Q INFOS – Connaissez-vous l’opération Warp Speed?


L’opération Warp Speed est une conspiration du PCC visant à provoquer des pertes massives en vaccins dans l’armée américaine

Publié le 6.12.2020 par Mike Adams


Situation Update, Dec. 5th – Operation Warp Speed is a CCP-engineered conspiracy to cause mass vaccine casualties across the United States military

Le point de situation d’aujourd’hui (pour le 5 décembre) présente des détails étonnants sur une grande conspiration de temps de guerre impliquant l’opération Warp Speed. Ce programme de vaccination de masse du personnel militaire américain est en fait la deuxième phase d’une attaque à l’arme biologique conçue par le CCP contre l’Amérique, qui a commencé avec la libération du coronavirus SARS-cov-2, et qui se poursuit maintenant par des injections massives aux troupes américaines d’un vaccin dangereux, largement non testé et expérimental, qui montre déjà un taux de 100 % d’effets secondaires chez les sujets d’études à forte dose.

La nouvelle plateforme d’ARNm utilisée pour ces vaccins détourne les cellules du corps, envahissant les ribosomes et les obligeant à produire des protéines non humaines qui envahissent le sang. Ces protéines provoquent une « tempête de cytokines » dans l’organisme, qui se traduit par une inflammation et des troubles auto-immuns, entraînant des dommages neurologiques, la stérilité, des lésions tissulaires et même la mort.

C’est peut-être la raison pour laquelle le général de l’armée américaine Gus Perna, en expliquant le but de ce programme, dit : « Nous sommes prêts à l’exécuter ». (Source : Military.com)

Pour comprendre le rôle de la Chine dans ce résultat tactique stupéfiant par lequel son ennemi (les États-Unis) blesse ou tue potentiellement des millions de ses propres soldats dans le cadre d’un dangereux programme de vaccination de masse, il faut d’abord se souvenir du « hack OPM » découvert pour la première fois en 2016.

Écoutez le rapport complet sur la situation ici, et continuez à lire toutes les sources et citations ci-dessous :

Nous pensons que le fichier central des données du personnel était la base de données ciblée, et que les pirates sont maintenant en possession de toutes les données du personnel pour chaque employé fédéral, chaque retraité fédéral, et jusqu’à un million d’anciens employés fédéraux.

Les données piratées comprenaient les numéros de sécurité sociale, les empreintes digitales, les dates de naissance, le statut de la pension, le sexe, la race, l’âge et les anciennes adresses. Plus important encore, elles contenaient également des informations sur des profils psychologiques intimes tels que :

Le comportement sexuel, les perversions et les activités sexuelles manquant de discrétion.
Risque d’exploitation par des étrangers, une mesure qui quantifie la capacité d’un individu à être influencé par des intérêts étrangers. Grâce à ces informations, le PCC a pu faire chanter, extorquer ou faire pression sur des milliers d’individus occupant des postes clés dans l’armée américaine et le gouvernement fédéral. C’est l’une des grandes réponses à la question de savoir comment tant de personnes en Amérique ont été corrompues par la Chine : Notre propre gouvernement a rassemblé tous les éléments de chantage dans une base de données géante, puis a « permis » à la Chine de pénétrer dans cette base de données. Cette situation a bien sûr été autorisée sous Barack Obama, un agent traître qui a utilisé ces opportunités pour compromettre la sécurité américaine et fournir des informations aux ennemis de l’Amérique tels que la Chine et l’Iran.

De 2015 à 2019, la Chine a finalisé son plan pour concevoir une arme biologique et la diffuser dans le monde, sachant qu’elle causerait des dommages considérables à l’économie et aux libertés des États-Unis. Cette arme biologique a également justifié le verrouillage punitif utilisé par les fonctionnaires de l’État pour plaider en faveur d’une prolongation des votes par correspondance – un mécanisme utilisé pour truquer l’élection de 2020 et tenter d’installer Joe Biden comme président. Cela a été confirmé il y a deux jours par le président Trump lui-même, dans son discours historique à la Maison Blanche.

La Chine savait également que la seule véritable chance pour l’Amérique de se défendre contre la cyberguerre (vol d’élections) et la guerre biologique (covid) serait que le président Trump déclenche une réponse militaire. Une partie de l’effort de la Chine s’est donc concentrée sur les moyens de blesser ou de tuer le plus grand nombre possible de soldats américains, sans s’engager dans un conflit cinétique direct, que la Chine savait qu’elle perdrait en raison de la supériorité technique et de formation du personnel militaire américain.

