OTAN : Ce que l’OTAN ne réalise pas, « que c’est sa fin ultime » – par Scott Ritter.


Ce que l’OTAN ne réalise pas, c’est que la Russie n’a aucune intention d’envahir l’Ukraine ou l’Europe orientaleLa Russie n’a fait que démontrer la coquille vide qu’est devenue l’OTAN

 La disparition définitive de lOTAN

Voici un article assez percutant à prendre en compte ci-dessous au sujet de l’OTAN par Scott Ritter, mais avant nous voulions vous expliquer que même si nous savons que l’Ukraine est Russe, car elle a été le berceau de la Russie, une entente mutuelle est forte à parier pour détruire l’OTAN explication :

Le berceau de la Russie : L’Ukraine s’étend de part et d’autre du Dniepr et au nord de la mer Noire. Elle est un peu plus vaste que la France (600.000 km2) mais moins peuplée. Ses 45 millions d’habitants) ont été aussi longtemps désignés sous l’appellation de «Petits-Russiens» du fait de leur parenté étroite avec la Russie. Mieux, c’est même autour de Kiev, capitale actuelle de l’Ukraine, que la nation russe est née, aux alentours de l’An Mil, avant qu’elle ne soit divisée en trois groupes principaux : Russes proprement dits, Ukrainiens et Biélorusses, avec des langues nationales qui ont lentement et légèrement dérivé par rapport à l’ancienne langue commune.

Rappel d’histoire sans doute très intéressant et à plus d’un titre. Rappel qui démontre combien l’Ukraine (que dire de la Crimée ? ) est plus Russe qu’Européenne. Prétendre que l’Ukraine est Européenne, c’est dire que la… Russie est Européenne. Les politiques, les diplomates aussi bien que les Médias occidentaux font encore une fois preuve d’irresponsabilité en agressant la Russie, Russie qu’ils prétendent agresseur et expansionniste. Que Vladimir Poutine nourrisse un grand dessein pour la Russie ne fait pas de doute. Il n’en demeure pas moins que toutes les extensions de l’Union Européenne qui se sont faites l’ont été résolument au détriment de la Russie. L’irresponsabilité consiste à croire que la Russie laisserait faire indéfiniment et qu’il n’y aurait aucune ligne rouge à observer. Par André Larané

Connaissant donc l’histoire maintenant, et que le peuple Ukrainien est Russe dans son âme et donc Slave bien plus que celui tant voulu par cette Europe de l’Ouest. Alors nous pensons que ces deux grands pays non nul besoin de l’Europe et encore moins de l’OTAN qui n’est là que pour déstabiliser les régions comme ils l’ont déjà fait ailleurs dans le Monde et notamment en Ex-Yougoslavie pour rester dans la région. Ainsi notre souhait serait que l’Ukraine reprenne ses marques avec la Grande Russie et la réintègre pour toutes les raisons culturelles, économiques et stratégiques qui les rapprochent, puis d’un commun accord se retourne contre l’OTAN pour la faire éclater en mille morceaux, ceci n’est que notre pensée, mais lisez plutôt la vision de ce Scott Ritter ci-dessous.

Le 11 février 2022  Par Scott Ritter Spécial Consortium News,


L’OTAN incapable de faire face rapidement à une attaque russe ?

L’objectif de la Russie n’est pas de détruire l’Ukraine, cela pourrait être accompli à tout moment. L’objectif de la Russie est plutôt de détruire l’OTAN en exposant son impuissance, écrit Scott Ritter.

Monument de la crue des eaux au parc national militaire de Gettysburg. (Veggies /Wikimedia Commons)

Dans les champs tranquilles à l’extérieur de la ville universitaire endormie de #Gettysburg, en Pennsylvanie, se trouve un monument en bronze, en forme de livre ouvert. Connu sous le nom de monument « High-Water Mark of the Rebellion« , il contient les identités des différentes formations militaires qui, dans l’après-midi du 3 juillet 1863, ont mené un combat à la vie à la mort sur et autour du sol où se trouve le monument.

Ici, quelque 12 500 hommes sous le commandement du lieutenant-général confédéré #JamesLongstreet, répartis en trois divisions, ont lancé un assaut frontal contre quelque 10 000 soldats de l’Union retranchés et commandés par le major-général #WinfieldScottHancock.

