Q INFOS – Russie/Ukraine : dernières nouvelles de la mer noire.


ALERTE INFO

Les diplomates russes à Prague sont soupçonnés par les autorités tchèques d’être liés aux renseignements militaires russes GRU et SVR.

Les Tchèques disent qu’ils sont tous liés à l’organisation en 2014 d’une explosion dans un dépôt de munitions militaires à Vrbetice. Selon les autorités Tchèques l’unité 29155 du GRU [Ceux qui auraient été impliqués dans l’empoisonnements de Skripal et de Gebrev] étaient à l’origine des explosions dans les usines de munitions tchèques en 2014.

L’Ukraine a demandé au haut diplomate de l’ambassade de Russie à Kiev de quitter l’Ukraine dans les 72 heures, à compter du 19 avril.
Ministère ukrainien des affaires étrangères
.

La République tchèque expulse 18 diplomates russes accusées d’espionnage.

Et pour finir:

Macron est prêt à « sanctionner » la Russie
« Nous avons besoin d’un dialogue franc et ouvert avec la Russie », explique le président de la République dans une interview à la chaîne américaine CBS
.


Table des Matières :


Dès demain, la Russie sera « obligée de protéger » la Biélorussie.

Le FSB russe dévoile un complot lié aux services spéciaux américains visant à assassiner le dictateur biélorusse Loukachenko et son fils.

Prochain scénario : Renforcement militaire massif des troupes russes à la frontière avec la Pologne & l’escalade complète est à quelques millimètres !


M. Loukachenko a annoncé la détention d’un groupe ayant planifié une tentative de mutinerie et un attentat contre sa personne.

Le président biélorusse a averti que les autorités du pays réagiraient durement en cas de répétition de la tentative d’assassinat et de la rébellion.

MINSK, 17 avril. /Le président de la Biélorussie Alexandre Loukachenko a annoncé la détention d’un groupe qui planifiait une tentative d’assassinat contre lui et ses enfants et qui était probablement lié aux services de renseignement américains. Les déclarations du chef de l’État ont été publiées samedi sur son canal Telegram par l’agence BelTA.

SUR CE SUJET
M. Lukashenko a déclaré que M. Poutine avait discuté avec M. Biden des préparatifs de la tentative d’assassinat par les Américains.
Le chef du Comité de sécurité d’État de Biélorussie a parlé d’un groupe organisé qui planifie une rébellion armée.
Le FSB russe a annoncé la détention de deux personnes qui préparaient un coup d’État en Biélorussie.

« Nous avons détenu un groupe ; ils ont montré comment ils avaient tout planifié », a déclaré le dirigeant biélorusse. – Puis nous avons découvert le travail d’agences de renseignement manifestement étrangères. Très probablement, la Central Intelligence Agency, le FBI, je ne sais pas quels Américains y travaillaient. » « Nous les avons contrôlés <…>, avons constaté leur désir de venir à Minsk et nous nous sommes déjà engagés dans l’organisation de la tentative d’attentat contre le président et les enfants », a ajouté Loukachenko.

Selon lui, l’objectif de la tentative d’assassinat planifiée était une tentative d’organiser d’abord une insurrection, puis un « coup d’État rampant ». M. Loukachenko a ajouté que la tentative d’assassinat faisait partie du plan car l’ordre politique au Belarus « repose » sur sa personne. « Que peuvent-ils faire maintenant ? C’est à nouveau leur phrase : tout est accroché à Loukachenko, nous devons le démolir », a déclaré le chef de l’État.

Le président biélorusse a clairement indiqué que l’important décret, dont il a annoncé la signature samedi, sans révéler le contenu du document, viserait à prévenir la possibilité d’un coup d’État impliquant sa destitution à l’avenir. « Mon travail consiste à m’assurer que s’ils l’enlèvent, ils ne feront rien. C’est ma tâche principale. J’ai pris une décision, nous sommes en train de la formaliser et je vais l’exprimer », a déclaré le dirigeant biélorusse. « Ce sera l’une de mes principales décisions en un quart de siècle de présidence. Ce sera très sérieux. C’est pourquoi, même si je suis parti, populairement parlant, seulement sur mon cadavre, ils n’auront rien. J’ai pris ma décision. Maintenant, je dois le formaliser. Il s’agira très probablement d’un décret présidentiel », a déclaré BelTA en citant le président biélorusse.

