Q SCOOP – BOOM!! Voici la lettre de Émily Murphy à J.Biden pour la Transition.


La GSA envoie une lettre à Biden pour rendre les ressources disponibles pour la transition.

Le président Trump a déclaré que son administration coopérerait avec le président élu Joe Biden pour la transition vers la Maison Blanche, mettant ainsi fin à un retard qui avait fait l’objet de critiques croissantes de la part des membres des deux partis, alors que les efforts de M. Trump pour renverser l’élection avaient échoué.

La chef de l’administration des services généraux, Emily Murphy, qui avait officiellement retardé la transition pendant plus de deux semaines en raison de l’incertitude des résultats, a écrit dans une lettre lundi que son agence fournirait à M. Biden des ressources fédérales qui, selon les experts, sont essentielles pour assurer un transfert de pouvoir en douceur.

M. Trump a déclaré qu’il avait donné l’ordre aux aides de coopérer à la transition approuvée par la GSA, tout en s’engageant à poursuivre ses efforts juridiques de longue haleine pour renverser le résultat des élections.


Lettre de Émily Murphy à Biden 

L’administrateur

23 novembre 2020


L’Honorable Joseph R. Biden, Jr.
1401 Constitution Avenue, N.W.
Washington, D.C. 20230


Cher Monsieur Biden :

En tant qu’administrateur de l’Administration des services généraux des États-Unis, j’ai la capacité, en vertu de la loi de transition présidentielle de 1963, telle que modifiée, de mettre à disposition certaines ressources et services post-électoraux pour aider en cas de transition présidentielle. Voir la note 3 USC § 102 (la «Loi»). Je prends ce rôle au sérieux et, en raison des développements récents impliquant des contestations juridiques et des certifications des résultats des élections, je vous transmets aujourd’hui cette lettre pour mettre ces ressources et services à votre disposition.

J’ai consacré une grande partie de ma vie d’adulte au service public et je me suis toujours efforcé de faire ce qui est juste. Sachez que j’ai pris ma décision de manière indépendante, sur la base de la loi et des faits disponibles. Je n’ai jamais été directement ou indirectement soumis à des pressions de la part d’un fonctionnaire du pouvoir exécutif – y compris ceux qui travaillent à la Maison Blanche ou à la GSA – en ce qui concerne le fond ou le moment de ma décision. Pour être clair, je n’ai reçu aucune instruction pour retarder ma décision. J’ai cependant reçu des menaces en ligne, par téléphone et par courrier adressées à ma sécurité, à ma famille, à mon personnel et même à mes animaux de compagnie dans le but de me contraindre à prendre cette décision prématurément. Même face à des milliers de menaces, je suis toujours resté résolu à faire respecter la loi.

Contrairement aux reportages et insinuations des médias, ma décision n’a pas été prise par peur ou par favoritisme. Au lieu de cela, je crois fermement que le statut exige que l’administrateur de la GSA vérifie, et non l’impose, le président élu. Malheureusement, le statut ne prévoit aucune procédure ou norme pour ce processus, alors j’ai regardé les précédents d’élections antérieures impliquant des contestations juridiques et des décomptes incomplets. GSA ne dicte pas l’issue des litiges juridiques et des recomptages, et ne détermine pas non plus si de telles procédures sont raisonnables ou justifiées. Ce sont des questions que la Constitution, les lois fédérales et les lois des États laissent au processus de certification des élections et aux décisions des tribunaux compétents. Je ne pense pas qu’un organisme chargé d’améliorer les marchés publics et la gestion immobilière du gouvernement fédéral devrait se placer au-dessus du processus électoral fondé sur la Constitution. J’exhorte le Congrès à envisager des amendements à la loi.

Comme vous le savez, l’administrateur de la GSA ne sélectionne ni ne certifie le vainqueur d’une élection présidentielle. Au lieu de cela, le rôle de l’administrateur GSA en vertu de la loi est extrêmement restreint: rendre les ressources et les services disponibles dans le cadre d’une transition présidentielle. Comme indiqué, en raison de développements récents impliquant des contestations juridiques et des certifications des résultats des élections, j’ai décidé que vous pouvez accéder aux ressources et services postélectoraux décrits à l’article 3 de la Loi sur demande. Le véritable vainqueur de l’élection présidentielle sera déterminé par le processus électoral détaillé dans la Constitution. L’article 7 de la Loi et la loi publique 116-159, datée du 1er octobre 2020, qui prévoit des crédits permanents jusqu’au 11 décembre 2020, met à votre disposition 6300000 $ pour mettre en œuvre les dispositions de l’article 3 de la Loi. De plus, 1 000 $, 000 est autorisé, conformément à la loi publique 116-159, à fournir des séances d’orientation pour les personnes nommées et un répertoire de transition. Je vous rappelle que l’article 6 de la loi vous impose des obligations de déclaration comme condition pour recevoir des services et des fonds de la GSA.

Si nous pouvons faire quelque chose pour vous aider, veuillez communiquer avec Mme Mary D. Gibert, la coordonnatrice fédérale de la transition.
Cordialement,

Emily W. Murphy
Administrateur Administration
des services généraux des États-Unis
cc: L’honorable Edward Kaufman
L’honorable Jeffrey Zients
L’honorable Mark Meadows
L’honorable Chris Liddell



BOOM!!