Q INFOS – Les Plans du Pentagone en Europe et au Canada!

Le retrait des troupes américaines d’Allemagne affaiblit-il l’Europe ?

La décision américaine va fragiliser un peu plus l’Otan et le consensus des alliés autour de la présence militaire américaine. Des pays « neutres », ni trop engagés dans l’Otan, ni trop engagés dans l’UE, vont attendre de voir comment va évoluer la situation. D’autres, comme la France et l’Allemagne, réaffirmeront la nécessité d’une autonomie stratégique de l’Europe, mais sans lever l’ambiguïté illustrée par le dernier Conseil européen qui a très largement amputé le fonds européen de défense.

Un signal de faiblesse envoyé à la Russie

Le Kremlin n’a que des raisons de se réjouir de l’annonce du secrétaire à la défense des États-Unis et des propos du président américain. Au congrès, des élus républicains et démocrates s’accordent à dire que c’est un cadeau sans contrepartie fait à Poutine. Quand on annonce une diminution de près d’un tiers du volume de forces, on envoie un signal de faiblesse à son adversaire et à ses alliés. Moins d’hommes, cela veut dire moins de moyens et de capacités, un rapport coût distance plus important et cela mine les déploiements prévus dans le cadre de l’Initiative de réassurance pour l’Europe. L’exercice militaire Kavkaz programmé par la Russie en septembre illustrera l’écart avec les exercices de l’Otan et cela pose des questions, en particulier pour les Ukrainiens.

En revanche, si un accord était trouvé sur le statut des forces américaines qui seraient déployées en Pologne et dans les États baltes, Moscou pourrait le voir comme une nouvelle violation du mémorandum de Budapest de 1994.

L’Asie au cœur des préoccupations américaines

L’approche transactionnelle de Donald Trump fragilise également, par capillarité, les alliances des États-Unis dans la région Asie Pacifique. Des pays comme l’Australie, le Japon, Taïwan et la Corée du Sud s’inquiètent de la crédibilité de l’engagement américain.


Le plan du Pentagone prévoit le déplacement de troupes de l’Allemagne vers l’Italie, la Belgique et le retour vers les États-Unis.

Quoi penser ? si on se réfère a l’article Qactus ICI


Par Missy RyanKaren DeYoung et Loveday Morris le 30 Juillet 2020

Le secrétaire à la défense Mark T. Esper a dévoilé les détails d’une révision très attendue de la posture militaire américaine en Europe. (Evan Vucci/AP)

L’administration Trump va déplacer environ 12.000 soldats en Allemagne vers l’Italie, la Belgique et les Etats-Unis, a déclaré le Pentagone mercredi, dans le cadre d’un plan qui, selon les responsables de la défense, vise à renforcer la dissuasion contre la Russie mais dont le président Trump a insisté pour qu’il punisse Berlin.

Le secrétaire à la défense Mark T. Esper, dévoilant les détails d’une révision très attendue de la présence militaire américaine en Europe, a déclaré qu’environ 5 600 de ces troupes se rendraient en Italie et en Belgique. Environ 6.400 seront basés aux Etats-Unis et effectueront des déploiements par rotation en Europe, a-t-il dit.

Cette réduction, plus importante que prévue, ramènera le nombre de troupes américaines stationnées en Allemagne de 36.000 à 24.000, a déclaré M. Esper aux journalistes du Pentagone.

« Comme chacun peut le constater, le repositionnement de nos forces en Europe constitue un changement stratégique majeur et positif, totalement en ligne avec la stratégie de défense nationale, et en accord avec les autres ajustements que les Etats-Unis ont effectués au sein de l’OTAN dans le passé », a-t-il déclaré. Trump, cependant, a critiqué à plusieurs reprises l’Allemagne pour ses contributions insuffisantes à l’alliance de l’OTAN, qualifiant une « énorme délinquance » comme étant la raison du repositionnement des forces américaines. Alors que les pays de l’OTAN partagent un objectif de dépenses de 2 % de leur produit intérieur brut pour la défense, de nombreux États membres n’atteignent pas cet objectif, y compris l’Allemagne. Interrogé sur la réduction des troupes mercredi, M. Trump a réitéré des déclarations antérieures selon lesquelles l’Allemagne n’avait pas payé ses « frais de l’OTAN ».

