USA : Dernières nouvelles, Detroit a utilisé des urnes défectueuses pour les élections de 2020 malgré les autocollants d’avertissement.


Dernières nouvelles : Detroit a utilisé des urnes défectueuses pour les élections de 2020 malgré les autocollants d’avertissement : « Non approuvée pour être utilisée comme contenant de bulletins de vote »… « Vous pouvez faire passer des papiers à travers l’arrière de l’urne ».

Publié le 31.10.2021


À présent, la plupart des Américains savent que lorsqu’il s’agit de voter, Détroit est l’une des villes les plus corrompues d’Amérique.

Des voyous, parmi lesquels des travailleurs électoraux rémunérés et des dizaines d’agitateurs extérieurs au TCF Center de Detroit, ont été utilisés pour distraire, menacer, intimider les travailleurs électoraux du GOP et des indépendants. Au même moment, aux premières heures du jour du matin, des boîtes de bulletins de vote ont été livrées dans une camionnette banalisée remplie de bulletins de vote qui sont apparus dans un couloir arrière du plus grand centre de comptage des votes par correspondance du Michigan.

Après avoir remporté l’élection en 2016, les habitants du Michigan ont vu la popularité de Donald Trump exploser dans leur État. Les rassemblements étaient plus importants, davantage de panneaux Trump sont apparus dans les cours avant à travers l’État, et les drapeaux et bannières Trump étaient partout. Des kilomètres de bateaux faisaient la queue pour les parades de bateaux Trump dans l’État des Grands Lacs. Trump, qui voyait l’enthousiasme pour sa campagne exploser dans le Michigan, a une fois de plus choisi Grand Rapids, MI, pour sa dernière étape de campagne de la saison. Les voitures ont fait la queue sur plus de 10 km pour entrer dans la salle, et une fois à l’intérieur, les partisans de Trump ont fait la queue sur plus d’un kilomètre. Pendant ce temps, Joe Biden a évité l’État pour faire campagne depuis son sous-sol.

Curieusement, à l’instar de plusieurs grandes villes très disputées dans des États américains, Joe Biden a réussi à effacer l’avance de Donald Trump dans le Michigan au lendemain de l’élection que de nombreux Michigandais pensent encore avoir été volée. Immédiatement après l’élection, plusieurs groupes de citoyens concernés ont été formés dans le but de faire la vérité sur ce qui s’est passé lors de l’élection de 2020. Un groupe, cependant, le Michigan Citizens for Election Integrity (MC4EI.com), a fait des découvertes incroyables qui devraient amener chaque Américain à s’arrêter et à remettre en question le résultat des élections du Michigan, en particulier à Détroit.

Dernières nouvelles : RAPPORT : Plus de 400 jets privés gaspilleurs de carburant transportent les fraudeurs du changement climatique à la COP26… Les avions vides sont obligés de parcourir 30 miles depuis l’aéroport pour éviter les embouteillages.

Voici la première partie d’une série de rapports étonnants de MC4EI :

Detroit a utilisé des urnes défectueuses en novembre dernier.

Le département des élections de Détroit, sous l’autorité de la secrétaire municipale Janice Winfrey, aurait utilisé des urnes défectueuses lors des élections de novembre 2020.

Cela a été signalé à la fois aux conseillers juridiques du Wayne County Board of Canvassers et à la commission de surveillance du Sénat, qui a recommandé une enquête du secrétaire d’État et du procureur général. Mais aucune ne semble avoir eu lieu, malgré le fait que, selon la loi du Michigan, si un greffier est reconnu coupable d’avoir utilisé un contenant de bulletins de vote non approuvé lors d’une élection, il s’agit d’un délit passible d’une peine de prison pouvant aller jusqu’à 90 jours…

Greffière de la ville de Détroit Janice Winfrey

Ce qui suit est un extrait d’un rapport qui sera bientôt publié par Michigan Citizens for Election Integrity (www.MC4EI.com), intitulé « TCF Timeline : the 2020 Detroit General Election » :

