Q SCOOP – Pourquoi, D. Trump a refusé la fameuse poignée de main à N. Pelosi ?


Attention nous ne pouvons prouver cette annonce mais nous recevons une explication pour le moins capital sur le plan informationnel, mais tout aussi délirante si les faits sont avéré, notre source est une source de confiance, issue de la famille Kennedy et très proche de D. Trump. Aucun intérêt de désinformation, alors nous avons décidé de vous faire ce court article très explicite. À vous de juger ? Mais si nous nous référons à la situation de ce jour assez bizarre il y aurait matière a continué de vérifier cette information.

Les faits :

Nancy Pelosi, avec sa main et au travers de la fameuse poignée de main qu’elle ne lui tend pas vraiment, mais plutôt de façon tordue et refusé par D. Trump ce jour-là, mais qui a soulevé tant de questions pourquoi ce refus de poignée de main de la part de D.Trump, à t’il vu quelque chose ou a t’il été averti avant ? Le seul qui aurait pu savoir et étant très proche de Pelosi, ce jour-là, est devinés ? M.Pence.

Suivant une de nos sources très proche du président nous fait ce commentaire et nous a envoyé cette photo avec diverse explication. Nancy Pelosi aurait tenté de lui transmettre un produit ou une maladie à travers une aiguille, maladie de type Cancer (comme l’a déclaré son médecin personnel) !! De la même façon qu’il l’on déjà fait pour d’autre personne, aiguille dissimulée sous un film plastique et un liquide toxique qui est utilisé pour les moteurs de voiture et qui lui aurait atteint le système du cœur par l’effet (systole ou diastole) avec pour seul antidote, la Chlorine (dioxyde de Chlore et de Chlorite) contre ce poison!! Mais la Chlorine est aussi dangereuse.

Maintenant faite un ralenti sur image dans la vidéo ci-dessous au moment de la poignée de main qu’elle replie très vite d’ailleurs sur elle-même en la reculant, analysé le geste en le repassant, on distingue effectivement une petite ligne noir dans sa main.

Donald Trump refuse de serrer la main de Nancy Pelosi, elle déchire son discours

Maintenant analyser les mots de Nancy Pelosi ce jour-là dans son tweet, « Les démocrates ne cesseront jamais de tendre la main de l’amitié pour faire le travail », leur travail est de tuer le maximum de personne par cette technique ??? Serai ce alors la fameuse distanciation sociale mise en place pour éviter les poignées de main qui protégerait les Trumpiste, de leurs plans machiavélique, s’il était mis au jour et en attendant d’en savoir plus, il y a matière maintenant a ce penché sérieusement sur cette affaire très douteuse.


Dans le New York times de 2020

Publié le 22 septembre 2020 par Michael S. Schmidt Nytimes

A woman suspected of trying to mail the lethal substance ricin to President Trump appeared at the federal courthouse in Buffalo on Tuesday.
Une femme soupçonnée d’avoir tenté d’envoyer la substance mortelle qu’est la ricine au président Trump s’est présentée au palais de justice fédéral de Buffalo mardi.Credit…Jeffrey T. Barnes/Associated Press

Une Canadienne arrêtée parce qu’elle était soupçonnée d’avoir envoyé de la ricine, une substance mortelle, à la Maison Blanche, voulait que le président Trump abandonne la course à la présidence et s’est engagée à trouver d’autres moyens de l’assassiner si son projet d’empoisonnement échouait, selon des documents judiciaires rendus publics mardi.

La femme, Pascale Cécile Véronique Ferrier, a été accusée par le ministère de la Justice de menacer de tuer le président. Un juge fédéral a plaidé non coupable pour Mme Ferrier lors d’une brève comparution mardi au tribunal fédéral de Buffalo.

Mme Ferrier a écrit dans une lettre menaçante et méprisante envoyée avec la ricine qu’elle pensait que M. Trump était un dictateur qui faisait du mal aux États-Unis.

« Je vous ai trouvé un nouveau nom : J’espère qu’il vous plaira », a-t-elle écrit. « Vous ruinez les États-Unis et les menez au désastre. J’ai des cousins américains, alors je ne veux pas passer les quatre prochaines années avec vous comme président. Abandonnez et retirez votre candidature pour cette élection ».

Mme Ferrier a déclaré que si son complot sur la ricine échouait, elle trouverait « une meilleure recette pour un autre poison, ou je pourrais utiliser mon arme quand je pourrai venir », selon le document. Elle avait un couteau sur elle et un pistolet chargé sur sa taille lorsqu’elle a été arrêtée dimanche.

Les fonctionnaires du FBI ont également découvert les messages Facebook et Twitter de Mme Ferrier ce mois-ci avec un hashtag « #killTrump » et en faisant référence au président comme « Ugly Clown Tyrant », selon les documents du tribunal.

Elle avait envoyé des lettres similaires contenant également des substances en poudre aux travailleurs des établissements pénitentiaires du Texas, où elle avait été détenue en 2019, selon les documents. Mme Ferrier avait alors été arrêtée pour possession d’une arme à feu non autorisée et avait été ensuite expulsée vers le Canada.

Sa comparution devant le tribunal mardi a mis fin à une lutte de plusieurs jours entre le FBI, les services secrets et les services américains de l’immigration et des douanes pour déterminer rapidement qui avait comploté contre le président.

L’enquête a débuté vendredi, après la découverte de l’enveloppe dans un centre de filtrage du courrier à Washington que les services secrets avaient mis en place en 1996 pour intercepter des substances mortelles destinées à la Maison Blanche. La ricine, une toxine mortelle qui peut facilement être fabriquée chez soi, a déjà été envoyée à des présidents.

L’examen de la lettre de menace à l’installation a montré qu’elle contenait une substance étrangère. Des tests ont révélé qu’il s’agissait de ricine, et le bureau du FBI à Washington a ouvert une enquête. En utilisant l’analyse de l’écriture, le bureau a déterminé que la lettre était similaire aux autres lettres envoyées aux responsables de la prison du Texas.

Puis, dimanche, après de nombreux rapports sur l’enveloppe interceptée, Mme Ferrier a tenté de traverser aux États-Unis au Peace Bridge à Buffalo. Les enquêteurs des douanes l’ont arrêtée et ont trouvé l’arme et le couteau chargés. Elle leur a dit qu’elle était « recherchée par le FBI pour les lettres de ricin », comme le montrent les documents du tribunal.