Souvenez-vous : La Chine a mené une guerre sans restriction contre les États-Unis. Cette forme de guerre repose sur des attaques secrètes telles que les armes biologiques, la guerre cybernétique, le vol de propriété intellectuelle, les attaques monétaires, etc. Il s’agit d’armes indirectes dont l’origine n’est pas facile à retracer, mais qui peuvent néanmoins être incroyablement efficaces.

La Chine savait que si l’armée américaine pouvait être manœuvrée pour injecter à tous les soldats américains un « vaccin » dangereux et mortel (en fait, un système de livraison d’armes nanotechnologiques) en réaction à la pandémie de coronavirus, cela pourrait affaiblir la préparation militaire américaine au moment précis où Trump aurait besoin de l’armée pour défendre la république et repousser une tentative de révolution cinétique de style bolchevique de gauche.

Cibler les cyber-opérations et les sous-marins lance-missiles avec des vaccins.

En utilisant les fichiers de données piratés par l’OPM, la Chine a pu cibler les hauts fonctionnaires du Pentagone / DoD qui devaient être impliqués dans l’initiative de l’opération Warp Speed. Ces individus ont été extorqués et contrôlés pour accélérer le calendrier et pousser à « l’approbation d’urgence » des vaccins, ce qui permet de contourner les essais cliniques rigoureux et de déployer les vaccins avant qu’ils ne soient prouvés sûrs ou efficaces.

Aujourd’hui, le DoD a déjà établi des listes de priorités sur lesquelles le personnel militaire américain recevra en premier ces vaccins à risque. Comme l’a rapporté le réseau d’information fédéral le 2 décembre :

Le plus haut responsable de l’armée a déclaré que le ministère de la défense prévoit de déployer des vaccins pour COVID-19 dans les trois prochaines semaines. En attendant, les services sont en train de déterminer qui dans l’armée devrait recevoir les vaccins en premier.

« Il y a deux plans connexes, mais distincts, qui sont en cours de développement en ce moment », a déclaré le chef des opérations navales, l’amiral Michael Gilday. « Le médicament Pfizer sera distribué ici aux Etats-Unis dans 10 endroits différents du Département de la Défense. Chaque centre de traitement médical de l’armée recevra ce vaccin. »

Ensuite viennent les forces stratégiques comme les cyber-opérateurs et les troupes sur les sous-marins lance-missiles. Vous avez remarqué que ? En haut de la liste se trouvent les « cyber-opérateurs » et les troupes sur les sous-marins lance-missiles, qui sont essentiels pour les défenses stratégiques de l’Amérique contre la Chine. Les cyber-opérations sont ciblées en raison du 305e bataillon de renseignement militaire, qui a joué un rôle essentiel dans la documentation du vol des élections de Dominion Voting Systems perpétré par la Chine et d’autres nations ennemies. Ce bataillon, aussi parfois appelé « Kraken », est l’un des premiers à être visé par l’opération Warp Speed vaccines.

Extrait de l’histoire du FNN :

« Nous avons une bonne idée de ce que sont ces chiffres », a déclaré M. Gilday. « S’il y a une chose pour laquelle nous sommes vraiment bons, c’est la vaccination de masse dans l’armée américaine. Nous sommes assez confiants qu’une fois que le vaccin sera distribué, maintenant que nous avons bien réfléchi à la priorité, la vaccination se fera assez rapidement ».

En d’autres termes, la Chine a convaincu l’armée américaine de s’attaquer à elle-même avec des vaccins toxiques dans le cadre d’un programme de réponse aux armes biologiques. Notamment, un DoD prudent ne vaccinerait peut-être que 10% des militaires et attendrait ensuite quelques mois pour voir ce qui se passerait. Mais dans ce scénario accéléré, le DoD va vacciner en masse presque tout le monde aussi vite que possible, le tout avec le même vaccin qui n’a jamais été soumis à des tests rigoureux ou à des essais cliniques. Le DoD s’associe à un distributeur de médicaments empêtré dans le trafic de milliards de dollars de médicaments opioïdes illégaux qui TUE chaque année des dizaines de milliers de jeunes Américains d’âge militaire.

Les cyber-opérateurs et autres cibles clés étant prioritaires pour les vaccins mortels, avec qui le DoD s’est-il associé pour distribuer les nouveaux vaccins expérimentaux ?

