Q SCOOP – V.Poutine a réaffirmé son soutien à son voisin biélorusse!

Poutine réaffirme son soutien à l’Etat biélorusse face à des «pressions extérieures sans précédent»

29 sept. 2020, 13:30


Vladimir Poutine, le 4 septembre 2020, à Odintsovo, dans la banlieue de Moscou (image d’illustration).

S’exprimant au sujet de la crise biélorusse, le président russe a tenu à rappeler la longue histoire unissant les deux pays, et évoqué des «pressions extérieures sans précédent» sur le pays depuis l’élection présidentielle du 9 août dernier.

Dans une vidéo adressée aux participants d’un forum russo-biélorusse le 29 septembre, Vladimir Poutine s’est exprimé à propos de la situation en Biélorussie, dans lequel un mouvement de contestation est à l’œuvre depuis le scrutin présidentiel du 9 août, contesté par l’opposition, profitant de cette occasion pour mettre en lumière la longue histoire entre les deux pays.

«Compte tenu de la situation difficile dans laquelle s’est retrouvée la Biélorussie, notamment à cause de pressions extérieures sans précédent après les élections présidentielles je tiens à répéter que les relations entre la Russie et la Biélorussie résistent au passage du temps et aux circonstances changeantes et reposent sur des bases solides», a-t-il déclaré.

Il a par la suite évoqué «d’étroites relations culturelles et spirituelles enracinées dans la durée», ainsi que «des relations familiales et parentales et une histoire commune».

Enfin, le président russe a rappelé l’appartenance de la Biélorussie à l’OTSC (Organisation du traité de sécurité collective – organisation politico-militaire regroupant d’anciennes républiques soviétiques). «Nous nous occupons ensemble du renforcement de la défense, nous faisons face aux menaces et défis de notre époque, en particulier au sein de l’Organisation du traité de sécurité collective», a-t-il conclu.

Dans le même temps, Emmanuel Macron a lui rencontré à Vilnius Svetlana Tikhanovskaïa, ancienne candidate à l’élection présidentielle arrivée deuxième lors du scrutin du 9 août avec 10,1% des suffrages. Elle a annoncé à l’AFP qu’elle devrait prononcer un discours devant le Parlement français après sa rencontre avec le président français.

Citée par l’AFP, la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale a fait savoir que Svetlana Tikhanovskaïa devrait être auditionnée, à distance ou en personne, le 7 octobre prochain à 11h30 par la commission.

Si plusieurs pays en Occident ont contesté les résultats de l’élection présidentielle du 9 août, le président réélu Alexandre Loukachenko a vu dans le mouvement de contestation la main de certaines forces extérieures et dénoncé une «révolution de couleur». De son côté, le directeur du Service de renseignement extérieur russe (SVR), Sergueï Narychkine, a accusé Svetlana Tikhanovskaïa d’être «sous la tutelle» des Etats-Unis. Selon lui, ces derniers auraient organisé les manifestations anti-Loukachenko.


Biélorussie : Svetlana Tikhanovskaïa assure qu’elle s’exprimera devant le Parlement français

29 sept. 2020, 10:23


Alors qu’Emmanuel Macron est en tournée dans les pays baltes, il s’est entretenu avec Svetlana Tikhanovskaïa. La candidate malheureuse à la dernière élection en Biélorussie a annoncé un discours à venir devant les parlementaires français.

Emmanuel Macron a rencontré le 29 septembre à Vilnius Svetlana Tikhanovskaïa, ancienne candidate à l’élection présidentielle biélorusse arrivée deuxième avec 10,1% des suffrages lors du scrutin du 9 août (dont elle ne reconnaît pas les résultats). La femme politique a annoncé à l’AFP qu’elle devrait prononcer un discours devant le Parlement français après sa rencontre avec le président français.

«Nous avons reçu une invitation à prendre la parole devant le Parlement français et nous l’avons acceptée», a-t-elle fait savoir auprès de l’agence de presse, alors que les résultats du scrutin présidentiel sont contestés par une partie de l’opposition mais également par plusieurs puissances occidentales.

Citée par l’AFP, la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale a fait savoir que Svetlana Tikhanovskaïa devrait être auditionnée, à distance ou en présentiel, le 7 octobre prochain à 11h30 par la commission.

Si aucune rencontre n’avait été annoncée entre Emmanuel Macron et Svetlana Tikhanovskaïa lors de la tournée balte du président français (du 28 au 30 septembre), Paris avait laissé entendre ces derniers jours ne pas exclure l’éventualité d’une entrevue. De son côté, l’opposante au président réélu Alexandre Loukachenko avait appelé Emmanuel Macron à être le «médiateur» de la crise en Biélorussie.

«Nous ferons de notre mieux en tant qu’Européens pour aider à la médiation», a déclaré Emmanuel Macron au journaliste après la rencontre, précisant vouloir «revenir à la médiation de l’OSCE [Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe] afin de progresser».

De son côté, le service de presse de Svetlana Tikhanovskaïa a mis en ligne, après la rencontre, un message sur Telegram : «Svetlana Tikhanovskaïa, au nom du peuple biélorusse, a remercié Macron pour sa déclaration publique sur la non-reconnaissance de la légitimité de Loukachenko. Le soutien de la France en tant que pays qui s’est battu pour la démocratie tout au long de son histoire est très précieux pour la Biélorussie».

Elle a également «déclaré que le peuple biélorusse était favorable à la tenue de nouvelles élections cette année. Ce sont les élections qui devraient faire l’objet de négociations internationales, et l’OSCE est la meilleure plate-forme pour de telles négociations».

Enfin, elle a souligné être prête à discuter avec toutes les parties, y compris avec la Russie, afin de parvenir au règlement de la crise en Biélorussie.

Si de nombreux pays en Occident ont contesté les résultats de l’élection présidentielle du 9 août, le président réélu a vu dans le mouvement de contestation la main de certaines forces extérieures et dénoncé une «révolution de couleur». De son côté, le directeur du Service de renseignement extérieur russe (SVR), Sergueï Narychkine, a accusé Svetlana Tikhanovskaïa d’être «sous la tutelle» des Etats-Unis. Selon lui, ces derniers auraient organisé les manifestations anti-Loukachenko.


Source 1: RT

Source 2: RT