M. Lukashenko a également déclaré que les membres du groupe détenus s’étaient préparés à enlever ses enfants. « La deuxième chose, qui est généralement inacceptable. Pourquoi j’ai gardé le silence – Je ne veux pas parler de moi, de ma famille, de mes enfants. Mais ils ont pris les enfants. Le plan consiste à kidnapper un enfant, puis un autre, comme il s’avère. On va les mettre à la cave. D’ailleurs, il y a une cave préparée à Homel voblast », a déclaré le président biélorusse. Il a ajouté que la Russie et d’autres pays ont été avertis de la conspiration divulguée par les canaux appropriés.

M. Loukachenko a prévenu qu’en cas de répétition de la tentative d’assassinat et de la mutinerie, la réaction des autorités biélorusses serait sévère. « Dieu nous en préserve – la réponse sera sévère », a souligné le dirigeant biélorusse. « Que Dieu interdise qu’ils touchent mes enfants, qui n’ont rien à voir avec cela ! Dieu nous en préserve, pas seulement la mienne, mais la vôtre aussi ! Vous voyez, j’ai été patient, j’ai continué à attendre, j’ai tracé des lignes rouges pour moi-même, j’ai repoussé. Et maintenant nous allons les battre pour qu’ils ne s’apitoient pas sur leur sort.

Source


Les navires de la marine russe sont passés sous le pont de Crimée et se trouvent actuellement en mer Noire.

COMMENT LES CHOSES SE PASSENT DANS LA MER NOIRE 

Plus de 20 navires de guerre russes sont arrivés dans la mer noire et d’autres devraient arriver dans les prochaines heures, la Russie déclare qu’elle va constituer une grande armée navale.
Ces navires de guerre appartiennent à 3 flottes différentes : la flotte de la Caspienne, la flotte du Nord et la flotte de la Baltique.

Actuellement, trois flottes russes ont rejoint les flottes de la mer Noire.
Pour la première fois depuis l’ère soviétique, la Russie a déplacé la flotte caspienne vers la mer Noire.
Il est également rapporté que la Russie mettra en place une grande armée militaire dotée de plusieurs avions de chasse à long rayon d’action.

(Ces exercices militaires et navals n’étaient pas à l’ordre du jour de la Russie, mais en raison de la tension, ils sont à venir. )

La Russie n’a jamais eu d’armées navales aussi importantes en mer Noire auparavant.


Les navires de débarquement russes actuels en Mer-noire
LST
3* Classe Alligator

3+2+(3prochains jours) Classe Ropucha (+1#MediterraneanSea #Tartus🇸🇾)
LCU
2+6 Classe Serna
1* Classe Ondatra
1er&2ème


Le Service fédéral de sécurité russe a signalé la détention de deux personnes qui préparaient un coup d’État en Biélorussie.

Selon les services spéciaux, l’opposition a l’intention d’organiser un coup d’État militaire le 9 mai, jour de la parade de la victoire à Minsk.

MOSCOU, 17 avril. /Le FSB de Russie a arrêté deux personnes qui préparaient un coup d’État militaire en Biélorussie et l’élimination du président Alexandre Loukachenko. C’est ce qu’a rapporté samedi le Centre des relations publiques (CPR) du FSB.

ATTENTION
M. Loukachenko a annoncé la détention d’un groupe qui préparait une tentative d’assassinat contre lui et ses enfants.
Le chef du KGB de Biélorussie a parlé d’un groupe organisé qui planifie une rébellion armée.
M. Lukashenko a déclaré que M. Poutine avait discuté avec M. Biden de la préparation de la tentative d’assassinat.

« Le Service fédéral de sécurité de Russie, en coopération avec le Comité de sécurité d’État de la République de Biélorussie, a mis fin, grâce à une opération spéciale, aux activités illégales d’un citoyen américain et biélorusse, Youri Leonidovitch Ziankovitch, et d’un citoyen biélorusse, Alexandre Iosifovitch Feduta, qui planifiaient un coup d’État militaire en Biélorussie selon le scénario éprouvé des « révolutions de couleur », avec la participation de nationalistes locaux et ukrainiens, ainsi que la destitution physique du président Alexandre Loukachenko », a souligné le président.