Pfizer et McKesson.

McKesson est le groupe de conseil et de distribution qui a été impliqué dans des programmes de distribution massive de médicaments opioïdes illégaux. La société a été impliquée dans les 21 milliards de dollars de procès et d’amendes de règlement du gouvernement émis dans le cadre de l’épidémie d’opioïdes qui a ravagé l’Amérique pendant des années.

Comme le rapporte Defense.gov :

L’opération Warp Speed s’est associée à Pfizer et McKesson pour une série d’expéditions d’essai vers des lieux de livraison afin de tester les processus et les systèmes.

Les envois continueront d’être acheminés vers des sites identifiés par l’État, qui comprennent à la fois des services de santé publique et des sites administratifs, tels que des hôpitaux. D’autres répétitions sont prévues dans les semaines à venir, ce qui permettra d’étendre les expéditions à presque toutes les juridictions.

Pourquoi le DoD choisirait-il un partenaire de distribution imprégné de trafic de drogue et de décès en masse de jeunes hommes d’âge militaire dans toute l’Amérique ?

D’après TheHill.com :

Le distributeur de médicaments McKesson a déclaré mardi que lui et d’autres sociétés pharmaceutiques pourraient avoir à payer jusqu’à 21 milliards de dollars pour régler des milliers de procès liés à la crise des opiacés. Dans un nouveau rapport trimestriel, McKesson a déclaré qu’il paierait environ 8 milliards de dollars sur les 21 milliards de dollars de règlement total au cours des 18 prochaines années.

Un article du Washington Post du 18 septembre 2018 décrit également les activités criminelles des agents de conformité de McKesson, déclarant

Les autorités fédérales mènent une enquête criminelle sur l’ancien agent de conformité d’un entrepôt de McKesson Corp. dans le sud de l’Ohio central, alléguant qu’il a conspiré pour distribuer illégalement de puissants narcotiques pendant huit ans, selon les dossiers du tribunal. Sans aucune annonce, David B. Gustin a été inculpé en mars par un grand jury dans l’est du Kentucky pour un chef d’accusation de conspiration, une accusation qui entraîne une peine pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison, selon les dossiers. Les dossiers du tribunal révèlent que les accusations portées contre Gustin découlent de sa responsabilité de détecter si 13 000 clients de pharmacies dans 15 États permettaient que les médicaments distribués par McKesson soient détournés vers le marché noir.

Le DOJ américain a également poursuivi McKesson, et ce communiqué de presse du DOJ vante un accord de 150 millions de dollars conclu avec la société :

McKesson Corporation (McKesson), l’un des plus grands distributeurs de médicaments pharmaceutiques du pays, a accepté de payer une amende civile record de 150 millions de dollars pour des violations présumées de la loi sur les substances contrôlées (CSA), a annoncé aujourd’hui le ministère de la justice.

Relier les points
Pour relier les points de tout cela, considérez ce qui suit :