Monica Palmer, présidente du conseil des agents électoraux du comté de Wayne, et Bill Hartmann, son collègue agent électoral du GOP, s’étaient rendus au DOE (Detroit Department of Elections) en janvier avant les élections pour examiner et approuver 50 nouvelles urnes (caisses de transfert en métal dans lesquelles les bulletins de vote sont stockés de l’élection au scrutin). Sur place, Hartmann a remarqué que l’arrière de l’une des urnes s’était affaissé lorsqu’il avait appuyé dessus. Les soudures par points qui fixaient l’extrémité arrière ou « poutre arrière » au cadre avaient cédé. « À l’endroit où se trouvent les soudures, vous pourriez faire passer des papiers à travers l’arrière de celles-ci », a déclaré Palmer à une commission du Sénat. Inquiet, Hartmann décide de tester les autres. Bientôt, les solliciteurs allaient de boîte en boîte, atteignant l’intérieur et donnant une bonne « claque » à l’arrière, de l’intérieur vers l’extérieur. Hartman se souvient que des dizaines de boîtes ont échoué à ce simple test.

« Aucune des boîtes n’avait de marquage. Aucun nom de société ni aucune indication de la société qui les a fabriquées. » -Bill Hartmann, membre du comité de vérification des votes du GOP Wayne County.

Il a trouvé curieux qu' »aucune des boîtes ne portait de marque. Aucun nom de société ni aucune indication de la société qui les a fabriquées ». Il a ensuite examiné les boîtes en carton dans lesquelles elles étaient arrivées. Là encore, il n’y avait aucune indication d’un fabricant ou même d’une mention imprimée. Étant donné que les boîtes étaient défectueuses et que la chaîne de possession pouvait facilement être compromise par quelqu’un qui aurait glissé des bulletins de vote dans les interstices à l’arrière, les agents de vérification des votes ont ordonné qu’elles soient réparées ou remplacées, puis qu’une deuxième tentative de certification soit effectuée. Ils ont recommandé de ne pas utiliser la même entreprise en raison de son taux d’échec abyssal.

« Les boîtes étaient défectueuses et la chaîne de possession facilement compromise par quelqu’un qui aurait glissé des bulletins par l’interstice à l’arrière. »

Ainsi, lorsque Palmer et Hartmann sont arrivés à la table de dépouillement le jour du scrutin, ils ont été consternés de trouver des boîtes sur lesquelles ils avaient eux-mêmes apposé et signé des autocollants en janvier dernier, avertissant : « Non approuvé pour être utilisé comme contenant de bulletins de vote ». Palmer a témoigné auprès du sénateur Ed McBroom : « J’ai observé plusieurs bureaux de comptage qui utilisaient des conteneurs non approuvés. » Elle a envoyé un courriel au conseiller juridique de la commission de vérification des votes. Selon la loi du Michigan, un greffier utilisant un conteneur non approuvé pourrait être accusé d’un délit. Elle a ensuite demandé aux sénateurs : « Comment ces processus peuvent-ils se produire ? Surtout quand le secrétaire d’État a envoyé une surveillance pour aider à améliorer les choses. »

L’image ci-dessous montre une urne utilisée lors des élections du 3 novembre 2020 avec un autocollant signé par Monica Palmer, présidente du Detroit Board of Canvassers, qui indique clairement : Non approuvé pour être utilisé comme contenant de bulletins de vote.

Voici une photo en gros plan de l’autocollant d’avertissement sur l’urne :

Des membres du personnel électoral peu scrupuleux pourraient-ils retirer ce qui pourrait servir de faux support sur un conteneur de vote métallique scellé et insérer, retirer ou échanger des bulletins de vote ? Si l’on se fie au témoignage ci-dessus et à la photo qui accompagne cet extrait, c’est une préoccupation légitime. Et quel est le nom de la mystérieuse entreprise qui fournit au département des élections de Détroit des conteneurs de vote défectueux ?

