Brésil : La folie, un conducteur a foncé dans une foule de supporters de J. Bolsanoro, il a été arrêté. [vidéo]


La folie, un conducteur a foncé dans une foule de supporters de J. Bolsanoro, il a été arrêté. [vidéo]

Publié le 3.11.2022


Tout avait bien commencé par ce clip du Printemps Brésilien, la suite est tragique suite aux élections truquées de Lula dit le « Le Calamar ».

Traduction du Tweet :

Un clip vidéo symbolique parfait de ce #PrintempsBrésilien en plein essor. Les Brésiliens savent que leur armée et leur police croient en la défense des 🇧🇷 contre les menaces étrangères et nationales. Et le peuple sait ce que les marxistes du Forum de Sao Paulo comme Lula (surnommé « calamar » pour une bonne raison) peuvent faire au Brésil.

Des rapports en ligne affirment que c’est un partisan de Lula qui a traversé la foule en voiture.

Un autre angle du conducteur qui traverse une foule de supporters de Bolsanoro, il a traversé et écrasé les supporters rassemblés sur la route.

Le conducteur qui a foncé dans une foule de supporters de Bolsanoro a été arrêté.

Les conséquences de la collision entre le conducteur de la voiture et les supporters de Bolsanoro. Il y aurait 15 blessés.

Plus de vidéos en cours.


The New York Times nous rapporte que le peuple brésilien ne tolérera pas que les mondialistes et le PCC lui volent son pays …

BRASÍLIA – Ils sont arrivés par dizaines de milliers mercredi, en colère et drapés de drapeaux brésiliens, se massant devant les bases militaires du pays. Ils étaient là, disaient-ils, pour sauver la démocratie brésilienne d’une élection truquée, et il n’y avait qu’un seul moyen d’y parvenir : Les forces armées devaient prendre le contrôle du gouvernement.

Des partisans du président Jair Bolsonaro se rassemblent devant le quartier général national de l’armée brésilienne, mercredi à Brasília, la capitale. Crédit…Dado Galdieri pour le New York Times

Il s’agissait d’une demande alarmante dans un pays qui a souffert d’une dictature militaire de deux décennies jusqu’en 1985 – et d’un autre rebondissement bizarre au lendemain des élections polarisées du Brésil.

Un jour plus tôt, le président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, avait accepté à contrecœur un transfert de pouvoir après 45 heures de silence suite à sa défaite face à un ancien dirigeant de gauche, Luiz Inácio Lula da Silva. Mais après les années d’attaques infondées de M. Bolsonaro contre les systèmes électoraux du Brésil, ses partisans semblaient loin d’accepter la défaite.

Andrea Vaz, un partisan du président Jair Bolsonaro, tient une pancarte dénonçant des fraudes lors de l’élection présidentielle devant le quartier général de l’armée, mercredi.Crédit…Dado Galdieri pour The New York Times

« Je ne comprends pas très bien, mais ils doivent intervenir et organiser de nouvelles élections », a déclaré Andrea Vaz, 51 ans, vendeur de matériel informatique, tenant une pancarte disant « Fraude dans les machines à voter ! » lors d’une grande manifestation devant le siège national de l’armée brésilienne à Brasília. « Nous avons vu différentes vidéos. Des gens distribuant de l’argent, achetant des votes », a-t-elle ajouté. « Il y a des preuves. »

Mais certains manifestants avaient des demandes plus claires et plus radicales, qui circulaient sur les groupes WhatsApp et Telegram : Les militaires devraient prendre le contrôle des rues, le Congrès et la Cour suprême devraient être dissous, et le président devrait rester au pouvoir, au moins jusqu’à ce que de nouvelles élections puissent être organisées.

Les protestations généralisées et les appels aux forces armées ont été une escalade du refus de l’extrême droite brésilienne d’accepter l’élection de M. da Silva, un ancien président que beaucoup de gens de droite considèrent comme un criminel en raison de son scandale de corruption passé.

Mardi, dans un discours de deux minutes dans lequel il n’a pas reconnu sa défaite, M. Bolsonaro a déclaré qu’il soutenait les manifestations pacifiques inspirées par des « sentiments d’injustice dans le processus électoral ».