  1. La Chine pirate la base de données de l’OPM en 2014 – 2015, elle a exfiltré les dossiers personnels détaillés de presque tous les militaires américains ainsi que des employés fédéraux.
  2. Ces dossiers contiennent des détails qui peuvent être facilement utilisés pour faire du chantage ou extorquer ces personnes.
  3. La Chine utilise des étudiants et d’autres espions pour approcher les personnes ciblées et les menacer d’extorsion tout en offrant des incitations financières à la coopération.
  4. De cette manière, la Chine exerce un contrôle fort sur le personnel clé du DoD, du FBI, du DOJ et de toutes les autres agences gouvernementales. (Comment pensez-vous que Comey a été compromis ?)
  5. La Chine construit ensuite le coronavirus, en utilisant l’argent du NIH de Barack Obama, acheminé vers la Chine par Fauci, qui a probablement été victime de chantage de la part de la Chine des années auparavant.
  6. La Chine diffuse le coronavirus en 2019, sachant que le virus se propagerait aux États-Unis et aurait un impact dévastateur sur l’économie américaine.
  7. La Chine fait pression sur l’OMS pour que l’Amérique maintienne les vols ouverts depuis la Chine, afin d’assurer une large pénétration du virus aux États-Unis. La Chine ordonne aux médias de gauche de qualifier Trump de « raciste » lorsqu’il tente de bloquer les vols en provenance de Chine. Le virus atteint le résultat souhaité lorsque les démocrates exigent des votes par correspondance à grande échelle pour les élections du 3 novembre. Grâce à ce mécanisme, ils ont pu facilement mettre en place une fraude électorale à grande échelle pour apparemment démettre Trump de ses fonctions (un objectif clé de la Chine communiste, qui possède la famille criminelle Biden et possède des fichiers étendus sur Hunter et Joe Biden, utiles pour l’extorsion).
  8. La Chine sait que Trump résistera au coup d’État et pourrait utiliser l’armée pour défendre la république, aussi la Chine conçoit-elle un second plan pour compromettre le personnel clé du DoD qui participe à l’opération Warp Speed.
  9. La Chine veille à ce que des décisions soient prises pour accélérer le déploiement des vaccins dans l’ensemble de l’armée elle-même, en aidant même à donner la priorité à certains types de personnel militaire pour la première vague de vaccins, comme le personnel du cyber-commandement et les troupes de sous-marins lance-missiles. Grâce à l’influence de la Chine, le personnel du DoD choisit McKesson pour aider à la distribution du premier vaccin, sachant que McKesson est déjà impliqué dans le massacre massif d’hommes en âge de servir dans l’armée américaine, via l’épidémie d’opiacés. Pfizer est choisi pour son vaccin parce que la plate-forme d’ARNm fait que le corps se transforme en arme biologique contre lui-même, ce qui entraîne des événements hyperinflammatoires et, dans certains cas, des blessures graves et la mort (les réactions auto-immunes en sont souvent la cause).
  10. La Chine sait que les vaccins seront déployés presque au moment exact où la Cour suprême des États-Unis doit se prononcer sur le résultat des élections américaines. Avec un jugement favorable au Trump, la gauche radicale va éclater et tenter un coup d’État cinétique contre le gouvernement des États-Unis. Mais à ce moment précis, les troupes américaines seront affaiblies par les blessures, les hospitalisations et les décès causés par le vaccin expérimental. Cela permettra à la Chine de déployer ses propres troupes avec beaucoup moins de résistance. Mark Esper, qui a été licencié par Trump et remplacé par Christopher Miller, a été l’un des principaux décideurs dans tout ce processus. Esper est largement considéré comme influencé par les forces anti-américaines et est bien connu pour être fortement opposé à Trump. Dans le même temps, la Chine dirige bien sûr la Big Tech et contrôle les algorithmes de censure qui font taire les voix pro-américaines. La Chine contrôle également presque tous les médias américains, y compris le NYT, le WSJ, le WashPost, CNN, etc., et en fait la Chine a un dossier documenté de paiement ouvert de centaines de millions de dollars à ces organismes de presse pour pousser la propagande pro-CCP. N’oubliez pas non plus que la première vague de vaccins va propager la pandémie, déclenchant une « deuxième vague » de blocages qui détruira encore plus l’économie américaine. La guerre électorale, la guerre de la covidé, la guerre de la censure, la guerre des médias, la guerre de la culture : C’est TOUTE LA MÊME GUERRE : Une guerre avec la Chine communiste Ce que tous les Américains doivent comprendre ici, c’est que chaque guerre que nous menons en ce moment, y compris les cyber-guerres, la guerre de l’information, la guerre psychologique, la guerre économique, etc.
  11. La Chine a infiltré et compromis chaque institution et chaque couche des États-Unis, et elle exerce des influences pour détruire les États-Unis d’Amérique de l’intérieur.

Presque tous les démocrates sont contrôlés par la Chine. Du sénateur Feinstein à Nancy Pelosi, en passant par le gouvernement Newsom et d’innombrables autres, tous ces gens sont à la solde de la Chine et fonctionnent comme des espions et des agents du PCC.

La bataille de Trump contre la fraude électorale est en fait une bataille contre la Chine communiste, qui possède également les machines de Dominion Voting Systems qui ont été utilisées pour truquer les élections.

Mais Trump est en train de monter un coup stratégique épique pour vaincre le régime communiste. Il installe des patriotes dans tout le département de la défense et se prépare à invoquer l’autorité militaire pour annuler cette élection truquée et à lancer des arrestations massives de tous les acteurs traîtres qui ont été de connivence avec la Chine communiste pour commettre des actes de guerre contre les États-Unis.

C’est la véritable guerre qui se déroule en ce moment. Et Trump a tout ce qu’il faut pour la gagner. Il lui suffit de mettre sur pied l’ensemble des forces de sécurité nationales américaines, et nous pensons qu’il a pris la décision de le faire bien avant le début de cette élection.


Source