Q SCOOP – Le DOJ approuve l’utilisation d’agents armés pour enquêter sur les fraudes électorales.

Le ministère de la Justice approuve l’utilisation d’agents armés pour enquêter sur les allégations de fraude électorale – Washington Times

Publié le 5.11.2020 par Jeff Mordock 


Le ministère de la justice a approuvé l’utilisation d’agents armés pour enquêter sur les fraudes potentielles dans les centres de comptage des votes, contournant ainsi l’interdiction de longue date de l’utilisation d’agents fédéraux armés dans les bureaux de vote.

Les fonctionnaires du ministère de la Justice ont déclaré aux avocats des États-Unis dans tout le pays, dans un mémo, que l’interdiction ne s’applique qu’au jour du scrutin, et non aux jours suivants. La loi « n’empêche pas les agents fédéraux armés de répondre, d’enquêter ou même de prévenir les crimes fédéraux dans les bureaux de vote fermés ou dans d’autres lieux où les votes sont comptés », a écrit Richard P. Donoghue dans un courriel envoyé vers 1h30 mercredi.

Le New York Times a publié ce courriel pour la première fois jeudi.

M. Donoghue n’a pas dit si l’approbation du ministère de la Justice était nécessaire pour le déploiement des agents, mais a suggéré qu’il devrait être informé si des mesures sont prises.

« S’il s’avère nécessaire d’envoyer des agents de la police fédérale dans de tels endroits, veuillez en informer immédiatement le ministère », a-t-il écrit. Un fonctionnaire du ministère de la Justice a déclaré au Washington Times que cette note avait été envoyée en prévision de toute perturbation du dépouillement des bulletins de vote. Le fonctionnaire a déclaré que le ministère de la justice voulait s’assurer que les fonctionnaires de l’État et les fonctionnaires locaux sachent que le gouvernement fédéral était disponible pour les aider.

Le ministère de la Justice n’a envoyé aucun agent fédéral nulle part, a déclaré le fonctionnaire au Times. Le président Trump s’est engagé depuis des mois à utiliser des agents fédéraux pour combattre ce qu’il qualifie de fraude électorale généralisée. Au début de l’année, il a menacé d’utiliser les forces de l’ordre pour patrouiller les sites de vote le jour du scrutin.

« Nous allons tout avoir », a déclaré M. Trump dans une interview sur Fox News. « Nous allons avoir des shérifs, et nous allons avoir des forces de l’ordre, et nous allons, espérons-le, avoir des avocats américains et nous allons avoir tout le monde, et des procureurs généraux. Mais c’est très difficile ».

L’utilisation éventuelle d’agents fédéraux armés va probablement faire gronder les démocrates, inquiets que le ministère de la justice utilise des tactiques musclées pour attiser les flammes dans une élection déjà tendue. Certains États n’ont pas fini de compter les votes, les marges entre M. Trump et le candidat démocrate Joseph R. Biden étant très étroites.

Au début de l’année, les démocrates et les groupes libéraux ont fustigé M. Trump et le procureur général William


Source : Washington Times