre de 2001 en Afghanistan, le gouvernement occulte de Washington finançait les moudjahidines (ancêtres des talibans) dans les années 1980. Ce sont les mêmes personnages qui ont financé Oussama ben Laden. Sans Washington, les talibans n’auraient jamais existé. À la fin de cette histoire, la leçon semble être la suivante. L’État profond a été le meilleur ami des talibans.


La responsable EELV Sandrine Rousseau continue de réclamer que l’on fasse venir des Afghans chez nous, même s’ils sont terroristes.

«Si vraiment il y a des personnes qui sont dangereuses, des potentiels terroristes, c’est pas parce qu’ils restent en Afghanistan qu’ils sont moins dangereux. Donc quelque part les avoir en France ça nous permet aussi de les surveiller.» (24 août 2021, BFM).

Autrement dit on est arrivé à un point où ces gauchistes tarés sont tellement décomplexés depuis qu’ils ont gagné trois mairies l’année dernière, qu’ils assument maintenant clairement que leur projet politique c’est d’importer des terroristes en France. Le projet politique de ces gens, c’est faire que nos familles, que nos enfants, que nos proches puissent croiser dans la rue des assassins et des terroristes venus des 4 coins du monde pour pourrir notre pays et nos vies. Pour tuer nos gosses.

Les réfugiés afghans qui veulent faire venir ne sont pas des talibans… Ils sont même pires qu’eux…

Pour la pluparts, ils ont participé a la chasse aux opposants à l’occupation américaine… Ils sont tous collabo payés par les États-Unis (État Profond) et responsable de millions de morts… Ils fuient la punition pour avoir trahi leur peuple. Comme Al-Qaïda et Ben Laden à l’époque, mais les talibans sont des purs produits de l’état profond. Comment est-il possible qu’une bandes de gars cachés dans les grottes depuis près de 20 ans apparaissent équipés avec tanks, avions de chasse, hélicoptère tomahawk et on en passe… comme par magie… Réfléchissez un peu… La dernière en date, c’était Daech…

Plus de 1 000 Afghans et une centaine de Français, en quelques heures, ont été pris de Kaboul, amenés à Abou Dhabi, et d’Abou Dhabi, à Paris », a précisé Gerald Darmanin sur franceinfo. « Tous ceux qui, dans la confusion, n’ont pas pu être criblés, comme on dit, par les services de sécurité, l’ont été sur la base militaire française. Parmi ces 1 000 Afghans, il y en a effectivement un qui était manifestement en lien avec les talibans, mais qui a beaucoup aidé l’armée française, les Français et vos collègues journalistes », affirme le ministre.

Combien d’Afghans rapatriés sont en ce moment en France ?

Parmi les 2 000 personnes que la France a évacuées d’Afghanistan, il y a celles qui travaillaient pour les autorités françaises. Elles sont donc déjà connues et les vérifications avaient été faites en amont. En revanche, pour ce qui est des autres candidats au départ, la DGSI vérifie le profil de chacun, via les fichiers des différents services de renseignements présents dans le pays depuis des années et qui, avant l’arrivée des talibans, avaient déjà dressé une liste des personnes jugées à risque.

Des interrogatoires sont également menés à l’aéroport d’Abou Dhabi, où tous les vols vers la France font escale. Les personnes dont la situation semblent suspectes y sont maintenues, selon le ministère de l’Intérieur, le temps que soient levés tous les doutes.


Écouter cette très bonne explication par Nouvel Angle, sur le désastre américain en Afghanistan :

Le désastre américain en Afghanistan Un porte-parole du Pentagone a déclaré que jeudi 12 août, 18 avions de transport C-17 ont quitté Kaboul en 24 heures avec 2000 passagers. Par ailleurs, la Maison Blanche a indiqué qu’une « bonne quantité » d’équipement militaire américain est aux mains des Talibans. Le conseiller à la sécurité nationale, Jake Sullivan, a déclaré : « Nous n’avons pas une image complète, évidemment, de la destination de chaque article de matériel de défense. Mais il est certain qu’une bonne partie est tombée entre les mains des talibans. »


Et ci-dessous voilà pour une « analyse » ??

  • 12 août : une analyse militaire américaine indique que Kaboul pourrait tomber aux mains des talibans dans 90 jours ;
  • 3 jours plus tard : les Talibans du Mossad s’emparent de Kaboul

Voici à quoi ressemble la résidence du maréchal afghan Abdul-Rashid Dostum les images sont apparues sur le réseau après sa capture par les « talibans Agents du Mossad, CIA. »
Le maréchal s’enfuit en Ouzbékistan….

Nous connaissons la suite des événements, le retour des attentats sous fausses bannières pseudos islamistes, qui ont disparus de la circulation depuis l’autre canular de la COVID-19.



Autres