Q SCOOP – Europe, Chine, France dans le BTP, la pénurie de bois crée une envolée des prix et retarde les chantiers.


Quand on vous dit qu’ils organisent une pénurie globale pour soumettre les peuples, qu’elle soit alimentaire ou matérielle…

Dans le BTP, la pénurie de bois crée une envolée des prix et retarde les chantiers.

Publié le 17.7.2021 par PS avec AFP


Le prix du bois massif de construction KVH a triplé, quand celui du bois lamellé-collé a doublé, selon les professionnels du secteur (photo d'illustration)
Le prix du bois massif de construction KVH a triplé, quand celui du bois lamellé-collé a doublé, selon les professionnels du secteur (photo d’illustration) – Dimitar DILKOFF /

La filière bois française, censée aider à réduire l’énorme empreinte carbone du bâtiment, peine à répondre à l’explosion de la demande dans le secteur de la construction depuis l’an dernier.

Envolée des prix, chantiers à l’arrêt et délais à rallonge: la filière bois française, censée aider à réduire l’énorme empreinte carbone du bâtiment, peine à répondre à l’explosion de la demande dans le secteur de la construction depuis l’an dernier.

« C’est très conjoncturel: il y a une pénurie de produits bois car c’est le contrecoup de la crise Covid. Tout a repris d’un coup avec les différents plans de relance dans le monde. Ça a créé un appel d’air énorme en termes de nombre de chantiers et de besoin en produits bois », analyse Jérôme Martinez, responsable développement du label Bois de France, présent comme de nombreux acteurs de la filière à un forum cette semaine à Paris.

Cette reprise d’activité sur les chapeaux de roues se traduit par des scieries qui tournent à plein régime comme celle de Frédéric Blanc dans la Drôme, actuellement à 130% de sa production habituelle. Le prix du bois massif de construction KVH a triplé, quand celui du bois lamellé-collé a doublé, selon les professionnels du secteur.

De grosses fluctuations de prix peuvent intervenir dans la même journée, assure Augustin Malavaud, chargé d’études de prix chez Eiffage Construction Bois. « C’est la course à celui qui arrivera à signer le bon de commande le plus vite pour rendre le prix ferme. Ce qui est difficile aujourd’hui, c’est d’avoir des fournisseurs qui s’engagent sur la tenue de leurs délais et la tenue de leurs prix. »

Des clients réticents

Si la construction bois s’avère plus rapide sur le chantier de construction, elle demande plus de temps de conception. Construire en bois coûtait donc déjà environ 30% plus cher qu’avec des matériaux traditionnels avant les pénuries. A cela s’ajoutent désormais des délais plus longs et des prix encore plus hauts, qui font naître des réticences.

Hervé Ravenet, de la société Weber Saint-Gobain, redoute de ne plus pouvoir absorber les hausses de prix et les retards: « La demande est là, mais est-ce que ce n’est pas la goutte d’eau de trop qui fera que dans certains projets, au lieu d’avoir un squelette en bois, on va revenir sur une structure poteaux-poutres béton ? ».

Virginie Wolff, dirigeante de la société alsacienne de fabrication de structures en bois Les Bois du Ried, constate déjà des reports et des transformations de chantiers. « Des clients prévus en ossature bois passent en maison dure pour ne pas avoir ces surcoûts et ces problèmes de délais », assure-t-elle.

« C’est dramatique, on a des chantiers qui sont à l’arrêt », dit-elle, et certains clients ont essuyé 7.000 à 10.000 euros de coûts supplémentaires pour une maison, regrette la cheffe d’entreprise.

Nouvelles normes en 2022

L’impact du secteur du bâtiment sur le climat est lourd: il est responsable de 19% des émissions de gaz à effet de serre de la France. Une nouvelle réglementation environnementale, dite RE2020, plus exigeante sur les émissions, entrera en vigueur le 1er janvier 2022. En prenant en compte l’ensemble des émissions d’un bâtiment dès sa construction, elle devrait placer le liège, le chanvre, la paille et autres matériaux biosourcés avec le bois au coeur de la conception des nouveaux bâtiments. « Avec la RE2020 on peut sortir notre épingle du jeu », espère Virginie Wolff.

