Q SCOOP – Une enfant de 12 ans mise à l’écart de sa classe parce que la directrice a vu sur Facebook qu’elle était allée en Suisse pour les vacances.


Une enfant de 12 ans mise à l’écart de sa classe parce que la directrice a vu sur Facebook qu’elle était allée en Suisse pour les vacances.

Publié le 24.02.2021 par 7sur7.be


Dans une vidéo sur Facebook, le papa de Pauline s'insurge et rappelle qu'ils avaient le droit de partir en Suisse vu qu'ils habitent au Luxembourg.
Dans une vidéo sur Facebook, le papa de Pauline s’insurge et rappelle qu’ils avaient le droit de partir en Suisse vu qu’ils habitent au Luxembourg. © Facebook

Fabian est le papa de Pauline, 12 ans, et il est très énervé par ce qui est arrivé à sa fille à l’école. Sur Facebook, il raconte: “Hier, ma fille est allée à l’école dans la région d’Arlon. L’après-midi, sa directrice a été la trouver, lui demandant Tiens Pauline, tu as été en vacances en Suisse avec ton papa?” La petite Pauline lui a répondu par l’affirmative. Le papa explique que la directrice a décidé de mettre Pauline “dans une classe séparée des autres à la vue de tout le monde comme une pestiférée”.Dans une vidéo sur Facebook, le papa de Pauline s’insurge et rappelle qu’ils avaient le droit de partir en Suisse vu qu’ils habitent au Luxembourg. © Facebook

Il dit que la directrice a eu connaissance de leurs vacances par Facebook. “Pauline et moi vivons au Luxembourg. Nous avons passé des vacances en Suisse en toute légalité puisque les lois au Luxembourg et en Suisse nous permettaient de le faire.” Le papa a contacté un huissier pour “acter auprès de la directrice de l’école le fait que Pauline ne peut plus aller à l’école.”

Dans la DH, le papa confie: “Depuis quand Facebook est une école de vie et devient une preuve juridique ? J’ai décidé de contacter un huissier pour acter que Pauline ne peut plus aller à l’école durant 10 jours. Nous avons aussi amené deux textes de loi inscrits dans la Constitution pour rappeler à cette directrice qu’elle n’a pas le droit de prendre ce genre de décision. Un moyen de révolte ? Non, c’est un moyen juridique, légal pour contester cette situation.”

Il estime qu’il n’a pas à jouer le rôle de pédagogue et d’instructeur. “Elle n’est pas malade, elle n’a pas de symptômes.” Pour le papa, Pauline doit aller à l’école. “Il est temps de défendre ses droits et ne pas avoir peur. Toutes ces mesures sont des décrets ministériels qui n’ont pas été votées au parlement et ne sont pas inscrits dans la loi. Vous pouvez avoir une amende mais vous pouvez la contester devant le tribunal.” Le papa de Pauline va se porter partie civile au nom de sa fille.


Source