Q SCOOP – La Russie s’oppose à toutes les sanctions à l’encontre de l’État Malien.


Mali

La Russie s’oppose à toutes les sanctions à l’encontre de l’État Malien. Sergey Lavrov, le ministre des Affaires étrangères russe annonce que son pays bloquera toutes les résolutions qui seront prises à l’encontre de la junte militaire à Bamako.


Live

URGENT les Maliens sont devant l’ambassade de Russie demandant l’intervention de la Russie au Mali.

MANIFESTATION PRO RUSSE À Bamako en Direct de l’ambassade de Russie pour couvrir la manifestation des organisations militant pour un partenariat militaire entre le Mali et la Russie… En 2021, le Mali veut rompre avec l’Occident pour la Russie de Poutine., ce qui rend fou E. Macron et le gouvernement de la France.


Mali Le président de la transition Bah NDaw et son Premier ministre Moctar Ouane ont été interpellés par des militaires et conduits au camp de Kati, d’où le coup d’État contre IBK était parti, en août dernier. Tout serait parti après la nomination d’un nouveau gouvernement qui semble mécontenté les colonels auteurs du coup d’État de 2020.


Voici les deux perturbateurs de l’ordre public ci-dessous et le troisième au-dessus en haut à droite et celui qui mettra tout le monde d’accord en haut à gauche en bas ceux qui veulent prendre en otage le Mali pour leurs intérêts personnels ! À droite Colonel Sadio Camara et à gauche le Colonel Modibo Koné. Si vous êtes vraiment des hommes, allez au front !


Urgent

Mali Maintenant, c’est confirmé le président et son premier ministre ont démissionné.

Bah N’Daw démissionne, Assimi Goïta devient président

Le président de la transition Bah N’Daw, et le vice-président, le colonel Assimi Goïta, lors de la prestation de serment, le 25 septembre 2020 à Bamako. © /AP/SIPA

Le président de la transition, Bah N’Daw, a remis sa démission à son vice-président, Assimi Goïta. Ce dernier devient, de fait, le nouveau chef de la transition.

Moins de 48 heures après avoir démis de leurs fonctions le président de la transition, Bah N’Daw, et son Premier ministre, Moctar Ouane, le colonel Assimi Goïta devient de fait le nouveau président de la transition.

Bah N’Daw a en effet remis, ce mercredi 26 mai, sa démission ainsi que celle de son Premier ministre à celui qui était, jusque-là, son vice-président. Le gouvernement, dont la composition avait été dévoilée le 24 mai, quelques heures avant le coup de force des militaires, est quant à lui dissous.

Point de non-retour

Cette annonce vient confirmer la reprise en main de l’exécutif par le chef de la junte qui a mené le coup d’État contre Ibrahim Boubacar Keïta (IBK), le 18 août dernier.À LIRE Mali – Bah N’Daw et Assimi Goïta : comment la transition a basculé

Les tensions entre Assimi Goïta et Bah N’Daw s’étaient accrues depuis la reconduction de Moctar Ouane au poste de Premier ministre, le 14 mai dernier. Mais c’est l’annonce de la composition du nouveau gouvernement, lundi soir, qui a constitué le point de non-retour. Assimi Goïta, tenu à l’écart des discussions, contestait en particulier l’éviction de deux de ses fidèles, membres influents de l’ancien Conseil national pour le salut du peuple (CNSP, officiellement dissous en janvier) : les colonels Modibo Koné et Sadio Camara, qui était respectivement ministres de la Sécurité et de la Défense dans le précédent gouvernement.

Interpellés le 24 mai au soir, Bah N’Daw et Moctar Ouane se trouvent depuis au camp militaire de Kati, situé à une quinzaine de kilomètres de Bamako. C’est également le cas du général Souleymane Doucouré, qui devait devenir le nouveau ministre de la Défense, et de Kalilou Doumbia, conseiller spécial de Bah N’Daw.