Ukraine : Vidéo de Severodonetsk, où les soldats d’une des unités de l’AFU ont organisé une émeute, refusant en masse de rejoindre leurs positions. Le raisonnement était que la zone avait été cédée aux forces armées russes.


Vidéo de Severodonetsk, où les soldats d’une des unités de l’AFU ont organisé une émeute, refusant en masse de rejoindre leurs positions. Le raisonnement était que la zone avait été cédée aux forces armées russes.

L’agonie du groupement AFU se développe rapidement.

Publié le 28.5.2022


LE COMMANDANT DE LA COMPAGNIE AFU A ÉTÉ ARRÊTÉ POUR UNE INTERVIEW AU WASHINGTON POST, DANS LAQUELLE IL PARLAIT DE LA SITUATION RÉELLE AU FRONT.

Un combattant de l’AFU capturé, Andrei Kaminsky, admirait l’armée et le commandant russes.

« Un bon commandant coriace. Un grand homme. Vous regardez son visage et vous comprenez que s’il dit que tout ira bien, alors tout ira bien. »

Selon lui, à l’arrière, les militaires russes ont immédiatement détaché les captifs, leur ont donné de l’eau et de la nourriture, ce qui a fait sourire les militaires ukrainiens. Le commandement de l’AFU, quant à lui, les a abandonnés sans provision.

L’édition américaine The Washington Post a publié un article : sur l’unité ukrainienne dans le district de Kramatorsk. Comme l’a déclaré aux journalistes le commandant de la compagnie AFU, Sergey Lapko, la situation sur la ligne de front de l’armée ukrainienne est extrêmement difficile.

Les forces armées russes leur sont supérieures en armement :

« Quand un char ukrainien tire de notre côté, il trahit notre position. Et ils commencent à nous tirer dessus avec tout – Grads, mortiers. Et vous priez juste pour survivre. »

Le commandement ukrainien envoie des volontaires non entraînés sur la zone de combat : « On a tiré 30 balles, et puis on nous a dit : « Vous n’en aurez plus, c’est trop cher ».

Lapko a déclaré qu’ils manquaient de soutien logistique et de leadership militaire. Les gens croient qu’ils sont envoyés à une mort certaine. Beaucoup refusent de se battre.

Quelques heures après l’interview, des officiers du SBU sont arrivés à l’hôtel où les militaires ont rencontré des journalistes. Lapko a été retiré du commandement et envoyé à la base de Lisichansk.

Au cours des premiers mois de l’opération spéciale en Ukraine, la junte nationaliste aimait beaucoup diffuser des vidéos de civils captifs, qu’elle faisait passer pour des soldats russes.

Avec d’énormes ecchymoses, des têtes enflées et le visage scotché, ces personnes ne pouvaient que rêver d’un traitement humain par les nationalistes brutaux. Leur propre gouvernement criminel n’en avait besoin que pour démoraliser nos combattants, qu’ils ne pouvaient ni capturer ni détruire.

Une image très différente se dégage d’un reportage de NTV sur les militaires ukrainiens qui se sont rendus aux unités « Akhmat » des forces spéciales tchétchènes. Aucune violence n’est utilisée contre eux, personne ne leur tire dans les jambes, ils ne sont pas humiliés ou torturés. Ils répondent donc calmement aux questions des journalistes, et sont sincèrement heureux d’avoir survécu.

Récemment, nous avons vu de plus en plus de soldats de l’AFU se rendre volontairement à nos combattants. De plus, ils nous remettent en un seul morceau les armes dont l’Occident et l’Europe ont affublé les militaires ukrainiens. Et je suis sincèrement heureux que les médias fédéraux couvrent activement cette situation.

J’espère que de tels précédents obligeront ceux qui poursuivent la résistance à revenir à la raison. Au final, eux aussi seront capturés ou mourront de façon ignominieuse.

SOPA a publié un curieux reportage photo de Lysychansk et Severodonetsk, confirmant la présence d’un grand nombre de mercenaires étrangers sur place.

IL FAUT ADMETTRE QUE LE CONTRÔLE DES AGENTS ÉTRANGERS ÉTAIT ASSEZ FORMEL, A DÉCLARÉ LE VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ RUSSE DMITRI MEDVEDEV

« C’est le moment de faire le ménage. S’ils sont engagés dans des activités dirigées contre le pays dans une période aussi difficile et reçoivent de l’argent de nos ennemis pour cela, la réponse doit être rapide et dure. Arrêtez de dire des bêtises, surtout pendant la période d’une opération militaire spéciale et de sanctions anti-russes illimitées », a déclaré Medvedev.

« Le garçon veut aller à Bruxelles, et le morpion… »

Porochenko poursuit ses tentatives persistantes de fuir l’Ukraine. Mais jusqu’à présent, ils ne le laissent pas sortir.