Canada : La Chine laisse planer de « graves conséquences »


Le Canada s’expose à de « graves conséquences » s’il continue à participer à des patrouilles militaires au large de la Corée du Nord, a averti la Chine. 

Sommaire

Publié le 6.6.2022 par AFP


Le gouvernement chinois a fustigé les «provocations» du Canada, à la suite d’interceptions par des appareils chinois d’avions de reconnaissance canadiens.

Capture d’écran Aviation geek club

À lire aussi : USA : Documents déclassifiés, voici comment la Maison-Blanche se prépare à l’apocalypse.

Selon Ottawa et les Forces armées canadiennes, des avions de reconnaissance CP-140 Aurora ont été interceptés plus d’une fois par des appareils de la Force aérienne de l’armée populaire de libération (PLAAF), alors qu’ils effectuaient des missions de surveillance pour faire respecter les embargos visant la Corée du Nord, sous l’égide de l’ONU

«Lors de ces interactions, les avions de la PLAAF n’ont pas respecté les normes internationales de sécurité aérienne. Ces interactions ne sont pas professionnelles et/ou mettent en danger la sécurité de notre personnel de l’Aviation royale canadienne», avait dénoncé l’armée le 1er juin, en laissant entendre que les interventions chinoises forçaient les appareils canadiens à changer de trajectoire de vol.

Or, la Chine voit d’un autre œil ces interventions. 

«Le Conseil de sécurité de l’ONU n’a jamais autorisé aucun pays à exercer une surveillance militaire des espaces aériens et maritimes d’autres pays dans le but de faire respecter des sanctions», a dénoncé Zhao Lijian en pointe de presse lundi, selon des propos relayés par Reuters.

Un porte-parole de l’armée chinoise, Wu Qian, a renchéri en affirmant que son pays a pris «des mesures raisonnables, vigoureuses et professionnelles en réponse aux actes provocateurs et aux opérations inamicales et non professionnelles du Canada».

Retour au Menu


Le Canada accuse l’aviation chinoise de conduite dangereuse.

À lire aussi : Grande-Bretagne : Un superbe film montre les conséquences réelles sur la femme et le père de Julian Assange.

L’armée canadienne a accusé l’armée de l’air chinoise de conduite «non professionnelle et qui a pu mettre en danger les membres de l’armée de l’air canadienne» lors de récentes interactions dans l’espace aérien international en Asie. 

Les avions canadiens étaient déployés au Japon dans le cadre des efforts multinationaux pour faire respecter les sanctions contre la Corée du Nord.

Alors qu’ils étaient en vol, des avions canadiens se sont trouvés face à des avions militaires chinois qui cherchaient manifestement à les faire changer de trajectoire, «sans respect des normes internationales de sécurité», explique le communiqué publié mercredi soir par l’armée canadienne.

Dans certains cas, les pilotes canadiens ont dû brusquement modifier leur trajectoire pour «éviter une collision avec les avions qui tentaient de les intercepter», dit le communiqué, qui ajoute que les avions chinois étaient parfois tellement proches que leur équipage «était nettement visible».

L’armée canadienne note encore que ce genre d’interactions militaires dans l’espace international lors de missions menées dans le cadre des sanctions votées par l’ONU deviennent de plus en plus fréquentes, et que «ce problème a déjà été évoqué par les voies diplomatiques».

Les services de renseignement américains estiment que la Corée du Nord prépare actuellement son premier essai nucléaire depuis 2017.

Les Etats-Unis avaient demandé jeudi dernier au Conseil de Sécurité de l’ONU de durcir les sanctions à l’égard de la Corée du Nord après une série de tirs de missiles, y compris d’un missile balistique intercontinental.

Mais la Chine, le principal allié de la Corée du Nord, et la Russie, dont les relations avec l’Occident se sont complètement détériorées depuis son invasion de l’Ukraine, ont opposé leur véto, estimant qu’un durcissement des sanctions ne ferait qu’augmenter la tension et serait donc contre-productif.

En juin 2019, deux navires canadiens opérant en mer de Chine orientale avaient été suivis lors de leur passage par plusieurs vaisseaux chinois et par des avions militaires, dont certains étaient venus raser les bateaux.

Pékin considère la mer de Chine comme sa zone d’influence et mène depuis des années d’innombrables actions pour tenter de s’approprier ces eaux internationales: provocations militaires envers des avions ou des navires étrangers, parfois même de simples bateaux de pêche; construction d’installations sur des îlots contestés, ou encore en procédant à des forages en mer, là encore dans des zones contestées.

Retour au Menu