Si environ 1 500 confédérés parviennent à percer la ligne de l’Union, ils sont rapidement encerclés et contraints de se rendre ou de mourir. C’est à cet endroit du champ de bataille que se trouve le monument « High-Water », qui commémore ce que l’on appelle désormais « Pickett’s Charge », du nom de l’un des commandants de division ayant participé à la bataille.

L’armée confédérée a pu se retirer du champ de bataille de Gettysburg en bon état pour continuer à se battre pendant près de deux années supplémentaires, avant de se rendre. Mais elle ne s’est jamais remise du désastre que fut Pickett’s Charge. C’est véritablement le point culminant de la rébellion.

 UNE HISTOIRE CONFUSE

Les étudiants en histoire sont peut-être en train de vivre ce que Yogi Berra a appelé un jour le « Déjà vu » en examinant les activités frénétiques entreprises par l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (#OTAN) aujourd’hui, en réponse à ce qu’elle prétend être un renforcement militaire russe provocateur le long de la frontière russo-ukrainienne.

L’alliance transatlantique est un étrange amalgame de systèmes de croyances politiques, économiques et militaires qui recouvre une masse de 30 nations qui gèrent les activités quotidiennes de leur organisation par le biais d’un processus décisionnel collectif basé sur le consensus, aussi lourd qu’inefficace.

Formée à l’origine comme un collectif de 12 nations unies par le désir, comme l’a dit un jour le premier secrétaire général de l’OTAN#LordIsmay,

« d’empêcher les Russes d’entrer, les Américains de sortir et les Allemands de descendre« ,

L’alliance transatlantique était, avant tout, un club composé de nations qui avaient deux choses en commun : une croyance partagée dans la primauté de la gouvernance démocratique et le désir d’être protégées par la puissance militaire américaine.

Signature du traité de Washington portant création de l’OTAN, avril 1949. (OTAN)

Au début, l’alliance a connu une période d’expansion, puisqu’elle est passée à 16 pays après l’admission de la Turquie, de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal. Ces 16 pays ont servi de base à l’OTAN tout au long de la guerre froide, unis dans leur détermination à faire face à toute agression soviétique potentielle visant le territoire de l’Europe occidentale.

L’OTAN a toujours été, d’un point de vue politique, un véritable gâchis. De forts mouvements pro-communistes en France et en Italie ont conduit à une situation inconvenante où les services de renseignement d’une nation alliée, les États-Unis, étaient engagés dans la manipulation des affaires politiques intérieures de deux alliés supposés pour maintenir les communistes hors du pouvoir.

L’Allemagne de l’Ouest a mené sa propre Ostpolitik unilatérale, cherchant à améliorer ses relations avec l’Allemagne de l’Est occupée par les Soviétiques, à la grande consternation des États-Unis. La France, offensée par ce qu’elle croit (à juste titre) être la domination des États-Unis dans la structure de commandement militaire de l’alliance, retire ses militaires de l’autorité de commandement de l’OTAN. Et la Turquie et la Grèce sont engagées dans leur propre guerre froide régionale qui, en 1974, dégénère autour de l’île de Chypre.

Le ciment de l’alliance était constitué par les dispositions de défense collective de l’article 5 de la Charte de l’OTAN, qui stipule que si un pays allié est victime d’une attaque armée, tous les autres membres de l’Alliance considéreront cet acte de violence comme une attaque armée contre tous les membres et prendront les mesures qu’ils jugeront nécessaires pour aider le pays allié attaqué.

Pendant une grande partie de la guerre froide, l’alliance de l’OTAN était configurée militairement de manière à ce qu’il n’y ait guère de doute quant aux actions à entreprendre, avec une armée permanente de l’OTAN déployée en Allemagne de l’Ouest, prête au combat en permanence, prête à repousser toute attaque de l’armée soviétique et de ses alliés du Pacte de Varsovie. De même, l’OTAN maintient d’importantes forces aériennes et navales déployées en Méditerranée, prêtes à faire face à toute agression soviétique dans cette région. Ces forces étaient ancrées par une présence militaire américaine permanente massive comprenant des centaines de milliers de soldats, des dizaines de milliers de véhicules blindés, des milliers d’avions de combat et des centaines de navires de guerre.

