Q SCOOP – E. Macron : « Nous devons d’une certaine manière déconstruire notre propre histoire ».


Publié le 20.04.2021


Table des Matières :


E. Macron en deux jours, voyez le double langage du mytho numéro un de France… annonce d’hier :

D’un côté plus de policier pour la délinquance et de l’autre effacer l’histoire de la France, messieurs les policiers quand est ce que vous allez vous réveillez aussi et comprendre que ce manipulateur joue sur vos sentiments et votre tranquillité tout en vous promettant des renforts dont ils ce fou complètement et tout en même temps le fameux en même temps vous inventer de la délinquance pour mieux vous exterminer aussi et ce afin de vous noyer dans la masse des futurs problèmes. À ne rien faire et ne rien dire vous devenez complice de ce dingue, et en même temps vous subirez le sort qu’il vous a prédestiné ;

  • Voyez le procès des policiers brulés ?
  • Voyez cette vidéo sur les haines raciales que le deep state organise au États-unis ?

Pour exterminer les blancs regarder la, elle est ci-dessous, monter les races les une contre les autres voilà son objectif et celui de l’état profond, diviser pour mieux régner, ne tomber pas dans le panneau, soyez unis avec le peuple et non les Assa Traoré en France ex Rothschild (Voir l’article Qactus sur le sujet) et payé a prix d’or par G. Soros ou G. Floyd aux états-Unis monté de toutes pièce par l’état profond pour provoquer des haines raciales sous vos yeux.

Incroyables propos d’un chef d’État qui se force à ne pas comprendre l’histoire de son pays et de l’importance du roman national puisque aux Ordres du NOM ! Évoquer, par surcroît devant un média étranger, la nécessité de déconstruire notre histoire est un affront et une insulte envers toutes les Françaises et les Français. Bien sûr qu’il y a des différences de culture avec chaque peuple et dans chaque pays et c’est très bien comme cela, car c’est la nature humaine comme Dieux la crée et avec tout ce qu’elle a d’enrichissant, mais il n’y a pas de racisme, le racisme a été inventer par le Deep-state pour diviser les peuples afin de mieux les manipuler et les asservir depuis toujours!! Et les diluer dans leur nouveau Monde Trans-Humain régi par Lucifer. Voyez le reportage CNEWS ICI…

POLICE Réveillez-vous, vous avez le pouvoir ICI


🚨 ALERTE INFO 🚨

ÉTATS-UNIS :

Winconsin, la « chasse aux Blancs » a commencé…

Retour au Menu


Voici ses propos sur la chaine américaine

« Nous devons d’une certaine manière déconstruire notre propre histoire. » 

(« We have in a certain way to deconstruct our own history. »)


Voilà la phrase consternante prononcée par M. Macron le dimanche 18 avril lors d’un entretien accordé à la chaîne américaine CBS.

La question posée par le journaliste était la suivante :

« Monsieur le Président, la question raciale est un sujet très chaud dans le pays en ce moment. Vous avez dit : ‘Je suis sûr d’une chose, nous ne sommes pas les États-Unis d’Amérique. Nous avons une préférence pour l’égalité, que nous ne trouvons pas aux États-Unis […] Nous sommes attachés à la social-démocratie, à plus d’égalité.’ Qu’entendez-vous par là ? »

E. Macron a répondu par un méli-mélo de considérations où la France était maladroitement comparée aux États-Unis, où il évoquait la colonisation, les « traumatismes », avant de lâcher cette phrase dramatique.

Quand cessera-t-il d’abaisser notre pays et notre peuple ?

Retour au Menu


“Nous devons déconstruire notre propre histoire” : Macron se lâche à la télévision américaine

Interrogé sur ses propos comparant la France aux États-Unis, le président de la République a estimé que cela concourrait à se “débarrasser du racisme dans nos sociétés”.

Publié le 19 avril 2021 Par valeursactuelles.com

« Nous devons déconstruire notre propre histoire », clame Emmanuel Macron. Photo © Ludovic Marin/AP/SIPA

Emmanuel Macron était le grand invité de l’émission « Face the Nation » sur CBS News dimanche 18 avril. Interrogé depuis l’Élysée par la journaliste Margaret Brennan, le chef de l’État est revenu sur de nombreux sujets à commencer par la pandémie de Covid-19 et la vaccination, mais il s’est surtout lâché au moment d’évoquer la question raciale, et l’histoire de la France, sujet sur lequel l’a lancé la journaliste. « Monsieur le Président, la question raciale est un sujet très chaud dans le pays en ce moment. Vous avez dit : ‘Je suis sûr d’une chose, nous ne sommes pas les États-Unis d’Amérique. Nous avons une préférence pour l’égalité, que nous ne trouvons pas aux États-Unis […] Nous sommes attachés à la social-démocratie, à plus d’égalité.’ Qu’entendez-vous par là ? », lui a demandé la journaliste.

La réponse d’Emmanuel Macron ne s’est pas fait attendre. Le chef de l’État a affirmé en premier lieu que les États-Unis avaient été confrontés à la ségrégation et qu’ils avaient pu finalement se « réorganiser dans les années 1960 », alors que cela n’a pas été le cas de la France. Emmanuel Macron a tenu à rappeler que les histoires des deux pays étaient « très différentes » parce qu’un pays comme la France était un État « colonial » et que, de par son passé, l’Hexagone appartient toujours à la catégorie « des pays coloniaux avec toujours de l’immigration, avec beaucoup de gens venant des anciennes colonies et, par exemple, du continent africain. »

« Un défi énorme »

Raison pour laquelle, selon lui, le pays est confronté à « de nombreuses tensions lorsque des personnes sont victimes de discrimination… » Il met en avant alors les plateformes lancées pour lutter contre ces discriminations et lâche ensuite : « Nous devons déconstruire notre propre histoire. »

Aller « aux racines du phénomène », lancer de nouvelles politiques « pour nous débarrasser du racisme » est donc essentiel pour Emmanuel Macron. C’est ce qu’il a martelé devant Margaret Brennan. Comme pour se justifier une dernière fois de ses propos, le président français a insisté sur la nécessité d’une « politique de reconnaissance » afin de « construire notre unité en étant plus efficace contre les inégalités, contre la discrimination ». Un « défi énorme » qui passe donc par la déconstruction de « notre propre histoire ».