Q SCOOP – Général Flynn : « J’ai dû mettre la peur de Dieu dans la tête de Barack Obama »


Général Flynn : « J’ai dû mettre la peur de Dieu dans la tête de Barack Obama

Publié le 6.12.2020


Maintenant qu’il a été sauvé du purgatoire légal dans lequel il était prisonnier, le général à la retraite Michael Flynn est libre de donner sa version des faits et c’est exactement ce qu’il fait.

L’ancien chef du renseignement militaire sous Barack Obama a été mis sur écoute par le président Trump en tant que conseiller à la sécurité nationale, mais il a été piégé par des agents du FBI corrompus agissant au nom de James Comey dans les premières semaines de la nouvelle administration. Dans ce qui doit être considéré comme la pire des décisions de Trump en matière de personnel, il a permis à Flynn d’être forcé de partir et de retirer un atout clé qui savait où tous les corps étaient enterrés et qui avait les biens sur Obama.

Trump a épargné au général Flynn la persécution politique en cours grâce à une grâce de Thanksgiving et sa liberté de parole pourrait être un scénario cauchemardesque pour une éventuelle administration Biden. Flynn a participé à l’émission « Justice With Judge Jeanine » de la Fox samedi dernier, où il a donné un aperçu de ce qui lui a valu d’être pris pour cible avec un préjudice extrême par Obama, Biden et leurs laquais du FBI-DOJ.

Selon le général Flynn :

« J’ai dû faire craindre Dieu à Barack Obama et je le fais probablement encore à cause de cette saga de quatre ans qu’ils m’ont fait vivre, à moi, à ma famille, au président Donald J. Trump et à sa famille et, franchement, à tout le pays ».

Dans le Washington Examiner, « Michael Flynn présente les accusations d' »espionnage » portées contre Obama » :

Le lieutenant général à la retraite Michael Flynn profite de sa tournée de presse post-pardon pour présenter une nouvelle salve contre l’enquête sur la Russie. Dans sa dernière interview avec Jeanine Pirro sur Fox News samedi soir, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche s’est vu demander pourquoi il ne peut pas simplement « leur faire sauter le couvercle » et dire au public ce qu’il sait. Elle se concentrait sur un avertissement que le président sortant Barack Obama aurait donné à Donald Trump, alors président élu, lors d’une réunion du Bureau ovale peu après l’élection de 2016, concernant la Corée du Nord et l’embauche de Flynn.

« J’ai dû faire craindre Dieu à Barack Obama et je le fais probablement encore à cause de cette saga de quatre ans qu’ils m’ont fait vivre, à moi, à ma famille, au président Donald J. Trump et à sa famille et, franchement, à tout le pays ». a déclaré Flynn, en se référant au fait qu’il était une cible de l’enquête du FBI sur la Russie.

Flynn a dit qu’il espérait que quelqu’un « épinglerait » Obama et l’interrogerait à ce sujet, ajoutant : « Un de ces jours, je le présenterai ».

Pendant son mandat à la tête de la Defense Intelligence Agency, Flynn s’est heurté à Obama et a été contraint de partir après que des critiques aient percé la peau fine de Dear Leader dont les agents véreux chercheront plus tard à le détruire.

Pendant la transition du pouvoir, Obama a mis en garde Trump contre deux personnes seulement – le leader nord-coréen Kim Jong-un et le général Flynn, il était manifestement terrifié à l’idée que le militaire patriote décoré puisse cracher le morceau sur les sales affaires de son lamentable régime de huit ans. Flynn s’est montré de plus en plus franc et a suggéré, de façon controversée, que Trump devrait éviter les vermines au col en invoquant un état de loi martiale limité et en appelant à une nouvelle élection en raison d’une fraude massive qui permettrait de renvoyer Obama à la Maison-Blanche par le biais de son pantin Biden.

Barack Obama n’a pas fini d’entendre parler du général Flynn.


Source