« Les États-Unis ont été exploités, sur le plan commercial, militaire et tout le reste, pendant de nombreuses années. Et je suis ici, et j’ai tout arrangé », a-t-il déclaré aux journalistes. « Mais l’Allemagne doit des milliards et des milliards de dollars à l’OTAN. Et pourquoi y garderait-on toutes nos troupes ? »

Trump a eu une relation tendue avec la chancelière allemande Angela Merkel sur les dépenses de défense et d’autres questions.

« Nous protégeons l’Allemagne. Nous réduisons donc les forces parce qu’elles ne paient pas les factures. C’est très simple », a-t-il déclaré. « S’ils commencent à payer les factures, je repenserai à cela. »

Selon une analyse de l’OTAN de l’automne dernier, l’Italie et la Belgique ont des dépenses de défense par habitant inférieures à celles de l’Allemagne.

« L’Allemagne paie à la Russie des milliards de dollars par an pour l’énergie, et nous sommes censés protéger l’Allemagne de la Russie. De quoi s’agit-il ? » a déclaré Trump dans un message Twitter mercredi dernier.

Le plan a suscité l’opposition des politiciens des deux parties, qui craignent qu’il n’affaiblisse la dissuasion contre la Russie et n’augmente les tensions au sein de l’OTAN. Dans un récent projet de loi sur la défense, les législateurs de la Chambre ont approuvé des mesures limitant la capacité de l’administration à exécuter les retraits prévus. Il n’est pas clair si la mesure apparaîtra dans la version finale du projet de loi. Le sénateur républicain Mitt Romney (Utah) a qualifié cette décision de « cadeau à la Russie » qui nuirait aux intérêts américains. « C’est une gifle à un ami et allié alors que nous devrions plutôt nous rapprocher dans notre engagement mutuel pour dissuader l’agression russe et chinoise », a-t-il déclaré dans une déclaration.

Le sénateur Jack Reed (R.I.), le plus haut démocrate de la commission sénatoriale des services armés, a décrit cette agression comme une « blessure auto-infligée » qui ferait le contraire de ce qu’Esper a dit qu’elle ferait.

« C’est le type de mesures que le secrétaire d’Etat Mattis a été capable de prendre dans le passé, mais cette administration semble se défaire de la pression de la pandémie », a déclaré Reed, en se référant à Jim Mattis, qui, en tant que premier chef du Pentagone de Trump, a cherché à bloquer les mesures présidentielles visant à contrecarrer les alliances de défense traditionnelles.

L’ancien vice-président Joe Biden, le candidat démocrate présumé à la présidence, a vivement critiqué Trump pour sa façon de traiter les alliés étrangers et a juré, s’il est élu, de renforcer l’OTAN. Son principal conseiller en politique étrangère, Tony Blinken, a déclaré à Reuters cette semaine qu’une administration Biden réexaminerait la décision. Au Pentagone, M. Esper a déclaré que ces changements étaient le résultat d’un long examen de l’empreinte des troupes américaines, dans le cadre d’une tentative de modernisation de l’armée après deux décennies de guerres d’insurrection et d’aide à la concurrence des armées avancées de la Russie et de la Chine.

La réorganisation en Europe donnerait aux commandants une plus grande flexibilité, en amenant un escadron d’avions de chasse F-16 en Italie et en déplaçant deux quartiers généraux à Mons, en Belgique, a-t-il dit, tout en abandonnant un plan visant à déplacer 2 500 membres de l’armée de l’air d’une base britannique vers l’Allemagne. Esper a déclaré qu’au moins une partie des forces retournant aux États-Unis, dont 4 500 membres du 2e régiment de cavalerie, mènerait des déploiements par rotation en Pologne, dans les États baltes et dans la région de la mer Noire.