« Là où il y a les coutures, on peut faire passer des papiers par l’arrière. » -Monica Palmer, présidente du comité de vérification des votes du comté de Wayne.

Normalement, à la clôture de l’élection, ces conteneurs de vote sont scellés par les travailleurs du bureau de comptage respectif, les numéros de scellés sont enregistrés et, selon la loi du Michigan, ils doivent être signés par un républicain et un démocrate. Un opposant du GOP allègue qu’à la fin du dépouillement, le chef du bureau de dépouillement de la TCF, Daniel Baxter, a demandé à une poignée d’agents électoraux républicains de signer les scellés de nombreux conteneurs de bulletins de vote qu’ils ne se sentaient pas à l’aise de signer. Cela était dû au fait qu’ils ne travaillaient pas dans les bureaux de comptage d’où provenaient les conteneurs de bulletins et qu’ils ne pouvaient donc pas attester qu’ils savaient ce que contenaient les conteneurs ou que la chaîne de contrôle était toujours intacte.

Afin de comprendre les nombreuses irrégularités flagrantes et les cas de malversations officielles qui se sont produits au TCF Center Absent Voter Counting Board (AVCB) de Détroit en novembre dernier, il est important de comprendre comment fonctionne le processus de comptage et comment il s’est fortement écarté de ce processus en 2020.

Un « tableau de comptage » est la plus petite unité de capacité de comptage des votes pour le décompte des votes par correspondance. Chacun d’eux compte les bulletins de vote de 1 à 4 circonscriptions de Détroit. Il y avait 134 tableaux de comptage à l’intérieur du TCF Center. Chacun d’entre eux était composé de tables disposées en carré et de 3 à 5 agents électoraux assis à l’extérieur des tables. Pendant le dépouillement, chaque membre du personnel procède à une étape distincte du traitement du bulletin. Il s’agit généralement de vérifier qu’il existe dans le registre électoral électronique, de vérifier que la signature sur l’enveloppe extérieure correspond à celle du dossier, de faire correspondre le numéro du bulletin avec celui de l’enveloppe, de retirer le bulletin de l’enveloppe extérieure et de retirer le talon du bulletin. Après traitement, le bulletin est ensuite compilé dans un ordinateur de comptage des votes.

Table #38 à l’intérieur du TCF Center

Il est important de comprendre qu’avant 2020, les bulletins de vote étaient comptés en les insérant dans une grande machine à compilation autonome située à quelques pas du tableau de comptage, après quoi le bulletin tombait dans un bac enfermé dans la machine.

Le seul moment avant la fin du décompte des voix où les bulletins pourraient être retirés de cette machine à compilation serait en cas de blocage. Si un blocage se produisait, le superviseur de 4 à 5 tableaux de comptage arriverait avec une clé, ouvrirait la porte sur le côté de la machine à compilation, redresserait le blocage des bulletins et refermerait la porte. Notez que les bulletins de vote restent généralement à l’intérieur de cette grande tabulatrice, et que le redressement des bulletins se fait à la vue des membres du personnel électoral, des observateurs et des contestataires. Les grandes tabulatrices elles-mêmes restent à proximité du tableau de comptage pendant toute la durée de l’élection.

Cet arrangement raisonnable et relativement sûr a changé en 2020. Ces grandes machines à compilation autonomes et verrouillées ont été remplacées par des tabulatrices à grande vitesse de la taille approximative d’une imprimante de bureau. Les bulletins de vote étaient introduits dans ces tabulatrices par lots de 50, puis placés dans les conteneurs métalliques appropriés en fonction de la circonscription. Dans un arrangement bizarre qui semble défier toute logique, au lieu que ces nouvelles tabulatrices compactes soient déployées sur ou près des tables de comptage, préservant ainsi la proximité, la « chaîne de possession » et donc la sécurité des bulletins, elles ont été transportées dans un endroit éloigné des tables et alignées en une longue rangée. Comme indiqué dans la chronologie de la TCF :

La tabulation des bulletins a été effectuée loin des tableaux de comptage, rompant ainsi la chaîne de possession.