La preuve en est que les géants du bâtiment ont désormais tous un pied dans le biosourcé, à l’instar de Vinci avec sa filiale Arbonis ou de Bouygues Construction et sa marque de construction bois WeWood, lancée en 2020. Bouygues a pour ambition d’atteindre les 30% de projets bois à l’horizon 2030, selon Fabrice Denis, de WeWood.

Et le biosourcé hors bois est déjà demandé. Yves Hustache, fondateur de la Scop Karibati spécialisée dans ces matériaux, a constaté une croissance du secteur de 87% entre 2019 et 2020. Le biosourcé représente désormais 10% du marché de l’isolation.

Une ossature en bois remplie par des bottes de paille, des isolants à base de chanvre, de lin ou de balle de riz: malgré les incertitudes sur les coûts, tel pourrait être le visage, plus vert, de la maison de demain.

Source


Pendant la pénurie de masques, l’ancien député et ministre Yves Jégo a touché des commissions pour mettre en relation un importateur avec des collectivités territoriales.


En Europe, des pénuries de pétrole se profilent à brève échéance

En Europe, des pénuries de pétrole se profilent à brève échéance. De vives tensions sont à craindre.

Publié le 13 juil. 2021 par Marc Blaizot


La production pétrolière totale des seize principaux fournisseurs de l’Europe risque de se contracter significativement d’ici à 2030. Parmi ces pays figurent presque tous les grands exportateurs de brut hormis le Brésil, le Canada, le Venezuela et les Emirats arabes unis, dont les exportations sont absorbées par la demande américaine et asiatique. Conséquence du déclin des découvertes et des réserves de pétrole conventionnel, une telle contraction paraît inéluctable au-delà de 2030. Le problème du « pic pétrolier » n’a pas été dissipé, mais seulement retardé par le boom du pétrole de schiste aux Etats-Unis. Face à cette tendance inexorable, les pays membres de l’Union européenne, qui importent autant de pétrole que la Chine, sont vulnérables.

Ce constat est issu de notre analyse parue fin mai, conduite à la demande du ministère des Armées auprès du groupe de réflexion The Shift Project. Elle repose sur un examen critique des données de la société Rystad Energy, référence de l’industrie pétrolière. Elle aboutit à un diagnostic préoccupant concernant l’avenir des approvisionnements de l’Europe, passé à ce jour inaperçu des institutions européennes et des Etats membres. A l’heure où la demande mondiale repart à la hausse, ce diagnostic permet pourtant de comprendre diverses mises en garde d’acteurs industriels de premier plan émises dès avant le gel massif d’investissements entraîné par la crise du Covid.

Source


La Chine rationne son électricité et crée un problème de pénurie généralisée

Publié le 13.7.2021 par Auteur(s): FranceSoir

En raison des conditions météorologiques extrêmes (sécheresse), et de la demande croissante d’énergie pour la climatisation et la réfrigération, la Chine a décidé de rationner son électricité, notamment en obligeant de nombreuses usines à réduire leur production. Ce problème, qui pourrait durer des mois, perturbe la reprise économique du pays, et pourrait même avoir un impact sur notre vie quotidienne en Europe.

Les conditions météorologiques extrêmes obligent les centrales électriques au charbon à réduire leur production

Outre les sécheresses, c’est aussi la flambée des prix du charbon qui pousse les centrales électriques au charbon à fermer leurs portes plusieurs jours par semaine. Dans un contexte d’engagement environnemental, la Chine contrôle strictement l’usage du charbon, ce qui explique la montée des prix. Depuis plus d’un mois, la province du Guangdong, responsable de 10 % de la production économique annuelle de la Chine, est soumise à des coupures d’électricité pour réduire drastiquement la consommation. De nombreuses entreprises ont été obligées de réduire leur production, ce qui entraîne des pénuries de produits majoritairement consommés en Chine, mais aussi exportés partout dans le monde. Ce rationnement de l’électricité pourrait durer jusqu’à la fin de l’année, et pas seulement au Guangdong, mais aussi dans au moins neuf provinces (Yunnan, le Guangxi et le centre de fabrication du Zhejiang).

La construction et la sidérurgie seront les secteurs les plus touchés par la pénurie d’électricité

L’industrie de l’acier inoxydable, de l’aluminium et de l’étain, sont spécialement touchés par la pénurie d’électricité, ce qui pourrait entraîner des retards d’expédition qui peuvent être ressentis dans la suite ici..

Source