Q SCOOP – Plus de 750000 tests PCR à la poubelle en Suisse.


Plus de 750 000 tests PCR à la poubelle

Publié le 11 avril 2021 par le matin.ch


En raison de leurs composants biochimiques, les tests PCR ont une durée de vie limitée.
En raison de leurs composants biochimiques, les tests PCR ont une durée de vie limitée.
20min

Plus de 750000 tests PCR à la poubelle en Suisse. C’est à la fois un gâchis et une bonne nouvelle. Un grand nombre de personnes refusent de se faire tester car ils doutent à juste titre de la fiabilité et de l’utilisation.

Cela démontre surtout la planification de cette plandémie pour imposer la vaccination générale avec ses conséquences :
– résultats financiers (le PDG Français du laboratoire Moderna est devenu milliardaire) et la fortune des autres a encore accru de plus de 25% alors que la richesse de la population mondiale baisse.
– contrôle absolu des populations et effets à moyens et long terme (esperance de vie, dépendance, nouvelles maladies)

La bonne nouvelle, c’est que ce virus fabriqué en laboratoire serait moins dangereux que prévu, qu’il y a des traitements peu chers et que 1 million de personnes non testés signifient évidemment des centaines de milliers de faux cas positifs en moins pour imposer des mesures encore plus liberticides.

Plus d’un million de tests ont été commandés par la Confédération au printemps 2020 afin de pallier une éventuelle pénurie. Ils n’ont malheureusement pas tous pu être utilisés avant leur date de péremption.

Afin de faire des réserves en cas de pénurie et dans l’urgence, la Suisse avait acheté plus d’un million de tests PCR au printemps 2020. Mais un an plus tard, une grande partie n’a malheureusement pas pu être utilisée.

Résultat: plus de 740’000 tests périmés n’auront jamais servi à personne et restent sur les bras de la Confédération. En raison de leurs composants biochimiques, ils ont, à l’instar des masques chirurgicaux, une durée de vie limitée.

Environ 14 millions de francs perdus

Selon la «NZZ am Sonntag», un groupe de travail, voyant l’échéance arriver à grands pas, a accéléré leur vente, moyennant des prix défiant toute concurrence. Environ 300’000 tests PCR ont ainsi réussi à trouver preneurs. Une initiative qui a rapporté quelque 3 millions de francs à la Confédération, sur les 16,7 millions qu’elle avait dépensés initialement.

C’est dans le dominical qu’un porte-parole de l’armée s’insurge, en accusant les autorités d’avoir eu recours à d’autres méthodes de dépistage, alors que ce stock existait depuis longtemps. Selon la RTS, impossible pour l’heure de déterminer pourquoi cette réserve n’a pas été mieux appréhendée.


Source