À la fin de la journée, une équipe du tableau de comptage ne pouvait pas signer le nombre final de bulletins qu’elle avait traités, car ils n’étaient plus sous la garde de l’équipe à la fin de l’équipe ou de la journée, ayant été transportés lot après lot dans le chaos de la salle jusqu’aux tabulatrices.

Les bulletins ont été transportés par un seul employé du bureau de vote à travers une multitude de personnes et de tables dans une salle massive et animée – de la taille d’un terrain de football – et sans aucune surveillance. Ces mouvements de bulletins n’ont pas été enregistrés, et les bulletins n’ont pas été signés. La chaîne de contrôle a donc été rompue et, à la fin du dépouillement, les membres du personnel des bureaux de vote ne pouvaient plus attester que les bulletins ne les avaient jamais quittés. Le candidat républicain Eugene V. Dixon a fait part de ses inquiétudes dans une déclaration sous serment, indiquant que le jour de l’élection au TCF, il a …… observé que la procédure de dépouillement des bulletins consistait à transporter des piles de 200 bulletins vers la zone de la tabulatrice, où ils étaient introduits 50 par 50. Les bulletins comptés étaient ensuite placés dans des bacs métalliques près des tabulatrices. À un moment donné, j’ai remarqué qu’un employé électoral transportait le bac métallique contenant les bulletins tabulés jusqu’à l’endroit où les bulletins étaient ramassés à la table. Cela aurait facilement permis de retirer les bulletins tabulés du conteneur, pour les ajouter à la pile de bulletins encore à tabuler. Lorsque je me suis plaint au superviseur, cette pratique a cessé.

Ce nouvel arrangement a également contribué au mélange des bulletins, dont beaucoup semblent avoir été placés dans le mauvais conteneur après la tabulation. Par exemple, lors de l’élection primaire de Détroit du 4 août 2020, 72 % des circonscriptions ont été jugées déséquilibrées par la commission de vérification des votes, ce qui signifie que le nombre de bulletins dans les boîtes de transfert ne correspondait pas au nombre de bulletins comptés par les machines, comme le montre l’impression papier finale des ordinateurs de totalisation. Comme expliqué dans « Chronologie de la TCF : l’élection générale de 2020 à Détroit » :

Les machines à tabulation étaient placées à au moins 7 pieds des rangées de boîtes de transfert métalliques (urnes), où les bulletins sortant de chaque tabulatrice finissaient après la tabulation. Les challengers du GOP ont été priés de rester à l’extérieur de la rangée de casiers métalliques. Cela a créé une barrière subtile mais efficace qui a servi à éloigner les regards indiscrets de la plupart des challengers GOP des bourrages de tabulatrices et du sur-comptage des bulletins. De plus, en raison de la distance entre chaque boîte de transfert et sa tabulatrice respective, il est probable que des bulletins aient parfois été placés dans les mauvaises boîtes de transfert, déséquilibrant ainsi la circonscription. En fait, cela a été cité comme l’une des raisons des déséquilibres passés des circonscriptions de Detroit (plus de 70 % lors de la primaire d’août 2020).

Selon la loi du Michigan, cela signifie qu’il ne peut y avoir de recomptage manuel des bulletins dans le cas de transfert, c’est-à-dire que si le nombre de bulletins dans le cas ne correspond pas au nombre indiqué sur la bande de la tabulatrice, alors le nombre sur la bande de la tabulatrice est maintenu. (MCL 168.871 :

Avec 72 % des tableaux de comptage déséquilibrés (les normes dans tout l’État se situent entre 1 et 3 %), le Wayne County Board of Canvassers a demandé l’aide de l’État du Michigan pour régler les choses et essayer d’empêcher que cela ne se reproduise. En fin de compte, cette aide a été apportée par Chris Thomas, directeur à la retraite et de longue date du Michigan Bureau of Elections, qui a été engagé comme conseiller principal de Janice Winfrey, secrétaire municipale. Il n’est pas clair à l’heure actuelle si le nouvel arrangement relatif au flux des bulletins de vote a été mis en place par Chris Thomas et/ou par le consultant du projet spécial Daniel Baxter, un ancien directeur des élections de Detroit. Quoi qu’il en soit, lorsque le Wayne County Board of Canvassers a compté le nombre de bulletins dans chaque conteneur et l’a comparé au nombre correspondant de bulletins inscrits sur la bande de la tabulatrice, les tableaux de comptage de Detroit étaient une fois de plus déséquilibrés de… 70 %.

