Ukraine : (Kiev) Un tribunal de Kiev a ordonné jeudi le gel des avoirs de l’ex-président ukrainien Petro Porochenko, dans le cadre d’une enquête pour « haute trahison », a annoncé le bureau du procureur général.


Une bonne nouvelle n’arrivant pas seule, après que l’ancien chef des services de renseignement, Karim Massimov, ait été arrêté aujourd’hui pour trahison, c’était le partenaire d’affaires de Hunter Biden et Joe Biden, c’est au tour de l’Ukraine maintenant d’annoncer une enquête pour « haute trahison » de l’ex-président Petro Porochenko, par le bureau du procureur général.

Ukraine | La justice gèle les avoirs de l’ex-président Petro Porochenko

Publié le 10.1.2022 par Agence France-Presse


PHOTO GLEB GARANICH, ARCHIVES REUTERSPetro Porochenko, président de l’Ukraine de 2014 à 2019 et aujourd’hui âgé de 56 ans, est accusé d’avoir facilité l’achat de charbon à des entreprises situées dans l’est de l’Ukraine, une région contrôlée par des séparatistes prorusses en guerre contre Kiev.

(Kiev) Un tribunal de Kiev a ordonné jeudi le gel des avoirs de l’ex-président ukrainien Petro Porochenko, dans le cadre d’une enquête pour « haute trahison », a annoncé le bureau du procureur général.

M. Porochenko, président de 2014 à 2019 et aujourd’hui âgé de 56 ans, est accusé d’avoir facilité l’achat de charbon à des entreprises situées dans l’est de l’Ukraine contrôlé par des séparatistes prorusses en guerre contre Kiev.

« Le tribunal a décidé de saisir les avoirs du suspect », y compris ses biens immobiliers et ses parts dans des entreprises, a déclaré le bureau du procureur dans un communiqué.



Il a promis de rentrer au pays

M. Porochenko, qui se trouve actuellement à l’étranger et a promis de rentrer en Ukraine le 17 janvier, n’avait pas commenté cette décision dans l’immédiat.

L’ex-président a plusieurs fois nié toute « trahison » et accuse son successeur, Volodymyr Zelensky, d’être derrière ses ennuis judiciaires.

Avant l’annonce de la décision jeudi, M. Porochenko avait écrit sur Facebook qu’il « rentrerait à Kiev » pour comparaître devant un juge, « non pas pour (se) défendre, mais […] pour défendre l’Ukraine contre son gouvernement incompétent ».

Concrètement, il est soupçonné d’avoir aidé les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk, dans l’est de l’Ukraine, à vendre du charbon à Kiev en 2014 et 2015 pour un montant total d’environ 48 millions d’euros.

Le mois dernier, l’ex-dirigeant, actuellement député, ne s’était pas présenté à un interrogatoire dans le cadre de cette enquête.

L’Ukraine est le théâtre depuis 2014 d’une guerre civile entre les forces de Kiev et des séparatistes prorusses dans l’est du pays. Le conflit a éclaté après l’annexion de la péninsule de Crimée par Moscou.


Les affaires de la famille criminelle Biden arrivent à leur terme en Ukraine. L’ex-président ukrainien Porochenko vient de faire l’objet d’un mandat d’arrêt et d’une inculpation pour haute trahison pour avoir vendu le peuple ukrainien en échange de pots-de-vin versés par et à l’actuel vice-président des États-Unis, Joe le pédophile.

Les biens de l’ex-président ukrainien saisis alors que la répression de l’opposition se poursuit, La suite sur RT ici

Une conférence de presse ukrainienne révèle la corruption de Joe Biden


Le bureau du procureur ukrainien enquête sur l’ancien président Porochenko pour trahison et financement du terrorisme

Tremblement de terre : les appels téléphoniques entre Biden et Porochenko révélés

Le pouvoir judiciaire ukrainien a publié des enregistrements d’appels téléphoniques privés entre l’ancien vice-président et actuel candidat démocrate à la présidence Joe Biden et l’ancien président ukrainien Petro Poroshenko. Selon un rapport du Washington Post, un député ukrainien non-partisan a déclaré mardi lors d’une conférence de presse qu’il avait reçu les enregistrements – consistant en des fragments montés d’appels téléphoniques que Biden et Porochenko avaient reçus pendant leur mandat – d’un « journaliste d’investigation ». . Le journaliste a affirmé que les photos avaient été prises par Porochenko lui-même.

Les enregistrements jettent un nouvel éclairage sur les actions de Biden en Ukraine et corroborent les allégations formulées contre l’ancien vice-président et son fils Hunter Biden. Les appels téléphoniques prouvent que Biden a fait du chantage à Porochenko à l’époque. Biden a exigé la révocation du procureur de l’époque, Shokin, car il avait ouvert des enquêtes sur la corruption du fils de Joe Biden, Hunter, qui travaillait au conseil d’administration de la société ukrainienne d’énergie Burisma. Biden a exhorté Porochenko à licencier Shokin, sinon les États-Unis n’accorderaient pas le prêt de 1 billion de dollars qu’ils avaient promis.

Les appels, qui ont été publiés il y a quelques jours, auraient eu lieu fin 2015 et début 2016, selon le député ukrainien. Un appel téléphonique entre John Kerry, alors secrétaire d’État d’Obama, et Porochenko a également été publié . Il traite des problèmes intérieurs de l’Ukraine.

L’ancien président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, l’ancien président François Hollande et Angela Merkel sont également cités lors d’un appel téléphonique. Apparemment, l’UE, Merkel et la France sont également intervenues dans les affaires internes de l’Ukraine. Nous ne pouvons que nous demander s’il y aura également des révélations concernant les éventuelles infractions de Merkel.

Au cours de la conversation entre Porochenko et Kerry, qui aurait eu lieu le 3 décembre 2015, Kerry avait déjà chargé Porochenko d’envisager de résoudre le problème de la révocation du procureur général ukrainien Viktor Shokin. Kerry a également déclaré que le vice-président Biden était préoccupé par le problème Shokin.

Les dossiers contiennent également d’autres informations qui indiquent que l’administration Obama s’est ingérée dans les affaires intérieures de l’Ukraine. Biden a chargé Porochenko, entre autres, de nationaliser le plus grand prêteur d’Ukraine, PrivatBank, avant que le président américain Donald Trump n’entre en fonction en janvier 2017.

Les procureurs ukrainiens ont lancé un procès pour trahison contre Porochenko sur la base de ces enregistrements téléphoniques, écrit l’agence de presse russe « Tass ». L’enquête se fonde sur des articles du Code pénal ukrainien sur la trahison et l’abus de pouvoir et de fonction.

L’ancienne responsable de la politique étrangère des États-Unis, Susan Rice, qui a été conseillère d’Obama pour la sécurité nationale, a maintenant révélé à CBS que le soi-disant « quid pro quo » de Joe Biden avec l’Ukraine était né à la demande de Barack Obama. Joe Biden a exhorté Porochenko à licencier le procureur général ukrainien Viktor Shokin, qui enquêtait sur le fils de Joe Biden Hunter et son travail à Burisma. Susan Rice a déclaré au diffuseur : « Joe Biden a fait ce que le président des États-Unis, Barack Obama, lui a demandé de faire ».

Source