Q SCOOP – Les «vérités» d’un ancien gendarme beaunois arrivent en librairie.

Les « vérités » d’un ancien gendarme beaunois arrivent en librairie


Le capitaine Hervé Moreau, ancien commandant en second de la compagnie de Beaune, rompt le devoir de réserve en publiant Vérités d’un capitaine de gendarmerie. Des souvenirs de son passage en Côte-d’Or, terre devenue chère à son cœur, qui pourraient lui valoir quelques problèmes avec sa hiérarchie.

Publié par Manuel DESBOIS le 08 oct. 2020 à 15:24


Capture d’écran 2020-10-25 à 21.03.27

Le capitaine Moreau avait quitté l’arrondissement de Beaune le 20 juin sur une Marseillaise collective, la main sur le cœur et les larmes aux yeux. Lors de son discours de départ, prononcé devant 200 personnes, il avait promis de revenir. Une promesse qu’il a déjà tenue à plusieurs reprises à titre privé, mais qu’il s’apprête à concrétiser d’une manière bien particulière : raconter son expérience beaunoise dans un livre.

« Vous allez vivre ce que j’ai vécu »

Selon l’auteur, c’est une première : « Jamais un officier de gendarmerie en situation d’activité n’a écrit sur ce qu’est véritablement la vie en compagnie, […] jamais un officier de terrain, en prise avec les réalités d’un quotidien qui s’impose à tous, n’a rompu le devoir de réserve comme je le fais aujourd’hui », écrit-il dans l’avant-propos de son ouvrage intitulé Vérités d’un capitaine de gendarmerie, un officier d’active rompt le devoir de réserve.

Dans ce prélude à son livre, Hervé Moreau explique ce qui motive son récit « d’une affectation qui [l]’aura changé à tout jamais » : « Vous allez prendre ma place, vous allez vivre ce que j’ai vécu, vous allez comprendre et apprendre aussi sur ces femmes, sur ces hommes qui se consacrent à vous et à votre sécurité, et qui exercent un métier difficile, exposé mais également passionnant, au plus près du genre humain ».

Écrit à la première personne, l’ouvrage est autant une déclaration d’amour à la côte viticole qu’un regard acéré et très personnel sur la société française. Le capitaine de gendarmerie y défend notamment les entrepreneurs : « On demande des efforts toujours aux mêmes, à ceux qui créent de la richesse et concourent au développement du pays ».

Bienveillant avec les maires (« Heureusement qu’ils sont là »), extrêmement critique à propos de l’État (« Un facilitateur devenu empêcheur »), acerbe quand il évoque les « technocrates et hauts fonctionnaires, planqués, surpayés et déconnectés des réalités », Hervé Moreau défend, entre autres, une « laïcité stricte et ferme » ainsi qu’une attribution « considérablement durcie » de la nationalité française.

La liberté de ton et les opinions tranchées du militaire feront des adeptes comme des détracteurs, et ne devraient pas laisser les lecteurs insensibles. Sa hiérarchie non plus, mais l’auteur semble en être pleinement conscient. Déjà disponible en souscription (*), le livre sort le 15 octobre et sera dédicacé par le gendarme au magasin Leclerc de Beaune samedi 17 octobre, de 10 heures à midi et de 14 à 18 heures.


Source : Le Bien Public

(*) Pour plus de renseignements, envoyer un courriel à capitainehervemoreau@gmail.com