Q SCOOP – Les cellules humaines peuvent convertir des séquences d’ARN en ADN.


Les cellules humaines peuvent convertir des séquences d’ARN en ADN

Publié le 11.6.2021 par Thomas Jefferson University


Un groupe de chercheurs de l’université Thomas Jefferson a apporté la première preuve que des segments d’ARN peuvent être réinscrits dans l’ADN.

Selon la croyance populaire, les enzymes polymérases de nos cellules ne peuvent traduire que l’ADN en ARN, et non l’inverse. Cependant, les scientifiques viennent désormais de prouver que l’inverse est également possible.

ADN - Pixabay
ADN – Crédit : Pixabay

L’équipe, qui a étudié la fonction d’une polymérase, estime que cette découverte « remet en cause un dogme de longue date en biologie », a déclaré l’école dans un communiqué. Grâce aux polymérases, les cellules seraient capables de répliquer l’ADN dans un nouvel ensemble afin qu’il s’intègre dans une cellule nouvellement formée. Cette découverte intervient quelques temps après que d’autres scientifiques ont réussi à prélever de l’ADN dans l’air

Dans les expériences, l’équipe du scientifique Richard Pomerantz a testé la polymérase thêta contre la transcriptase inverse du VIH, l’une des plus étudiées. Ils ont pu montrer que la polymérase thêta était capable de convertir les messages ARN en ADN.

À quoi peut servir cette découverte ?

Dans les tests, la polymérase thêta a fonctionné plus efficacement et a causé moins d’erreurs lors de l’utilisation d’une matrice d’ARN pour écrire de nouveaux messages ADN que lors de la copie d’ADN dans l’ADN.

Cette découverte est susceptible de modifier certaines des hypothèses centrales en biologie et pourrait avoir des répercussions sur de nombreux domaines de la biologie. En effet, la découverte pourrait ouvrir la voie à d’autres études pour aider les scientifiques à comprendre l’importance d’un mécanisme capable de convertir les messages ARN en ADN dans nos propres cellules.

En outre, les chercheurs pourraient utiliser les fragments d’ARN pour reconstruire les morceaux manquants dans l’ADN endommagé. De plus, les chercheurs affirment que la polymérase thêta est fortement exprimée dans les cellules cancéreuses et favorise la croissance des cellules cancéreuses et la résistance aux médicaments de chimiothérapie. C’est donc une cible possible pour de futures thérapies anticancéreuses.

« Il sera passionnant de mieux comprendre comment l’activité de la polymérase thêta sur l’ARN contribue à la réparation de l’ADN et à la prolifération des cellules cancéreuses », a déclaré Pomerantz. En attendant,d’autres scientifiques veulent construire une « Arche lunaire » pour conserver l’ADN de 6,7 millions d’espèces sur la Lune.


De l’ADN à l’ARNm


Source 1

Source 2