Cette présence permanente d’une puissance militaire concentrée et prête au combat, prête à se battre au pied levé, a donné à l’obligation de l’article 5 beaucoup plus de poids qu’elle ne le méritait peut-être. La réalité de l’article 5 est telle que, lorsqu’il est invoqué, les Alliés peuvent fournir toute forme d’assistance qu’ils jugent nécessaire pour répondre à une situation donnée, en fonction des circonstances.

Si cette aide est apportée de concert avec les autres Alliés, elle n’est pas nécessairement de nature militaire et dépend des ressources matérielles de chaque pays. En bref, l’article 5 laisse à l’appréciation de chaque pays membre le soin de déterminer comment et quoi il contribuerait en cas d’invocation de cet article.

La fin de la guerre froide en 1990-1991 a entraîné le démantèlement de cette force militaire prête au combat à plein temps. La nature unifiée de la composante militaire de l’OTAN qui existait dans les années 1980 a cessé d’exister à peine dix ans plus tard, chaque État membre procédant à sa propre démobilisation et à sa propre restructuration en fonction des exigences de la politique intérieure, et non des exigences de l’alliance.

 OFFENSIVE DE L’OTAN

L’ancien quartier général militaire de Belgrade, bombardé intensivement par l’Otan il y a 10 ans. (Dennis Jarvis/Wikimedia)

Au cours de cette période, l’OTAN a également vu son slogan de longue date, à savoir une alliance purement défensive, tomber à l’eau, alors qu’elle s’engageait dans des opérations militaires offensives sur le sol de l’ancienne République de Yougoslaviepays non membre, et dans une campagne de bombardements offensifs contre la Serbie, bien que celle-ci n’ait attaqué aucun membre de l’OTAN.

Cette déconstruction des capacités militaires de l’OTAN et de son statut d’organisation exclusivement défensive est allée de pair avec la décision de l’OTAN d’élargir son adhésion aux anciens membres du Pacte de Varsovie, en commençant par l’adhésion de la #Pologne, de la #Hongrie et de la #Républiquetchèque en 1999. L’élargissement de l’OTAN a été perçu comme la réalisation de deux objectifs: du point de vue de l’OTAN, il a permis de rassembler la majeure partie de l’Europe en un seul collectif de parties alliées qui, du fait de leur appartenance, contribueraient à la stabilité globale de l’Europe.

Mais une autre perspective est en jeu, celle des États-Unis. Alors que l’OTAN a répondu à l’invocation de l’article 5 par les États-Unis après les attentats du 11 septembre, en fournissant des avions de surveillance pour les patrouilles nord-américaines et des forces navales en Méditerranée, plusieurs membres principaux, menés par l’Allemagne et la France, ont hésité à s’impliquer dans les mésaventures militaires des États-Unis en Afghanistan et en Irak après le 11 septembre.

Cela a incité le secrétaire à la défense de l’époque, #DonaldRumsfeld, à faire une boutade dénigrant la « vieille Europe » au détriment de la « nouvelle Europe« . L’expansion continue de l’OTAN vers l’est, absorbant tous les anciens pays du Pacte de Varsovie ainsi que trois anciennes républiques soviétiques dans les pays baltes, a non seulement repoussé le centre de gravité géopolitique de l’OTAN plus à l’est, mais a également placé l’OTAN sur une trajectoire de collision avec la Russie, dont la plupart des membres de l’OTAN s’étaient conditionnés à ignorer l’opinion.

L’OTAN a ensuite fourni un soutien militaire et une formation policière à l’Iraq en 2004, après la défaite de ce pays aux mains d’une coalition militaire comprenant les États-Unis, le Royaume-Uni et la Pologne, qui ont fourni des troupes de combat, et l’Espagne, le Portugal et les Pays-Bas, qui ont apporté un soutien politique.

De même, l’OTAN a fourni d’importantes forces militaires pour les efforts de reconstruction en Afghanistan. Ces troupes ont opéré en vertu des pouvoirs conférés par l’article 4 après que les États-Unis ont porté la situation afghane de l’après-11 septembre à l’attention de l’ensemble des membres, qui ont voté pour autoriser les États membres à se déployer en Afghanistan à l’appui des opérations de reconstruction et d’édification de la nation menées par les États-Unis.

En 2011, l’OTAN s’est engagée dans des opérations militaires offensives en Libye, dans le cadre d’une campagne politique plus large visant à chasser le dirigeant libyen, #MouammarKadhafi, du pouvoir.

