Q SCOOP – Pékin utilise son réseau mondial de médias pour diffuser son discours sur la pandémie.


Pékin utilise son réseau mondial de médias pour diffuser son discours sur la pandémie

Publié le 20.5.2021 par FRANK FANG


Un résident portant un masque facial sort d'un magasin après avoir acheté un journal à Treviolo, en Italie, le 9 avril 2020. (Miguel Medina/AFP via Getty Images)
Un résident portant un masque facial sort d’un magasin après avoir acheté un journal à Treviolo, en Italie, le 9 avril 2020. (Miguel Medina/AFP via Getty Images)

Selon un rapport récent, Pékin s’est concentré sur le paysage médiatique des différents pays pour faire passer son discours sur la pandémie.

« Lorsque la pandémie a commencé à se propager, Pékin a utilisé son infrastructure médiatique à l’échelle mondiale pour semer des récits positifs sur la Chine dans les médias nationaux, ainsi que pour mobiliser des tactiques plus originales telles que la désinformation », a déclaré la Fédération internationale des journalistes (FIJ), basée à Bruxelles, dans son dernier rapport de recherche.

Le rapport s’appuie sur une enquête menée auprès de 54 syndicats de journalistes de 50 pays et territoires différents entre décembre 2020 et janvier 2021. Ces pays sont situés en Asie-Pacifique, en Afrique, en Europe, en Amérique latine, en Amérique du Nord et au Moyen-Orient.

À l’échelle mondiale, 56 % ont déclaré que la couverture médiatique de la Chine par leur pays était devenue plus positive après l’apparition du Covid-19, la maladie causée par le virus du PCC (virus du Parti communiste chinois). Parallèlement, 20 % ont déclaré qu’il n’y avait pas eu de changement et les 24 % restants ont déclaré qu’elle était devenue plus négative.

Le rapport a également révélé que lorsque les pays recevaient une aide médicale de la Chine, notamment des vaccins fabriqués en Chine, le récit médiatique du pays avait une vision plus favorable de la Chine.

« Parmi les pays où le récit médiatique dominant était ‘l’action rapide de la Chine contre le Covid-19 a aidé d’autres pays, tout comme sa diplomatie médicale’, plus des deux tiers ont reçu le vaccin Covid-19 de la Chine », indique le rapport.

Les mauvaises interventions de Pékin lors de la pandémie ont suscité des critiques internationales, notamment sur la manière dont le régime a réduit au silence des médecins dénonciateurs et n’a pas révélé au départ que le virus pouvait se transmettre d’homme à homme. Pour tenter de renverser la vapeur, le PCC a cherché à redorer son image en utilisant ses fournitures médicales, comme les masques et les vaccins, à des fins diplomatiques.

Lors d’un briefing quotidien le 17 mai, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a proclamé que Pékin avait fourni « une assistance en matière de vaccins à plus de 80 pays » et « des exportations de vaccins à plus de 50 pays ».

« Pour la Chine, ces colis de secours ont répondu à un besoin très réel d’assistance médicale tout en constituant une aubaine de propagande illustrant le statut de Pékin en tant que partenaire généreux pour les nations dans le besoin », indique le rapport.

Selon le rapport, le même discours médiatique selon lequel « l’action rapide de la Chine contre le Covid-19 a aidé d’autres pays » n’a été retrouvé que dans 25 % des pays qui n’ont pas reçu de vaccins chinois. Dans ces pays, 60 % des personnes interrogées ont déclaré que la couverture médiatique initiale de la Chine était responsable de la pandémie mondiale.

« 57 % des pays bénéficiaires de vaccins chinois ont déclaré avoir constaté des tentatives de la part d’acteurs chinois de façonner les récits médiatiques concernant la politique locale dans leur pays, contre 34 % des pays non bénéficiaires », selon le rapport.

Un exemple a eu lieu en Italie. Selon le rapport, un journaliste italien anonyme a déclaré que des responsables chinois locaux leur avaient demandé de « donner plus de place au discours du Nouvel An » du dirigeant chinois Xi Jinping. Le discours de Xi était déjà traduit en italien lorsque les fonctionnaires le leur ont remis.

Le 31 décembre 2020, Xi a prononcé son premier discours du Nouvel An depuis le début de la pandémie mondiale. Selon les médias d’État chinois, Xi a proclamé que la Chine avait « surmonté l’impact de la pandémie » et « réalisé de grandes avancées dans la coordination de la prévention et du contrôle ».

Comme la plupart des pays du monde aujourd’hui, la Chine a continué à lutter contre la pandémie. Depuis le 17 mai, les autorités chinoises ont renforcé les alertes dans 17 régions de deux provinces, désignant ces zones comme étant à « risque moyen » de contracter le virus, après une vague de nouveaux cas d’infection.

« Les journalistes ont admis qu’il y avait davantage de contenu chinois dans l’écosystème de l’information, à savoir un article par jour dans la presse serbe et cinquante articles de Xinhua[agence de presse d’État chinoise] par jour sur le fil d’actualité de l’agence de presse Ansa en Italie », selon le rapport.

En Tunisie, l’ambassade de Chine a offert du désinfectant pour les mains et des masques à un syndicat de journalistes anonyme, selon le rapport. En outre, l’ambassade a également tenté de fournir une aide financière à certains médias privés.

« Dans certains pays, la Chine a également été considérée comme le fournisseur des informations les plus précises sur le nouveau coronavirus, ce qui montre son influence croissante sur les récits mondiaux », indique le rapport.

Le rapport propose plusieurs recommandations, dont celle pour la Fédération internationale des journalistes de mettre en place des ateliers régionaux afin de sensibiliser le public à l’influence de la Chine sur les médias mondiaux.


Source