Q SCOOP – Que s’est-il vraiment passé au Liban?

Très intéressants, attention nous n’affirmons rien, juste une piste de réflexion pour l’instant mais cela peut nous aider à comprendre ce drop passé en 2019 parlant d’une affaire de 2014, et à tué un politique Libanais en 2020.


Maintenant décédé Nazar Najarian, le secrétaire général du parti politique libanais Kataeb qui était anti Hezbollah, ISIL et autres. Le drop #2807 est le lien qui confirme les milliards de dollars qui ont été pris de la guerre en Irak par Bush et canalisés vers le bunker souterrain du port de Beyrouth ainsi que des millions en or et en armes. Obama a entravé l’enquête sur l’argent manquant (contribuable)

L’argent irakien manquant s’est-il terminé dans le bunker du Liban?

Lisez le Drop #2807, du 19 Fevrier 2019, ci-dessous.

Lebanon Bunker


EXPLOSION À BEYROUTH
Décès de Nizar Najarian, secrétaire général des Kataëb

OLJ / le 04 août 2020 à 21h07

Nizar Najarian, secrétaire général du parti Kataëb. Photo Ani

Nizar Najarian, secrétaire général du parti Kataëb, est décédé mardi des suites de l’explosion au port de Beyrouth, rapporte l’Agence nationale d’information (Ani, officielle). M. Najarian qui se trouvait à la maison des Kataëb, à Saïfi, a reçu un coup à la tête. 

L’explosion a fait au moins une dizaine de morts et des centaines de blessés et a brisé les vitres de nombreux immeubles et magasins à des kilomètres à la ronde.


Le député Nadim Gemayel a lui été blessé à la tête et se trouvait à l’hôpital Hôtel Dieu de France. Tarek Merhebi, député du Courant du Futur, a lui aussi été blessé et s’est fait soigner à l’hôpital Clemenceau.

Source : L’orient le Jour



L’enquête sur la disparition d’argent irakien s’achève dans un bunker au Liban

Stuart W. Bowen Jr, à gauche, un inspecteur général spécial qui a examiné la corruption et le gaspillage en Irak.Credit…Christoph Bangert pour le New York Times

Affaire datant du 12 octobre 2014 et réapparut dans le Drop #2807 du 19 février 2019 ??


Dans une interview, Paul Bremer, qui était à la tête de la C.P.A., a défendu la gestion des fonds par l’agence, et a déclaré que l’argent était indispensable pour maintenir les ministères du gouvernement irakien en activité. Il a notamment défendu la décision d’accélérer les vols de fonds en juin 2004, juste avant la fermeture de l’autorité provisoire et son remplacement par un gouvernement irakien intérimaire. Au cours des deux dernières semaines de juin, la C.P.A. a ordonné que 4 à 5 milliards de dollars en espèces soient acheminés à Bagdad depuis New York dans le cadre d’une série de vols rapides de dernière minute.

Le gouvernement irakien « était brisé à ce moment-là », a déclaré M. Bremer. « Les fonctionnaires n’avaient pas été payés depuis environ trois mois. Nous devions envoyer des fonds immédiatement ». Il a dit qu’il y avait un processus budgétaire à Bagdad qui déterminait combien d’argent était demandé à la Réserve fédérale.

« La question est de savoir ce qu’il est advenu de l’argent une fois qu’il a été distribué par l’intermédiaire du ministre des finances », a-t-il dit. « Nous avions un registre très clair des fonds allant au système irakien. »

M. Bowen a rejeté la défense de M. Bremer contre la CPA. La comptabilité des fonds était si laxiste, a-t-il dit, qu’il y avait peu de traces crédibles de la façon dont ils ont été dépensés. « Nos auditeurs ont interrogé de nombreux conseillers principaux de la CPA, et nous avons appris d’eux que les contrôles sur l’argent du Fonds de développement de l’Irak étaient inadéquats », a déclaré M. Bowen. « Nous n’avons pas inventé cela, nous l’avons appris du personnel de la CPA.

D’anciens fonctionnaires du département du Trésor ont également remis en question la nécessité des vols. Le Trésor avait déjà envoyé à Bagdad 1,7 milliard de dollars en espèces provenant de comptes du gouvernement irakien aux États-Unis dans les premières semaines après l’invasion, puis avait développé une nouvelle monnaie irakienne qui a été introduite en octobre de la même année. Ils disent que la nouvelle monnaie a mis fin à la nécessité de nouvelles injections d’argent liquide en provenance des États-Unis.

« Nous ne savions pas que Bremer transportait tout cet argent liquide », a déclaré Ged Smith, qui était à la tête de l’équipe du département du Trésor qui a travaillé à la reconstruction financière de l’Irak après l’invasion. « Je n’en vois pas la raison. »

M. Bowen a déclaré que Brick Tracker, l’enquête la plus sensible de son bureau, a commencé en 2010 lorsque Wael el-Zein, un Américain d’origine libanaise faisant partie de son personnel, a reçu un tuyau sur de l’argent volé et caché au Liban. Un informateur lui a parlé du bunker qui, en plus de l’argent liquide, aurait également détenu environ 200 millions de dollars en or appartenant au gouvernement irakien.


Source 1: The New york Times

Source 2: Foxnews

Source 3: OZY

Source 4: CNBC

Source 5: Reuters

Source 6: The Gardian

Source 7: YouTube