 AU PROFIT DES ÉTATS-UNIS

(Creative Commons/Wikipedia)

En 2008, l’OTAN était devenue un édifice hypertrophié, largement méconnaissable par rapport à l’organisation qui avait été créée lors de sa fondation, en 1949. Son appétit d’expansion ne connaît aucune limitedes offres d’adhésion sont faites à deux anciennes républiques soviétiques, la Géorgie et l’Ukraine, et des engagements militaires sont lancés en Afrique du Nord et dans le golfe Persique.

Si la structure organisationnelle hypertrophiée de l’OTAN semblait impressionnante sur le papier, il y avait deux réalités qu’aucune fanfaronnade ni aucune posture ne pouvait occulter. Tout d’abord, les composantes non américaines de l’OTAN ne disposaient d’aucune puissance militaire réelle. Pour soutenir et maintenir leurs engagements militaires respectifs en Afghanistan, les principaux pays de l’OTAN impliqués – le Canada, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, la France et l’Italie – ont été contraints de cannibaliser leur capacité militaire globale pour faire avancer leurs composantes militaires respectives. Même dans ce cas, aucun de ces pays ne pouvait accomplir sa mission en Afghanistan sans le soutien logistique fourni par les États-Unis.

Cette dépendance excessive à l’égard de la capacité militaire américaine n’a fait que souligner la réalité gênante selon laquelle l’OTAN est devenue un peu plus qu’un accessoire de la politique étrangère et de sécurité nationale des États-Unis. Les États-Unis ont toujours joué un rôle surdimensionné au sein de l’OTAN. Si celle-ci était singulièrement axée sur la préservation de la sécurité européenne, les membres non américains de l’OTAN pouvaient se tromper en croyant qu’ils étaient des partenaires co-égaux dans un arrangement transatlantique orienté vers la défense.

Une fois que l’OTAN a commencé à s’étendre, tant en termes de composition des membres qu’en termes de portée et d’ampleur de ses engagements militaires non européens, il est devenu évident pour tout observateur faisant preuve d’un minimum de curiosité intellectuelle que l’OTAN existait pour le seul bénéfice des États-Unis.

Rien ne l’a mieux démontré que l’humiliation subie par l’OTAN aux mains des États-Unis lors de l’abandon de la mission de reconstruction de l’Afghanistan. La décision de se retirer d’Afghanistan a été prise unilatéralement par les États-Unis, sans consultation. L’OTAN, mise devant le fait accompli, n’a eu d’autre choix que d’obéir aux ordres et de laisser l’Afghanistan la queue entre les jambes.

L’humiliation ultime était à venir. Rien ne se passe dans le vide, et l’expansion de l’OTAN, combinée à sa réorientation offensive, a attiré l’ire de la Russie, qui s’est sentie extrêmement offensée par l’empiètement d’une alliance militaire qui n’était plus liée par les contraintes de l’autodéfense collective, mais plutôt imprégnée d’une posture post-Guerre froide construite autour de la notion de contenir et de contraindre une Russie qui se remettait de son malaise post-effondrement soviétique et qui, sous la direction de Vladimir Poutine, restaurait activement sa position de puissance régionale et mondiale.

 LES FRACTURES DE L’OTAN

Coup d’État violent soutenu par les États-Unis en Ukraine, 2014. (Wikipedia)

Depuis 2001, la #Russie avait lancé un cri d’alarme à propos de l’expansion de l’OTAN et de la menace qu’elle représentait pour les intérêts sécuritaires russes. Ces appels ont été ignorés par l’OTAN et ses maîtres américains, en grande partie parce qu’ils pensaient que la Russie était trop faible, tant militairement qu’économiquement.

Pendant que l’OTAN chassait les fantômes de l’après-11 septembre au Moyen-Orient et en Afghanistan sur ordre de son superviseur américain, la Russie s’efforçait de réformer son économie et son armée. En 2008, la Russie a vaincu la Géorgie dans une guerre courte mais violente, précipitée par un assaut militaire géorgien sur le territoire séparatiste d’Ossétie du Sud. En 2014, la Russie a répondu au coup d’État Maidan orchestré par les États-Unis, qui a évincé le président démocratiquement élu de l’Ukraine#VictorIanoukovitch, en annexant la Crimée et en apportant son soutien aux séparatistes pro-russes dans la région du Donbass en Ukraine.