En plus de déplacer le quartier général du Commandement américain en Europe vers la Belgique, M. Esper a déclaré que le Pentagone pourrait déplacer le Commandement américain en Afrique, comme l’EUCOM qui se trouve maintenant près de la ville allemande de Stuttgart.

Le coût des déménagements annoncés est estimé à « plusieurs milliards de dollars », a-t-il dit. Certaines troupes partiront dans les semaines à venir. Dans une déclaration, le secrétaire général de l’OTAN, Jen Stoltenberg, a déclaré que Washington avait « consulté étroitement » les pays de l’OTAN.

« Alors que nous sommes confrontés à un monde plus imprévisible, nous sommes plus forts et plus sûrs lorsque nous sommes unis », a-t-il déclaré.

M. Esper a déclaré que l’examen de la présence militaire américaine à l’étranger avait commencé l’année dernière. Il a récemment indiqué qu’une première ébauche de la proposition militaire ne lui serait pas présentée pour examen avant septembre. Mais Trump, a-t-il reconnu mercredi, a « accéléré » la partie européenne du plan au cours du mois dernier et a annoncé qu’il avait approuvé un retrait de l’Allemagne. Cette annonce est intervenue quelques semaines seulement après que les dirigeants militaires aient découragé M. Trump, qui est impatient de racheter sa promesse de réduire la présence militaire américaine à l’étranger avant les élections de novembre, d’ordonner de nouveaux retraits de l’Afghanistan et de la Syrie.

L’administration a menacé de retirer ses troupes de Corée du Sud et du Japon, qui accueillent tous deux des dizaines de milliers de soldats américains, alors que les négociations sur les demandes américaines d’indemnités supplémentaires sont au point mort. L’administration discute également du nombre de troupes à venir avec l’Irak. La présence de l’armée américaine à l’étranger serait d’environ 200 000 personnes, soit un peu plus que lorsque le président Barack Obama a quitté ses fonctions.

L’annonce de mercredi a suscité des objections immédiates de la part de l’Allemagne, où les responsables ont affirmé avoir considérablement augmenté les dépenses de défense ces dernières années. En 2019, les dépenses de défense allemandes ont augmenté de 10 %, pour atteindre 49,3 milliards de dollars, soit la plus forte augmentation parmi les 15 plus grands dépensiers militaires du monde, selon une analyse. Cependant, cela ne représente toujours qu’environ 1,3 % du PIB. L’Allemagne a déclaré en 2019 qu’elle atteindrait son objectif de 2 % des dépenses de défense de l’OTAN d’ici 2031, manquant ainsi la date limite de 2024.

Au départ, les fonctionnaires allemands avaient été particulièrement bien classés, car ils n’ont pas été informés des plans avant qu’ils ne commencent à fuir dans les médias, selon un fonctionnaire américain, qui a parlé sous la condition de l’anonymat pour discuter des conversations privées. « Nous parlons enfin de cette question avec les responsables allemands », a-t-il déclaré la semaine dernière.

La ministre allemande de la défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, a été en contact avec ses collègues américains au sujet de ces plans, a déclaré le porte-parole du ministère, Arne Collatz-Johannsen. « Les chiffres ont été communiqués, mais il y a bien sûr d’autres détails qui doivent être discutés », a-t-il dit. Peter Beyer, le coordinateur transatlantique du gouvernement allemand, a déclaré qu’il était encore possible que les plans échouent.

« Il y a de nombreux opposants à Washington, non seulement au sein des démocrates, mais aussi avec les républicains et le Pentagone », a-t-il déclaré à l’agence de presse allemande DPA lundi.

M. Beyer a émis de vives critiques sur la manière dont Washington a géré cette décision, affirmant qu’il était « sans précédent » que le gouvernement ait découvert cette décision à partir d’un article de journal.


les plans secrets du Pentagone et le Canada

NORMAND LESTER Publié le 20 mars 2020


Pour la première fois dans l’histoire moderne des États-Unis, le Pentagone vient de recevoir des ordres secrets de se préparer à assumer la «continuité du gouvernement», si la crise du coronavirus engendre des situations qui empêchent les autorités civiles d’exercer leurs responsabilités et d’assurer la sécurité intérieure.  

