France : Dette de Paris, la mise sous tutelle de la capitale n’est «pas exclue», selon Clément Beaune.


Dette de Paris : la mise sous tutelle de la capitale n’est «pas exclue», selon Clément Beaune.

Publié le 28.11.2022


ActuParis nous rapporte : Il remet une pièce dans la machine, ce dimanche 27 novembre 2022, Clément Beaune, le ministre délégué chargé des Transports, a pointé du doigt la gestion de la Ville de Paris par Anne Hidalgo et de son équipe, estimant sur Europe 1 que la capitale se trouvait « dans une situation financière grave ». Au point d’être mise sous tutelle avec une dette de 7,7 milliards d’euros ?

« Une boule de neige des dettes qui s’accumulent à Paris »

« Les chiffres sont éloquents, la dette depuis le début du mandat de Madame Hidalgo en 2014 a doublé », a indiqué M. Beaune avant de préciser que la mise sous tutelle de Paris « n’est pas exclue ».

« C’est gravissime, je ne le souhaite pas car ce serait un ultime recours extrêmement négatif, je suis attaché à la liberté, à l’autonomie des collectivités locales et je suis attaché à la responsabilité en politique, donc que chacun assume ses actes », a-t-il poursuivi.

« Aujourd’hui, Madame Hidalgo, pour essayer de faire face à cette espèce de boule de neige, de dettes qui s’accumulent, dit, brisant sa dernière promesse, ‘je vais augmenter de 55% la taxe foncière des Parisiennes et des Parisiens’. Bon, qu’elle le dise et qu’elle l’assume, elle l’a annoncé par communiqué de presse, sans aucune conférence, on voit qu’il y a une espèce de fin de règne qui s’est installée », a-t-il appuyé.

Des propos tenus quelques jours après ceux de son collègue Gabriel Attal, ministre de l’Action et des Comptes publics, qui s’en était pris à la gestion de la maire de Paris, critiquant la hausse de la taxe foncière et la mise en place, dans le cadre de la gestion des loyers des HLM parisiens, d’un système qui « relève de Ponzi ». La Ville de Paris a annoncé son intention de porter plainte pour diffamation.

Pour infos : Gabriel Attal vise la Mairie de Paris, l’offensive de Gabriel Attal contre Anne Hidalgo préfigure la bataille de 2026.