Q SCOOP – L’Australie arrête un vaccin covid contenant des particules du sida.


L’AUSTRALIE ARRÊTE UN VACCIN COVID-19 CONTENANT DES PARTICULES DU SIDA.

C’est à peine croyable et pourtant bien vrai. Le gouvernement d’Australie a arrêté il y a peu un vaccin qui contenait des particules du VIH (virus du SIDA) car il produisait des résultats faussement positif aux tests VIH.

MAIS POURQUOI Y AVAIT-IL DES PARTICULES DU VIH DANS CE VACCIN ???

Publié le 29.12.2020 par TAHITI FLASH




OUEST-FRANCE

COVID-19 : LE VACCIN AUSTRALIEN RENDAIT FAUSSEMENT POSITIF AU VIRUS DU SIDA, LES ESSAIS ABANDONNÉS.


THE NEW YORK TIMES:

AUSTRALIA SCRAPS COVID-19 VACCINE THAT PRODUCED HIV FALSE POSITIVES.


Australie : des tests VIH positifs suite au vaccin

Australie : des tests VIH positifs suite au vaccin

En Australie, un vaccin anti-Covid, qui était en première phase d’essai à l’université du Queensland, a provoqué un effet secondaire assez singulier, qui a justifié sa suspension par les autorités publiques. En effet, la solution a entrainé, chez certains participants, de faux tests positifs au VIH-SIDA.

Ceci est dû au fait que la formule a intégré une faible quantité de protéine du VIH, explique-t-on. Mais, visiblement, la quantité présente était suffisante pour interagir avec les tests du SIDA. Bien que jugée bénigne par les experts, cette réaction immunitaire a poussé le pays à annuler l’achat de millions de doses du vaccin candidat, comme c’était prévu. 

« Le vaccin de l’Université du Queensland ne pourra pas continuer (son processus), sur la base des avis scientifiques, et il ne fera plus partie du plan de vaccination de l’Australie », informe ainsi Scott Morrison, le Premier ministre australien.

Au-delà de susciter des interrogations auprès des non-initiés (comme, “Pourquoi y a-t-il des particules de VIH dans un vaccin contre la Covid ?”), ce genre de déconvenue n’est pas du genre à faciliter la tâche des dirigeants des pays, face à leur opinion publique. Étant donné la réticence d’une partie non-négligeable de la population à se faire vacciner.

Canberra va plutôt se tourner vers la solution d’AstraZeneca et de Novax. Il s’annonce déjà de plus grosses commandes dans ce sens. Du reste, avec une situation beaucoup moins “critique” que la plupart des grandes nations occidentales (908 décès à ce jour, pour une population de 25,6 millions d’habitants), l’Australie semble disposer d’une plus grande marge de manœuvre.


Source 1

Source 2