Beaucoup de ses partisans ont vu cela comme un tampon d’approbation. « Ce qu’il a dit hier m’a donné plus d’énergie pour venir », a déclaré Larissa Oliveira da Silva, 22 ans, qui était assise sur une chaise de plage lors de la manifestation à São Paulo, soutenant son pied cassé. « Après ses commentaires, j’ai vu qu’il était de notre côté ».

Mais d’autres manifestants ont déclaré que M. Bolsonaro avait effectivement renoncé à son accord de transfert du pouvoir à M. da Silva mardi, et qu’ils se tournaient donc vers les forces armées.

Dans un communiqué, le ministère brésilien de la Défense a déclaré que « les manifestations, pour autant qu’elles soient ordonnées et pacifiques, sont l’exercice de la liberté d’expression, de pensée et de réunion, conformément aux principes constitutionnels et aux lois en vigueur ».

L’armée n’a pas envisagé d’intervenir dans le transfert du pouvoir et, si les protestations s’étendent, elle pourrait demander au président de demander à ses partisans de rentrer chez eux, selon un haut responsable militaire qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat pour décrire des entretiens privés. L’armée, qui a aidé à superviser l’élection, n’a trouvé aucun signe de fraude, a déclaré le responsable.

Le ministère de la Défense a déclaré qu’il remettrait bientôt son rapport sur l’intégrité du vote aux responsables électoraux.

Lors d’entretiens avec plus de 60 manifestants à travers le Brésil depuis dimanche, presque aucun d’entre eux ne pensait que l’élection était propre. Ces croyances étaient ancrées dans les mêmes preuves circonstancielles, les mêmes rapports non attribués et les mêmes inexactitudes que ceux que M. Bolsonaro a mis en avant pendant des années pour affirmer que les élections au Brésil sont truffées de fraudes. Ils avaient vu des vidéos montrant des machines à voter défectueuses, avaient lu que les tendances dans les résultats des votes étaient suspectes et, disaient-ils, ils ne faisaient tout simplement pas confiance aux agents électoraux.

Mais surtout, ils ont dit que M. Bolsonaro avait attiré des foules bien plus importantes que M. da Silva – et que presque toutes les personnes qu’ils connaissaient avaient voté pour le président – alors comment se peut-il qu’il ait perdu ?

Le mouvement est peu organisé. Il ne semblait pas y avoir de leaders officiels de la protestation, et des personnalités publiques de premier plan, y compris des politiciens conservateurs, ne se sont pas fait l’écho d’appels similaires à l’intervention. Pourtant, il s’est rapidement transformé en la plus grande manifestation depuis que M. Bolsonaro a perdu le vote dimanche.

Avec une participation collective de plus de 100 000 personnes, les manifestants se sont rassemblés dans au moins 75 villes, y compris dans les 27 capitales des États du Brésil, souvent autour de bases militaires.

La police s’est heurtée à des manifestants pro-Bolsonaro qui bloquaient l’autoroute de Castelo Branco à São Paulo mercredi.Credit…Victor Moriyama for The New York Times

Ailleurs dans le pays, les manifestants ont continué à bloquer les autoroutes, créant des embouteillages sur des kilomètres et perturbant les transports et le fret. Ces blocages ont commencé immédiatement après les résultats des élections de dimanche, dans le cadre de ce que les manifestants ont appelé une tentative de « paralyser » le Brésil et de forcer l’armée à intervenir. Mercredi après-midi, 146 barrages étaient encore actifs, selon la police fédérale des routes.

Dans les environs de São Paulo, les barrages ont provoqué de multiples embouteillages sur plus de 60 miles mercredi, selon l’agence locale de la circulation, et ont entraîné l’annulation de 1 400 bus. Les perturbations ont également provoqué des pénuries de carburant dans au moins quatre États.

M. Bolsonaro a publié une vidéo mardi en fin de journée, implorant ses partisans de cesser de bloquer les routes, affirmant que cela perturbait les vies et nuisait à l’économie. « Je suis aussi contrarié et triste que vous, mais nous devons mettre la tête au bon endroit », a-t-il déclaré. « Les autres manifestations qui ont lieu à travers le Brésil sur les places publiques font partie du jeu démocratique. »

« Faisons ce qui doit être fait », a-t-il ajouté. « Je suis avec vous. » Il n’a pas abordé directement les appels à une intervention militaire.