Ce qu’il est important de noter à propos de la crise actuelle en Ukraine, c’est que si les problèmes sous-jacents ne sont que le sous-produit d’une intervention excessive de l’OTAN, le moment choisi pour déclencher la crise est basé sur un calendrier russe défini par des buts et des objectifs purement russes. L’objectif de la Russie n’est pas de détruire l’Ukraine – cela pourrait être accompli à tout moment. L’objectif de la Russie est plutôt de détruire l’OTAN.

Cet objectif ne sera pas atteint par l’utilisation directe de la force militaire, mais plutôt par la menace indirecte d’une action militaire qui force l’OTAN à réagir d’une manière qui expose l’impuissance d’une organisation qui a depuis longtemps perdu sa raison d’être, la défense collective, et qui, au contraire, vacille sous le poids d’une mission – l’endiguement de la Russie – qu’elle ne peut pas accomplir et que ses membres ne sont pas unis pour poursuivre.

Voici quelques faits: l’armée russe battrait n’importe quelle force de l’OTAN dans un combat conventionnel. Toute la notion d’autodéfense collective repose sur la capacité de dissuader tout adversaire potentiel d’envisager une action militaire contre un membre de l’OTAN, car le résultat – la défaite totale de l’agresseur – n’a jamais été contesté.

Alors qu’une alliance véritablement défensive aurait l’autorité morale de qualifier l’accroissement de la puissance militaire russe autour de l’Ukraine d’indûment provocatrice, l’OTAN a depuis longtemps perdu la capacité de s’appliquer sérieusement cette étiquette. Du point de vue de la Russie, lorsque la même alliance « défensive » qui a bombardé son allié Belgrade et œuvré pour renverser le dirigeant de la Libye cherche à acquérir l’Ukraine et la Géorgie en tant que membres, de telles actions ne peuvent être considérées que comme agressives, orientées vers l’offensive – des mesures qui s’inscrivent dans le cadre d’une campagne anti-russe plus large.

 DÉMASQUER L’OTAN

Le secrétaire d’État Antony Blinken et d’autres représentants des pays de l’OTAN sur une photo de groupe au siège de l’OTAN à Bruxelles, le 23 mars 2021. (Département d’État, Ron Przysucha)

En militarisant la crise ukrainienne, la Russie a exposé l’impuissance militaire absolue de l’OTAN. Tout d’abord, après avoir fait miroiter à l’Ukraine l’adhésion à l’OTAN pendant quatorze ans, l’OTAN a été contrainte d’avouer qu’elle ne serait pas en mesure de venir à la défense de l’Ukraine en cas d’invasion militaire russe, car l’article 5 ne permet d’invoquer la défense collective que pour les membres de l’OTAN, ce que l’Ukraine n’est pas.

De plus, les sanctions économiques « massives » que l’OTAN a promis de déclencher en lieu et place d’une réponse militaire se sont révélées aussi impuissantes que la puissance militaire de l’OTAN. Malgré ce que les dirigeants politiques de l’OTAN et des États-Unis peuvent dire du contraire, il n’y a pas d’unité de vues lorsqu’il s’agit d’imposer des sanctions à la Russie en cas d’incursion militaire en Ukraine.

En bref, tout ensemble de sanctions visant l’énergie russe et/ou l’accès aux institutions bancaires fera beaucoup plus de mal à l’Europe qu’à la Russie. Alors que les États-Unis continuent de pousser l’Europe, et en particulier l’Allemagne, à se sevrer de l’énergie russe, le fait est qu’il n’y a pas d’alternative viable à l’énergie russe et, de plus, l’Europe reconnaît de plus en plus que la position des États-Unis a moins à voir avec la sécurité européenne qu’avec une volonté des États-Unis de s’approprier le marché européen.

Dans des conditions normales, les États-Unis ne peuvent pas concurrencer la Russie en termes de prix et de volume lorsqu’il s’agit de livraisons de gaz naturel. Si, par le biais de sanctions, les États-Unis peuvent couper l’Europe de la Russie, ils seront alors en mesure d’imposer leurs propres produits énergétiques à l’Europe à des prix qui, autrement, ne seraient pas compétitifs.

 LA PRISE DE CONSCIENCE DE L’OTAN

Les différents membres de l’OTAN commencent à prendre conscience que leur organisation n’est guère plus qu’un outil impuissant de l’hégémonie mondiale américaine. La Hongrie a conclu son propre accord gazier avec la Russie, au mépris des directives américaines lui demandant de se retirer. La Croatie et la Bulgarie ont clairement indiqué qu’elles ne déploieraient pas de troupes pour soutenir la position de l’OTAN en Ukraine.

