Rwanda : RÉVÉLATIONS mission « Turquoise » ! «Nous avons livré des camions d’armes aux génocidaires sur ordre de l’Élysée». Un officier français témoigne qu’ils étaient complices du génocide Rwandais.

RÉVÉLATIONS mission « Turquoise » ! « Nous avons livré des camions d’armes aux génocidaires sur ordre de l’Élysée ». Un officier français témoigne qu’ils étaient complices du génocide Rwandais.

Publié le 5.10.2022


Guillaume Ancel, ancien officier : « Au Rwanda, on a vu le génocide sous nos yeux ».

Guillaume Ancel, ancien officier de l’armée française déployée au Rwanda, publie « Rwanda, la fin du silence, témoignage d’un officier français » (Éd. Les Belles Lettres). Il souhaite briser le silence sur la réalité de l’opération Turquoise de l’été 1994.

Nous posons la même question (qu’à 7:00 min), suite à cette vidéo : Comment qualifierez-vous « le degré de complicité de l’Élysée dans la guerre en Ukraine voulue explicitement par l’OTAN et Macron, dans le futur de la France avec le Gouvernement de Macron ? Le passé révèle le futur, n’attendons pas la fin du génocide nucléaire pour arrêter une fois pour toutes ce gouvernement complice.

Qui était à l’Élysée à cette époque la faite vos recherches et vous ne serez pas surpris ?

Depuis 1975, sous le président de Valéry Giscard d’Estaing, un accord d’assistance militaire lie la France et le Rwanda depuis 1975. François Mitterrand, Président à l’époque du génocide, ne s’en est jamais dédit.

Le président français François Mitterrand en compagnie du président rwandais Juvénal Habyarimana le 10 décembre 1984 à Kigali. | GEORGES GOBET/AFP

En 1990, la France prend fait et cause pour le régime de Juvénal Habyarimana et s’engage militairement avec l’opération militaire Noroît, censée protéger les expatriés étrangers, mais qui constitue aussi une présence « dissuasive » pour protéger le régime en place contre l’offensive rebelle.

Le rapport de 2021 pointe ainsi l’aveuglement de François Mitterrand et de l’État-major français face au génocide en cours. Pour la commission d’historiens, si le pouvoir français n’a pas cherché à aider à un génocide des Tutsi, il a apporté un soutien politique et militaire au régime rwandais qu’il jugeait légitime, à l’origine de ce génocide.

D’autres infos sur Ouest France