Chine : Des anonymous affiche le drapeau Taïwanais et Peng Shuai sur le site du PCC.


Des Anonymous affichent le drapeau taïwanais et Peng Shuai sur le site du PCC.
Nouvelles de Taiwan.

Les Anonymous menace de prendre en otage des systèmes de contrôle industriel si la Russie aggrave les tensions avec l’Ukraine.

Publié le 7.2.2022


Anonymous posts Taiwan flag, Peng Shuai on CCP website
(Capture d’écran anonymous)

TAIPEI (Taiwan News) – Le groupe international décentralisé de hacktivistes Anonymous a piraté un site Web du Parti communiste chinois (PCC) pour y télécharger les mots « Taiwan Numbah Wan », le drapeau national de Taiwan et une photo cryptique de la star chinoise du tennis Peng Shuai (彭帥), tout en faisant des propositions pour une résolution pacifique de la crise en Ukraine et en menaçant de représailles si la Russie ne fait pas marche arrière.

Dimanche 6 février, les Anonymous ont piraté le site Web officiel de la branche du CCP du comté de Pingxiang, située dans la ville de Xingtai, dans la province du Hebei. Le site a été fermé quelques heures après le piratage, mais une version archivée de la page modifiée par les hacktivistes peut être trouvée sur la WayBack Machine d’Internet Archive, ainsi qu’une page bonus intitulée « Ah Girls Go Army ! ».

La première image qui apparaît est le logo d’Anonymous, immédiatement suivi d’une illustration d’un masque de Guy Fawkes.

Le mème « Taiwan Numbah Wan ! » apparaît avec le drapeau taïwanais, comme on l’a vu dans un récent piratage du site Web du Centre d’échange de la Convention sur la diversité biologique (CHM). Il s’agit d’une référence à une célèbre citation du streamer de jeux vidéo AngryPug en 2015 pour se mettre à dos le streamer chinois Em0 lors d’un match du jeu vidéo H1Z1.

Sous le drapeau de Taïwan se trouvent les mots « China is asshoe ! », en référence à un mème apparu après qu’on ait demandé à un manifestant pro-démocratie s’il pensait que Trump devait intervenir à Hong Kong en 2019. Sur la même ligne, on trouve la question « Où est Peng Shuai ? », qui est devenue un cri de ralliement pour ceux qui demandent justice pour la joueuse de tennis après qu’elle a accusé sur Weibo l’ancien vice-premier ministre Zhang Gaoli (張高麗) de l’avoir contrainte à avoir des relations sexuelles.

À lire aussi : Russie/Chine : Nouvelles du Front de l’Est – Des images plus claires montrent la perte du F-35C du VFA-147 de l’US Navy, et pourquoi la Chine pourrais mettre Taïwan dans sa ligne de mire en parallèle de l’Ukraine.

Une photo controversée de Peng apparaît alors, qui a été mise en ligne par un journaliste chinois le 19 novembre, dans une tentative apparente de dissiper les inquiétudes concernant sa disparition pendant plus de deux semaines après le post. Cependant, la photo n’a fait que soulever davantage de questions car elle penchait pour une photo d’elle debout avec Winnie l’Ourson, un personnage de dessin animé interdit en Chine pour avoir été utilisé pour se moquer du président Xi Jinping (習近平), ce qui a conduit de nombreuses personnes à spéculer qu’elle essayait d’envoyer un message caché indiquant qu’elle était pressée par le PCC de faire bonne figure.

Le reste du hack d’Anonymous est consacré à l’impasse actuelle entre la Russie et les alliés occidentaux au sujet de l’Ukraine. Les pirates ont annoncé le lancement de l' »Opération Samantha Smith », en référence apparente à l’enfant militant pour la paix des années 1980.

Ils appellent à la création d’un « groupe neutre » de pays « coincés entre l’OTAN et la Russie », qui comprendrait l’Ukraine, la Finlande, le Belarus, la Géorgie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan et la Moldavie.

Cette « ceinture de sécurité neutre » pourrait servir d’alliance similaire à l’OTAN ou à l’Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), selon le groupe, qui affirme qu’un tel regroupement agirait comme un cordon sanitaire pour « apaiser les craintes de la Russie sans que l’OTAN perde la face ».

Les hacktivistes appellent ensuite à l’organisation d’un référendum dans la région ukrainienne du Donbass sur son sort final. Ils recommandent que le référendum soit organisé pour déterminer s’il faut « suivre un protocole de paix ou remettre les territoires du Donbass à une administration de casques bleus des Nations Unies ».

Ils suggèrent qu’au fil du temps, un référendum pourrait être organisé sur la question de savoir si les régions du Donbass se réunissent avec l’Ukraine « avec un statut de type Irlande du Nord », deviennent un État indépendant ou rejoignent la Russie. En ce qui concerne les troupes de l’OTAN en Bulgarie et en Roumanie, ils ont recommandé de relancer le traité « Ciel ouvert » pour « contribuer à faire en sorte que les déploiements de troupes se situent à des niveaux tolérables les uns par rapport aux autres. »

Vers le bas de la page se trouve un lien vers un article appelant à une « opération Warp Speed 2.0 » pour développer de nouveaux vaccins et de nouvelles thérapies pour lutter contre la COVID. Juste en dessous se trouve une vidéo intégrée qui présente un groupe de médicaments antiviraux expérimentaux développés au MIT et appelés DRACO (double-stranded RNA activated caspase oligomerizer).

À lire aussi : Russie/Chine : Nouvelles du Front de l’Est – Des images plus claires montrent la perte du F-35C du VFA-147 de l’US Navy, et pourquoi la Chine pourrais mettre Taïwan dans sa ligne de mire en parallèle de l’Ukraine.

Dans un texte en rouge, le groupe prévient que si les tensions continuent de s’aggraver en Ukraine, « nous pourrons alors prendre en otage… des systèmes de contrôle industriels ». Dans un avertissement apparent destiné à la Russie, ils écrivent que « la seule partie à blâmer en cas d’escalade sera celle qui a commencé en premier lieu avec l’augmentation des troupes, les menaces enfantines et les vagues d’ultimatums déraisonnables ».

Le groupe a également exhorté les Nations unies à déployer immédiatement des forces de maintien de la paix « au moins du côté ukrainien de la ligne de front dans le Donbass », conformément à la résolution 337 (V) des Nations unies, afin de « prévenir toute nouvelle provocation » de la part de l’une ou l’autre partie.

Source