Bulgarie : Le gouvernement Petkov est tombé suite à une Motion de censure liée à la hausse de l’inflation. L’effet boomerang des sanctions de la Russie.


Le gouvernement Petkov est tombé suite à une Motion de censure liée à la hausse de l’inflation. L’effet boomerang des sanctions de la Russie.

Le gouvernement Bulgare, dirigé par un pantin des USA, est tombé. En affaires courantes depuis 72 heures, la Bulgarie n’a pas pu dans les faits et en droit hier voter pour la candidature de l’Ukraine à l’UE, qui est donc illicite..

Publié le 24.6.2022


Les principales raisons sont la rupture des relations avec Gazprom après quoi l’approvisionnement en gaz russe a été arrêté. Le gouvernement bulgare tombe après le vote d’une motion de censure. Dans le conflit Ukraine-Russie, le PM a préféré le camp occidental contre la Russie, alors que le pays est traditionnellement pro-russie.

Compte tenu de cela, le Bulgare canadien. Petkov, connu pour ces déclarations russophobes a été chassé.

The Guardian Rapporte : « Je crains que la Bulgarie ne devienne un État mou » : Kiril Petkov sur la menace de la Russie » BULGARIE STOP … ET ENCORE !

En Bulgarie, le gouvernement Petkov est tombé. Le Parlement lui a adressé un vote de défiance. Les principales raisons sont la détérioration de la situation économique dans le pays après le début de l’accord de libre-échange ET la rupture des relations avec Gazprom, après quoi les livraisons de gaz russe ont cessé dans le pays, ce qui a également affecté la crise économique dans le pays. Sans parler de ses diverses déclarations russophobes.

Il nous étonnerait que le prochain gouvernement de Bulgarie ait assez de courage et de détermination pour revenir sur les folles précédentes décisions anti-russe. La soumission masochiste étant une des « valeurs » fondamentales de la bureaucratie de l’UE, administration civile de l’OTAN, outil de contrôle politico-militaire de la domination de yankeeland sur notre Patrie continentale !

Bulgarie : le gouvernement renversé par une motion de censure

Un manifestant pro-gouvernemental tient un drapeau bulgare lors d’une manifestation de soutien à l’exécutif, le 21 juin 2022 (image d’illustration).

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/99431-bulgarie-gouvernement-renverse-par-motion-censure

Le gouvernement bulgare du Premier ministre libéral Kiril Petkov a été renversé ce 22 juin par une motion de censure, plongeant le pays dans une nouvelle crise politique après déjà trois élections l’an dernier.

Renversé après six mois au pouvoir : le Premier ministre bulgare Kiril Petkov a été confronté le 22 juin au Parlement une motion de censure, sur fond de divergences accrues liées au dossier ukrainien. Le texte a été adopté par 123 députés, tandis que 116 ont voté contre, sur les 240 sièges, a annoncé le vice-président du Parlement, Miroslav Ivanov.

Les Bulgares ont déjà vécu trois législatives l’an dernier. Jusqu’à la fracassante entrée en politique du libéral pro-européen Petkov, un diplômé de l’université Harvard affichant une volonté de faire table rase de la corruption après les trois mandats de son prédécesseur, Boïko Borissov.

Le président Roumen Radev va désormais appeler à des négociations pour tenter de former un nouveau cabinet. Le parti de Kiril Petkov, vainqueur des dernières élections, devrait refaire un essai, suivi de deux autres partis.

En cas d’échec, le Parlement sera dissout et de nouvelles élections organisées.

Plusieurs dossiers qui sèment la zizanie

Mais la coalition hétéroclite formée en décembre s’est fissurée : début juin, elle a perdu le soutien du parti anti-système «Il y a un tel peuple» (ITP).

Dans l’opposition, le Gerb, parti conservateur de Boïko Borissov, s’est engouffré dans la brèche et a déposé une motion, pointant «l’échec de la politique économique et financière du gouvernement», dans un contexte de flambée des prix.

Parmi les thématiques ayant semé la zizanie : les livraisons d’armes à l’Ukraine. Au sein du gouvernement, si la plupart y étaient favorables, les socialistes ont refusé mordicus de répondre aux demandes de Kiev.

Source de discorde également, le veto bulgare au lancement de négociations d’adhésion de la Macédoine du Nord à l’UE, pour des raisons de contentieux historiques et culturels.

Le conflit en Ukraine a remis sur la table la question de l’élargissement de l’UE aux Balkans, à l’importance géostratégique accrue, et la pression occidentale pour que Sofia lève son opposition à ce sujet s’est accentuée. Mais la stratégie de rapprochement avec l’UE amorcée par Kiril Petkov n’a pas été au goût de tous dans le gouvernement.