Le FSS a noté que « d’après les informations anticipées, reçues des partenaires biélorusses, les idéologues de l’opposition radicale biélorusse Ziankovich et Feduta ont organisé une discussion sur le plan d’une insurrection armée en Biélorussie et ont décidé de tenir une réunion personnelle à Moscou avec les généraux des forces armées biélorusses favorables à l’opposition, en utilisant les mesures de secret disponibles.

Selon le CTC, à l’arrivée de M. Ziankovitch à Moscou, après des consultations aux États-Unis et en Pologne, la réunion prévue a eu lieu dans un bureau privé de l’un des restaurants de la capitale. « Au cours de la réunion, les conspirateurs ont dit aux « généraux biélorusses » que pour mener à bien leur plan, il était nécessaire d’éliminer physiquement la quasi-totalité des hauts dirigeants de la république. Ils ont décrit en détail le plan d’un coup d’État militaire, y compris la saisie des centres de radio et de télévision pour diffuser leur adresse au peuple, le blocage des unités de troupes internes et de la police anti-émeute, fidèles au gouvernement actuel, dans la capitale de la république. Il était prévu de couper l’ensemble du système énergétique du Belarus afin de compliquer les actions des agences de sécurité et d’application de la loi. On a supposé que certains groupes armés (« guérillas ») situés dans des bases dites cachées allaient commencer la phase active », a déclaré le FSB.

Selon les services secrets russes, l’objectif ultime était de modifier l’ordre constitutionnel au Belarus, en éliminant la présidence et en plaçant la direction du pays sous l’autorité du Comité pour la réconciliation nationale. En même temps, selon les services secrets, Ziankovic allait être le « conservateur » du parlement et du système juridique du pays, tandis que Feduta voulait s’engager dans la réforme politique et le travail idéologique.

Le FSB a souligné que « les militants de l’opposition avaient choisi le jour du défilé du Jour de la Victoire à Minsk, le 9 mai de cette année, comme date pour un coup d’État militaire. « Après avoir documenté la réunion spécifiée, les conspirateurs ont été arrêtés par les autorités de sécurité russes et remis aux partenaires biélorusses », ajoute le SFS. En ce qui concerne Ziankovich et Feduta, les autorités d’enquête du Bélarus enquêtent sur l’affaire pénale en vertu de l’article 357 (« Conspiration ou autres actions visant à s’emparer du pouvoir de l’État ») du Code pénal du Bélarus.

Source


ALERTE URGENT

Macron est prêt à « sanctionner » la Russie

Macron est prêt à « sanctionner » la Russie « Nous devons définir de claires lignes rouges avec la Russie », a affirmé le président français Emmanuel Macron, se disant prêt à des sanctions en cas de « comportement inacceptable » dans un extrait d’interview à la chaîne américaine CBS diffusé samedi.

« Je pense qu’après un comportement inacceptable, en effet, nous devons sanctionner », a répondu le président Macron, questionné sur la possibilité de mesures contre Moscou en cas d’invasion, au moment où les troupes russes sont de plus en plus nombreuses à la frontière ukrainienne.

Tout en affirmant que les sanctions seules « ne sont pas suffisantes » et qu’un « dialogue constructif » est préférable, Emmanuel Macron a assuré qu’elles constituent « la seule façon d’être crédible ».

« Nous avons besoin d’un dialogue franc et ouvert avec la Russie », a-t-il ajouté.

Un sommet à venir

La Russie est accusée d’avoir déployé des dizaines de milliers de soldats près de sa frontière avec l’Ukraine et en Crimée, péninsule annexée par Moscou en 2014, et les combats, quasiment à l’arrêt depuis une trêve conclue à l’été 2020, ont récemment repris.

Jeudi, le président américain Joe Biden a annoncé une série de sanctions financières sévères contre la Russie, et l’expulsion de dix diplomates russes, tout en renouvelant sa proposition d’un sommet avec Vladimir Poutine.

Ces sanctions sont une riposte à des cyberattaques et des ingérences dans l’élection présidentielle américaine de 2020. Huit personnes et entités liées à « l’occupation » de la Crimée ont également été sanctionnées.

Vendredi, Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont apporté leur soutien au président ukrainien Volodymyr Zelensky et appelé la Russie à retirer ses troupes à la frontière afin d’oeuvrer rapidement à une « désescalade ».

Source