Brésil : J. Bolsonaro nous explique et nous dit qu’il a trois options.


J. Bolsonaro nous explique et nous dit qu’il a trois options.

Publié le 12.11.2022


J. Bolsonaro dit qu’il a 3 options : 1. Être emprisonné 2. Être assassiné 3. Ou la victoire. À la fin, il dit que « la première alternative N’EXISTE PAS » !

Au Brésil la fraude est plus que confirmé, les médias commencent à en parlé.

Des contrôleurs fiscaux tentent de saisir les tentes des manifestants devant le quartier général de l’armée à Brasilia et l’armée interdit l’opération

En pleine manifestation devant le quartier général de l’armée à Brasilia, des contrôleurs fiscaux du district fédéral inspectent les tentes dans l’espace, avec l’intention de saisir des marchandises. En raison d’un conflit de compétence, puisqu’il s’agit d’une zone militaire, la police militaire est appelée et interdit les saisies. Les contrôleurs fiscaux ont également photographié et filmé les travailleurs qui se trouvaient dans l’espace.

Lentement, mais sûrement, l’armée protège les manifestants des actions arbitraires des acteurs véreux de l’État profond.

Ha BE là, c’est plus la même limonade. La police fédérale civile et militaire du Brésil envahit le congrès national pour protester contre la fraude.

Ci-dessous : Les journalistes appellent les manifestants de criminel et voici ce qu’un journaliste ose dire en direct à la télé : « les bandits portent des drapeaux, des maillots de l’équipe du Brésil et des bouteilles d’eau, voici nos criminels« .

Le nom d’André Ramos Tavares fait partie de la triple liste du STF ; le président a suivi sa recommandation, mais a retardé la mesure de six mois.

Le président Jair Bolsonaro (à gauche) et l’avocat André Ramos Tavares (à droite) posant côte à côte 10.nov.2022 (jeudi) – 10:11am

Le président Jair Bolsonaro (PL) a nommé mercredi (9 novembre 2022) l’avocat André Ramos Tavares au poste vacant de ministre suppléant au TSE (Tribunal supérieur électoral). La nomination a été publiée dans une édition supplémentaire du Journal officiel de l’Union. Voici le texte intégral de la loi (70 KB).

A moins de 2 mois de quitter le poste de président de la République, Bolsonaro a mis fin à l’impasse qui a duré plus de 6 mois sur fond de tensions avec le TSE.

Le nom de Ramos Tavares figurait en tête de la triple liste envoyée au Planalto par le STF (Cour suprême) le 4 mai. Avec le soutien du vice-président du TSE, Ricardo Lewandowski, l’avocat a obtenu neuf voix parmi les onze juges de la Cour.

Suivent : Fabrício Juliano Mendes Medeiros (avec 8 voix) et Vera Lúcia Santana Araújo (avec 7 voix).

Lorsqu’il a reçu les nominations, Bolsonaro s’est plaint auprès de ses alliés d’avoir pris en considération les candidats alignés à gauche, mais il a fini par accepter le nom le plus voté de la triple liste.

André Ramos Tavares est titulaire d’un doctorat et d’une maîtrise en droit de la PUC-SP et est ancien président de la Commission d’éthique publique de la présidence de la République.

Le poste vacant à la TSE a été ouvert avec le départ du ministre Carlos Mário Velloso Filho. L’avocat a démissionné en mars pour des raisons de santé. Il restera en poste jusqu’en août 2023 et sera responsable des questions relatives à la propagande électorale lors des contestations de cette année. Le ministre Cármen Lúcia a repris le poste.

Le TSE est composé de sept ministres, trois du STF, deux du STJ (Cour supérieure de justice) et deux avocats ayant des connaissances juridiques notoires. Il y a également un nombre égal de ministres suppléants dans leurs catégories respectives.