Selon Newsweek, le secrétaire à la Défense, Mark Esper, a signé, le 1er février, des directives secrètes ordonnant au US Northern Command (NORTHCOM) de «se préparer à se déployer» à l’appui de «missions extraordinaires potentielles» que pourrait provoquer la pandémie. Elles incluent «la possibilité d’une certaine forme de loi martiale», où des commandants militaires se verraient confier des pouvoirs exécutifs à travers les États-Unis.  

Ces plans d’urgence «Above-Top Secret» portant les noms de code OCTAGON, FREEJACK et ZODIAC sont désormais en place, rapporte Newsweek

En principe, le soutien que le NORTHCOM fournit aux autorités civiles est légalement limité par la loi du Posse Comitatus Act de 1878. Adoptée en réponse aux séquelles de la guerre de Sécession, elle restreint le rôle de l’armée américaine dans l’application des lois nationales. 

Mais la loi créant le Northern Command prévoit qu’en cas d’urgence nationale, naturelle ou d’origine humaine, il peut prendre en charge la situation. 

Vous ne le saviez sans doute pas, mais le Canada et le Québec sont dans le périmètre de sécurité américain relevant du Northern Command et l’armée américaine peut légalement intervenir au Québec pour des missions de sécurité intérieure. Remarquez, pas seulement au Canada, mais aussi au Mexique et partout ailleurs en Amérique du Nord.  

Le Northern Command a été créé à la suite de l’attentat du 11 septembre 2001 pour planifier, organiser et exécuter des missions de défense intérieure, de soutien aux autorités civiles et de «gestion des conséquences d’un événement terroriste utilisant une arme de destruction massive».  

Son aire de responsabilité englobe le Canada, le Mexique et le littoral nord-américain jusqu’à 500 milles nautiques des côtes des océans Atlantique et Pacifique, et comprend également le golfe du Mexique, le détroit de Floride, les Bahamas et une partie des Caraïbes. Contrairement au NORAD (North American Aerospace Defense Command), qui assure la défense aérospatiale du continent, l’état-major du NORTHCOM, dont le siège est au Colorado comme celui du NORAD, ne comprend aucun général canadien.  

Les responsabilités que Washington attribue au NORTHCOM empiètent sur la souveraineté du Canada, du Mexique et des Bahamas. Le Canada a-t-il été forcé de s’y intégrer? Ce qu’on sait, c’est que peu après la création du Northern Command, le gouvernement libéral de Jean Chrétien a signé, en décembre 2002, un «programme d’assistance civile» avec les États-Unis, qui prévoit les conditions de déploiement de troupes américaines au Canada à la suite d’une attaque terroriste ou d’une catastrophe naturelle. La pandémie de la COVID-19 actuelle correspond parfaitement à la définition d’une catastrophe naturelle. Elle est même de très grande envergure.   

L’état-major du Northern Command développe présentement des plans opérationnels d’intervention pour faire face à toute éventualité. Les scénarios catastrophes envisagés comprennent des violences causées par des pénuries alimentaires ou l’inaccessibilité aux soins de santé qui engendreraient des troubles dans les grandes villes américaines. Aux États-Unis, la dangerosité d’une telle situation serait amplifiée par la libre circulation des armes à feu, dont des fusils d’assaut. 

D’ailleurs, le Pentagone a ordonné à tout le personnel en uniforme de rester sur ou à proximité des bases militaires à travers les États-Unis afin d’être en état d’alerte et disposé à se déployer rapidement. L’armée américaine est elle-même vulnérable à la pandémie et cette directive de confinement sert aussi à protéger les militaires de la COVID-19.


Source 1: Whashintong Post

Source 2: journal de Montréal

Source : La-Croix