Chris Thomas, ancien directeur des élections du MI (à gauche), Daniel Baxter, directeur des élections de Detroit (à droite).

Lorsque le Board of Canvassers a enquêté sur les déséquilibres lors de la débâcle du 4 août, l’explication donnée était que de nombreux bulletins avaient été placés dans les mauvais conteneurs. Si un membre du personnel de bureau de vote marche sur une distance de 7 ou 8 pieds entre une tabulatrice et la rangée serrée de conteneurs de bulletins, il est concevable qu’un bulletin occasionnel destiné à un bureau de vote se retrouve dans celui d’un autre bureau, ce qui fausse le compte de deux bureaux de vote, l’un ayant un bulletin de trop et l’autre un bulletin de trop.

Mais plutôt que de changer l’emplacement des conteneurs de bulletins pour les placer juste à côté des tabulatrices, l’espacement d’environ 2,5 mètres a été maintenu. Lorsqu’il a été demandé à Daniel Baxter, lors de la conférence préélectorale du 29 octobre 2020 organisée au TCF Center, si quelque chose allait être fait pour remédier à la vulnérabilité de l’emplacement des conteneurs aux erreurs accidentelles, il a reconnu le problème, mais a expliqué qu’il avait été résolu en ajoutant des travailleurs supplémentaires, car les erreurs étaient causées par des agents électoraux « stressés ». Il a également ajouté une « feuille de transmission » sur laquelle figuraient les numéros des tables. Apparemment, il n’était pas possible de placer chaque conteneur de bulletins de vote juste à côté de la tabulatrice qui lui était attribuée, au lieu de le placer à 2 ou 3 mètres de distance.

Ci-dessous : Daniel Baxter, consultant du projet spécial de Detroit, explique à un contestataire du GOP pourquoi les urnes sont si éloignées des tabulatrices et comment ils prévoient de résoudre le problème du déséquilibre de 72% des circonscriptions de Detroit. Baxter explique au contestataire comment il peut rendre le travail « moins stressant » pour la personne qui passe les bulletins dans les tabulatrices en engageant une autre personne pour porter les paquets jusqu’aux urnes.

Lorsqu’on examine en détail la débâcle du TCF Center en novembre dernier, ceux qui sont légitimement préoccupés par l’intégrité des élections doivent faire face aux développements alarmants suivants :

Des urnes présentant des lacunes, utilisées pour les élections de 2020, bien qu’elles aient été estampillées impropres à l’utilisation.

Un fabricant inconnu des urnes avec un taux d’échec inacceptable.

Un nouvel agencement du flux de bulletins de la tabulatrice semble produire de nombreuses circonscriptions déséquilibrées, mais les responsables ne corrigent pas cet agencement.

Lorsqu’une circonscription est déséquilibrée sans explication, une loi du Michigan favorise les résultats sur la bande de la tabulatrice par rapport à ceux sur les bulletins de vote en papier et interdit de recompter ces derniers.

L’histoire des urnes défectueuses qui étaient clairement marquées : « Non approuvé pour utilisation » lors de l’élection de novembre est la première d’une série de nombreuses découvertes que Qactus partagera avec le public à partir du rapport explosif et complet : « TCF Timeline : the 2020 Detroit General Election » préparé par le Michigan Citizens for Election Integrity (MC4EI.com).


À suivre : La guerre d’usure contre les challengers du GOP au TCF Center.