La Turquie a déclaré qu’elle considérait la crise ukrainienne comme une tentative à peine déguisée de l’OTAN et des États-Unis d’affaiblir la Turquie en la forçant à combattre la Russie en mer Noire. Mais les moments les plus révélateurs sont sans doute ceux où les deux puissances européennes de l’OTAN, l’Allemagne et la France, ont été obligées de faire face à la réalité de leur rôle de soumission vis-à-vis des États-Unis.

Lorsque le président français Emmanuel Macron s’est rendu en Russie pour tenter de négocier un règlement de la crise ukrainienne, il a été confronté au fait que la Russie ne négociera pas avec la France sans que les États-Unis n’expriment leur soutien aux positions avancées par le président français. Les États-Unis sont importants; la France ne l’est pas.

De même, le chancelier allemand a été contraint de rester muet lors de sa visite à la Maison Blanche pendant que le président américain Joe Biden « promettait » qu’il arrêterait unilatéralement le projet de gazoduc NordStream 2, même si les États-Unis n’ont aucun rôle à jouer dans la construction et l’administration de ce gazoduc. L’Allemagne, disait #Biden, n’est guère plus qu’une colonie des États-Unis.

Le président chinois Xi Jinping avec le président russe Vladimir Poutine lors de la visite à Moscou en 2019. (Kremlin)

Le clou final dans le cercueil de l’OTAN est apparu le 4 février, lorsque le président russe a rencontré le président chinois Xi Jinping lors de l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver à Pékin. Les deux dirigeants ont publié une déclaration conjointe de plus de 5 000 mots dans laquelle la Chine soutient l’objection de la Russie à l’expansion de l’OTAN en Ukraine.

La déclaration conjointe sino-russe était une déclaration de facto selon laquelle ni la Russie ni la Chine ne permettraient à

l' »ordre international fondé sur des règles« 

dirigé par les États-Unis et promulgué par l’administration Biden de se poursuivre sans être remis en question. Au lieu de cela, les deux nations ont annoncé qu’elles poursuivraient un « ordre international fondé sur le droit » dont l’autorité repose sur la Charte des Nations unies, contrairement aux règles unilatérales qui ne servent que les intérêts des États-Unis et de petits blocs de nations alliées.

 UN MONDE DIFFÉRENT

Le monde a fondamentalement changé. L’OTAN n’a littéralement plus de raison d’être. Son dernier geste de défi réside dans le déploiement de forces en Europe de l’Est pour renforcer les capacités défensives de cette région, conformément à l’article 5. Les forces déployées – quelques milliers de parachutistes américains et quelques autres contingents d’autres pays de l’OTAN – non seulement ne peuvent pas vaincre un adversaire russe, mais ne fournissent même pas un minimum de valeur dissuasive si la Russie était encline à détourner son attention de l’Ukraine vers la Pologne et les pays baltes.

Ce que l’OTAN ne réalise pas, c’est que la Russie n’a aucune intention d’envahir l’Ukraine ou l’Europe orientale. La Russie n’a fait que démontrer la coquille vide qu’est devenue l’OTAN en soulignant à quel point la promesse de défense collective de l’article 5 est vraiment vide.

À cet égard, il faut considérer l’actuelle série de démonstrations de force de l’OTAN comme l’équivalent moderne de la Charge de Piquet, le point culminant de l’alliance transatlantique. Dans les semaines et les mois à venir, l’OTAN sera confrontée à la réalité que la Russie n’envahit personne et que sa démonstration de force est non seulement inutile, mais pire encore, insoutenable.

Les fractures exposées au sein de l’OTAN en ce qui concerne l’Ukraine ne feront que s’élargir avec le temps. Il faudra peut-être des années pour que l’OTAN disparaisse, mais que personne ne soit dupe de ce qui se passe – l’OTAN n’est plus une alliance.

* Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du Corps des Marines des États-Unis qui a servi dans l’ancienne Union soviétique pour la mise en œuvre des traités de contrôle des armements, dans le golfe Persique pendant l’opération Tempête du désert et en Irak pour superviser le désarmement des armes de destruction massive.

Les opinions exprimées sont uniquement celles de l’auteur et peuvent ou non refléter celles de Consortium News.