Q SCOOP – Le Texas poursuit l’administration Biden pour avoir relâché des migrants illégaux infectés par le Covid-19.


Le Texas poursuit l’administration Biden pour avoir relâché des migrants illégaux infectés par le Covid-19

Publié le 26.6.2021 par Jack Phillips


Des agents de la patrouille frontalière appréhendent 21 étrangers en situation irrégulière originaires du Mexique qui s'étaient cachés dans une trémie à grains sur un train de marchandises en direction de San Antonio, près d'Uvalde, au Texas, le 21 juin 2021. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

Des agents de la patrouille frontalière appréhendent 21 étrangers en situation irrégulière originaires du Mexique qui s’étaient cachés dans une trémie à grains sur un train de marchandises en direction de San Antonio, près d’Uvalde, au Texas, le 21 juin 2021. (Charlotte Cuthbertson/The Epoch Times)

L’État du Texas et un groupe dirigé par l’ancien conseiller de l’administration Trump, Stephen Miller, ont intenté une action en justice pour mettre un terme à la politique frontalière de capture et de remise en liberté de l’administration Biden, affirmant qu’elle permet aux immigrants illégaux infectés par le Covid-19 d’entrer aux États-Unis.

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, et l’association America First Legal de M. Miller ont déposé des documents (pdf) devant un tribunal fédéral de Fort Worth contre le président Joe Biden, affirmant que cette politique coûterait des millions de dollars aux contribuables tout en mettant en péril la sécurité publique.

Le duo s’est concentré sur la décision de la Maison-Blanche, en février, de suspendre la politique de l’ère Trump qui consistait à forcer les étrangers en situation irrégulière à retourner dans leur pays d’origine lors de la pandémie de Covid-19, en utilisant une disposition connue sous le nom de Titre 42 pour les empêcher d’entrer. Biden a mis fin à la disposition et a libéré les enfants non accompagnés et les familles aux États-Unis, où ils attendent ostensiblement les dates des tribunaux de l’immigration.

« En d’autres termes, au moment même où l’administration exhorte les Américains à se faire vacciner, elle réinstalle des milliers d’étrangers en situation irrégulière non vaccinés dans leurs villes, villages et écoles, et fait peser sur les contribuables le coût et la charge de tous les services de santé pour ces nouveaux arrivants », a déclaré Stephen Miller dans une déclaration au sujet du recours.

M. Miller a fait valoir que si les étrangers en situation irrégulière qui ne sont pas vaccinés sont autorisés à entrer dans les communautés américaines, cela diminuera le pourcentage de « la population de cette communauté qui a reçu un vaccin ». En conséquence, a-t-il dit, elle s’éloignera « davantage du seuil d’immunité collective ».

Des données récentes du service américain des douanes et de la protection des frontières (CBP) montrent que plus de 180 000 immigrants illégaux ont été arrêtés par les agents en mai. Ce chiffre, soulignent les opposants et les anciens fonctionnaires, représente le plus grand nombre de cas depuis des décennies.

Depuis janvier, Biden a publié des dizaines de décrets relatifs à l’immigration, dont beaucoup annulent des politiques mises en place pendant le mandat de l’ancien président Donald Trump, notamment la construction du mur frontalier, la politique consistant à « rester au Mexique » et la politique qui exigeait que les immigrants obtiennent des visas à moins de prouver qu’ils pouvaient obtenir une assurance maladie ou payer des soins de santé.

Biden et d’autres responsables de la Maison-Blanche ont expliqué que les actions exécutives de l’administration avaient été faites pour promouvoir un programme plus humanitaire le long de la frontière, tout en affirmant que les politiques de l’ère Trump étaient inefficaces et semaient la discorde. Trump, dans un certain nombre de déclarations après avoir quitté ses fonctions, a catégoriquement nié leurs affirmations.

M. Miller a également fait valoir que la politique de l’administration Biden a violé les directives promulguées par les Centres américains de contrôle et de prévention des maladies (CDC) et d’autres agences sanitaires fédérales concernant le port de masques, la distanciation sociale, et plus encore.

« Cette politique anarchique de capture et de libération viole manifestement et frontalement les propres lignes directrices, règlements et directives de l’administration en matière de santé publique », a-t-il déclaré dans un communiqué. « Alors que les Américains sont toujours tenus de porter des masques dans les avions et que le CDC tente toujours de fermer de nombreux aspects de la vie quotidienne, le gouvernement facilite activement l’entrée d’étrangers illégaux dont le voyage est défini par l’absence radicale de protocoles sanitaires. »

Il a ajouté que la « libération massive » d’immigrants illégaux non testés et non vaccinés constitue une menace sanitaire importante pour « tous les Américains » et « est explicitement contraire à l’objectif de réouverture par la vaccination déclaré publiquement par l’administration ».


Source