Les protestations ont été largement non violentes. L’incident le plus notable a été une attaque contre des manifestants à Mirassol, une ville de taille moyenne au nord de São Paulo, lorsqu’une voiture a foncé dans la foule, blessant 11 personnes, selon la police locale. Un homme a été arrêté pour tentative de meurtre, a indiqué la police.

Au-delà de leur insistance sur le fait que le vote a été volé, les manifestants étaient également motivés par leur mépris pour M. da Silva, qui a été la figure politique la plus dominante au cours des 34 années de la démocratie moderne du Brésil. Universellement connu sous le nom de Lula, il a été l’un des principaux candidats à six des neuf élections présidentielles organisées au cours de cette période et en a remporté trois.

Mais après sa dernière administration, il a également purgé 17 mois de prison pour corruption, qui ont ensuite été annulés lorsque la Cour suprême a jugé que le juge chargé de ses affaires était partial.

Il n’a cependant jamais été innocenté, ce qui a alimenté la croyance selon laquelle il n’est pas digne de confiance et a fait de lui une force plus polarisante pour de nombreux Brésiliens que M. Bolsonaro.

Danielle Mota tient une banderole appelant à une intervention dans l’élection devant le quartier général de l’armée, mercredi.Crédit…Dado Galdieri pour le New York Times

« Nous ne voulons pas d’un président voyou qui a volé, qui a été arrêté, qui avait diverses personnes dans son gouvernement qui ont pillé le Brésil », a déclaré Danielle Mota, 43 ans, une coiffeuse tenant une pancarte sur laquelle était écrit « Intervention fédérale ».

« Nous voulons vraiment une intervention militaire », a-t-elle ajouté. « Tout comme en 1964. »

C’est cette année-là que les forces armées, avec le soutien des États-Unis, ont renversé le gouvernement, instaurant pendant 21 ans une dictature militaire qui a tué ou torturé des milliers d’opposants politiques. La plupart des manifestants interrogés mercredi lors de manifestations dans trois des plus grandes villes du pays, Brasília, São Paulo et Rio de Janeiro, ont déclaré vouloir que le Brésil reste une démocratie. Mais d’autres, face à M. da Silva comme président, ont dit qu’il était temps pour un gouvernement militaire.

« Pour toujours », a déclaré Kenya Oliveira, 38 ans, tenant dans ses bras son fils de 4 ans.

Camila Rocha, une politologue brésilienne qui a écrit un livre sur la radicalisation de la droite brésilienne, a déclaré que les appels à l’armée étaient le produit d’années d’absorption des affirmations de M. Bolsonaro selon lesquelles les élections étaient truquées, combinées aux craintes d’une administration da Silva.

Le Parti des travailleurs de gauche de M. da Silva était au centre d’un vaste système de pots-de-vin du gouvernement qui a été révélé après son départ du pouvoir en 2010, entraînant l’emprisonnement de nombreux hauts responsables du parti. M. Bolsonaro et ses alliés qualifient depuis longtemps le parti de corrompu, mais ils l’ont aussi présenté à tort comme communiste.

De nombreux membres de la droite considèrent M. da Silva « non pas comme un adversaire, mais comme un ennemi qu’il faut contenir », a déclaré Mme Rocha. « En ce sens, il y a un fort parallèle avec le coup d’État de 1964, qui était justifié précisément pour arrêter l’avancée de ce que l’on pensait être la montée du communisme au Brésil. »

De nombreux manifestants ont déclaré que leurs demandes d’intervention étaient soutenues par l’article 142 de la Constitution brésilienne, qui stipule que l’armée a pour rôle de « garantir les pouvoirs constitutionnels » sous « l’autorité suprême du président. »

Selon des juristes constitutionnels et des décisions de justice antérieures, cet article ne permet pas aux militaires de prendre le contrôle du gouvernement.

Marco Aurélio Mello, juge de la Cour suprême à la retraite et partisan déclaré de M. Bolsonaro, a déclaré que l’interprétation des manifestants n’était qu’une « nostalgie du régime autoritaire ».

Il a ajouté que les manifestants avaient plutôt « le droit des perdants de se plaindre ».