Q SCOOP – La Cour rejette le recours des électeurs du Michigan pour fraude électorale.

La Cour rejette le recours des électeurs du Michigan pour fraude électorale

Publié le 16.11.2020 par Zachary Halaschak


La Cour d’appel du Michigan a rejeté un appel dans le cadre d’une contestation judiciaire visant à stopper la certification des résultats des élections du comté de Wayne et à lancer un audit indépendant de l’élection.

Le procès, intenté au nom de deux électeurs du comté de Wayne (où se trouve Detroit), a été rejeté vendredi par le juge Timothy Kenny du comté de Wayne, qui a qualifié les revendications des plaignants d' »incorrectes et non crédibles ».

La décision rendue lundi par la Cour d’appel de l’État permet au Bureau de prospection du comté de Wayne de terminer la certification des résultats des élections du comté avant la date limite de mardi. Le procès a fait état de plusieurs cas de fraude électorale au TCF Center de Detroit, où les bulletins de vote par correspondance du comté de Wayne ont été comptabilisés après les élections du 3 novembre.

L’une des personnes ayant déposé une déclaration sous serment, Jessy Jacob, est un employé municipal en congé qui a été temporairement affecté au bureau du greffier, selon les documents du tribunal. Dans sa déclaration sous serment, Jessy Jacob affirme avoir été témoin de « l’entraînement et de l’effort des employés de la ville de Detroit pour amener les électeurs à voter pour Joe Biden et le Parti démocrate ».

Dans sa décision de vendredi, Kenny a qualifié les accusations de Jacob de « sérieuses » mais a souligné que les déclarations affirment « un comportement sans date, lieu, fréquence ou nom des employés ». Kenny a également souligné que Jacob ne s’est manifesté qu’après que le président élu Joe Biden ait été désigné comme vainqueur sur la base des résultats officieux des élections pour l’État. David Kallman, qui a intenté le procès au nom des électeurs, a déclaré à la Detroit Free Press, après que le procès ait été rejeté vendredi, qu’il pensait qu’il y avait « certains points » dans l’opinion de Kenny que son équipe « ne pensait pas être exact sur le plan factuel ». Lundi soir, le Washington Examiner a laissé un message vocal au bureau de Kallman pour obtenir des commentaires supplémentaires. Kenny a fait référence à six déclarations sous serment déposées par les défendeurs en réponse au procès, mettant en évidence la déclaration sous serment de l’ancien directeur des élections de l’État Christopher Thomas, qui a repoussé les allégations de malversations électorales.

« Après avoir analysé les affidavits et les mémoires soumis par les parties, cette Cour conclut que les défendeurs ont offert une explication plus précise et plus convaincante de l’activité au sein de l’Absent Voter Counting Board (AVCB) au Centre TCF », écrit-il dans sa décision. En plus d’un audit indépendant de l’élection du comté et d’une certification de l’arrêt du vote dans le comté de Wayne, le procès demandait également une nouvelle élection dans le comté. Le comté de Wayne a été remporté à une écrasante majorité par Biden, avec 68% des voix contre 30,6% pour le président Trump, ce qui se traduit par une différence de près de 323 000 voix. Biden a remporté l’État du Michigan avec environ 144 532 voix, soit une marge de 2,6 points.

La perte subie lundi devant la Cour d’appel du Michigan est distincte du procès intenté par la campagne Trump devant le tribunal fédéral du Michigan pour des allégations de fraude. Le procès de l’équipe Trump allègue plusieurs cas de malversations électorales, provenant en grande partie du centre TCF et des affirmations des candidats républicains qui affirment avoir été intimidés et harcelés pendant le processus de dépouillement.

Avant le litige fédéral, la campagne Trump avait intenté une action en justice devant le tribunal de l’État du Michigan, qui a été rejetée. Un autre procès intenté devant le tribunal d’État par un groupe à but non lucratif alléguant une fraude a également été rejeté.


Source