Q SCOOP – Le président tanzanien qui était sceptique à l’égard des vaccins occidentaux est mort après avoir disparu pendant deux semaines ?


Le président Tanzanien mort après avoir été porté disparu pendant 2 semaines!!!

Il avait refusé de recommander la vaccination de masse dans son pays ! Qu’il repose en paix.

Publié le 18.3.2021 par Brian Shilhavy


Le président John Magufuli de Tanzanie a disparu il y a quelques jours et maintenant les médias main stream fake news disent qu’il est mort du covid-19. Il était le seul dirigeant mondial à avoir exposé l’ensemble de la pandémie.

Son équipe de sécurité lui a conseillé au début de l’année dernière de vérifier la qualité des tests PCR. Ils ont envoyé à un laboratoire des tests provenant d’une chèvre, d’un oiseau, d’un durian et d’une papaye. Les tests portaient des noms réels et sont tous revenus positifs. Il a ensuite arrêté tous les tests en mars 2019 et l’a révélé au monde entier dans un discours. Il a ensuite ouvert la Tanzanie aux voyages sans tests PCR ni mesures de quarantaine. Il est allé à l’encontre du programme de vaccination et n’avait pas l’intention d’empoisonner ses citoyens. Il était également très opposé au port de masques et a demandé aux habitants de Tanzanie de ne pas en porter.

Explication :

On rapporte aujourd’hui que le président de la Tanzanie, John Magufuli, est mort après avoir été porté disparu pendant plus de deux semaines.

Le décès du président a été annoncé aujourd’hui par la vice-présidente du pays, Samia Suluhu, qui a déclaré que le président était mort d’une insuffisance cardiaque. Il était âgé de 61 ans.

Il y a environ deux semaines, Health Impact News a publié un article rédigé par Rishma Parpia, de The Vaccine Reaction, rapportant que le président John Magufuli et sa ministre de la santé, Dorothy Gwajima, avaient annoncé que leur pays n’avait aucun plan en place pour recommander l’utilisation généralisée des vaccins COVID-19 dans le pays africain.

Le 2 février 2021, la ministre tanzanienne de la santé, Dorothy Gwajima, a annoncé que son pays n’avait pas l’intention de recommander l’utilisation généralisée des vaccins COVID-19 dans le pays africain.

Cette annonce est intervenue quelques jours après que le président tanzanien John Magufuli a exprimé ses inquiétudes quant à la sécurité et à l’efficacité des vaccins COVID-19 développés et fabriqués dans les pays occidentaux.

Le président Magufuli a déclaré que le ministère de la santé n’acceptera les vaccins COVID-19 qu’après que les experts tanzaniens les auront examinés et certifiés. La ministre de la santé, Dorothy Gwajima, a expliqué,

« Nous ne sommes pas encore convaincus que ces vaccins ont été cliniquement prouvés sûrs ».

Le président Magufuli a réaffirmé qu’il ne permettra pas que les Tanzaniens soient utilisés comme cobayes dans les essais de vaccins COVID-19 menés par les fabricants de vaccins. Il a averti que les vaccins COVID-19 pouvaient être nocifs et a exhorté les Tanzaniens à cesser de vivre dans la peur, à adopter des mesures de bon sens pour lutter contre les maladies et à mener un mode de vie sain. Le ministre de la Santé, M. Gwajima, a déclaré :

Nous devons améliorer notre hygiène personnelle, nous laver les mains avec de l’eau courante et du savon, utiliser des mouchoirs, de la vapeur d’herbes, faire de l’exercice, manger des aliments nutritifs, boire beaucoup d’eau et [utiliser] les remèdes naturels dont notre nation est dotée.

Son message :

Le président tanzanien déclare que les citoyens ne seront pas des cobayes dans les essais du vaccin COVID – Sceptique quant à la sécurité des vaccins actuels COVID-19

Presque immédiatement après la publication de cet article, le président Magufuli a disparu de la vie publique.

La semaine dernière, Kit Knightly, écrivant pour Off-Guardian, a écrit un article intitulé : Tanzania – The second Covid coup ?

La disparition du président John Magufuli fait de lui potentiellement le 2e chef d’État « négationniste du Covid » à perdre le pouvoir.

JOHN MAGUFULI, PRÉSIDENT DE LA TANZANIE, A DISPARU. IL N’A PAS ÉTÉ VU EN PUBLIC DEPUIS PLUSIEURS SEMAINES, ET LES SPÉCULATIONS VONT BON TRAIN QUANT À L’ENDROIT OÙ IL POURRAIT SE TROUVER.

L’opposition a, à plusieurs reprises, accusé le président d’être hospitalisé pour « Covid19 », soit au Kenya, soit en Inde, bien que rien ne prouve que ce soit le cas.

Pour ajouter un peu de contexte, John Magufuli est l’un des chefs d’État africains qui nient l’existence du « Covid ».

Il a demandé à son bureau de soumettre cinq échantillons non étiquetés à des tests – chèvre, huile moteur, papaye, caille et jacquier – et lorsque quatre d’entre eux se sont révélés positifs et un « non concluant », il a interdit les kits de test et demandé une enquête sur leur origine et leur fabrication.

Par le passé, il a également mis en doute la sécurité et l’efficacité des prétendus « vaccins covidés » et n’a pas autorisé leur utilisation en Tanzanie.

Dans la presse occidentale, Magufuli a été dépeint comme « anti-science » et « populiste », mais il n’est pas juste de suggérer que la santé de la population tanzanienne est une faible priorité pour le président. En fait, c’est tout le contraire.

Après avoir remporté sa première élection en 2015, il a sabré dans les salaires du gouvernement (y compris les siens) afin d’augmenter le financement des hôpitaux et l’achat de médicaments contre le sida. En 2015, il a annulé les célébrations de la fête de l’indépendance et a utilisé l’argent pour lancer une campagne anti-choléra. La santé a été l’une des principales priorités de son administration, et l’espérance de vie des Tanzaniens a augmenté chaque année depuis qu’il est au pouvoir.

La couverture négative du président Magufuli est un phénomène très récent. Au début de sa présidence, il a même reçu des articles élogieux de la presse occidentale et des groupes de réflexion soutenus par Soros, louant ses réformes et le qualifiant d' »exemple » pour les autres nations africaines.

Tout cela a changé lorsqu’il a déclaré que le Covid était un canular.

Si nous sommes sur le point d’assister à la mort soudaine et/ou au remplacement du président de la Tanzanie, il ne sera pas le premier chef d’État africain à subir un tel sort à l’ère du Covid.

L’été dernier, Pierre Nkurunziza, le président du Burundi, a refusé de jouer le jeu du Covid et a demandé à la délégation de l’OMS de quitter son pays… avant de mourir subitement d’une « crise cardiaque » ou d’une « suspicion de Covid19 ». Son successeur a immédiatement annulé toutes ses politiques de Covid, y compris celle d’inviter l’OMS à revenir dans le pays.

C’était notre premier coup Covid, et il semble que la Tanzanie pourrait bien être le prochain.

Kit Knightly ressemble de plus en plus à un prophète des temps modernes. Lisez son article complet ici.

Le président Magufuli peut difficilement être « anti-science ». Il est titulaire d’un master et d’un doctorat en chimie de l’université de Dar es Salaam. En 2019, l’université de Dodoma lui a décerné un doctorat honorifique pour avoir amélioré l’économie du pays.

Je m’attends à ce que la nouvelle administration entrante soit prompte à accepter les « vaccins » expérimentaux occidentaux de COVID maintenant, à l’instar de ce qui s’est passé au Burundi.


Source