Q SCOOP – BOOM!! Les Dominion Software Systems, tentent de dissimuler.

Les Dominion Software Systems, qui sont responsables des «problèmes» et autres «irrégularités» de l’élection de 2020, tentent maintenant de «dissimuler».

Publié le 15.11.2020 par Rebecca Diserio, chroniqueuse d’opinion


Eric Coomer (Crédit photo : Heavy/YouTube/Screens

Un cadre du Dominion se fait éliminer d’Internet après avoir été pris en flagrant délit.

La société Dominion Software Systems, responsable des « pépins » et autres « irrégularités » de l’élection de 2020, tente maintenant de « dissimuler » la situation. Selon les rapports, le vice-président de l’ingénierie pour le scrutin national, le Dr Eric Coomer, est en train d’être rayé de l’Internet, et ils ont engagé une entreprise de relations publiques pour limiter les dégâts après qu’il ait été pris en flagrant délit. Ne manquez pas cela.

Eric Coomer est l’un des noms qui vont tomber dans l’infamie. C’est aussi quelqu’un que Dominion Software Systems aimerait bien oublier. Coomer est écarté de l’internet pour deux problèmes dont Dominion reconnaît qu’ils sont énormes et dont il espère se distancer. Le premier est une interview qu’il a donnée en 2016. On a demandé à Coomer s’il était possible de contourner les logiciels des systèmes électoraux et d’accéder directement aux tableaux de données qui gèrent les systèmes gérant les élections en Illinois.

Sa réponse a été : « Oui, s’ils y ont accès ».

Coomer s’entretenait avec Sharon Meroni, de « Defend the Vote ».

« Contourner le logiciel des systèmes électoraux signifie que quiconque y a accès peut potentiellement manipuler le vote sans grand risque de détection. Il faut donc se demander qui a accès à ces tableaux de données ». rapporte Meroni. « Nous avons posé cette question au Dr. Coomer. Le Dr. Coomer a répondu : « Les vendeurs, les fonctionnaires électoraux et les autres personnes qui doivent avoir accès à ces données. » « C’est une information explosive », ajoute Meroni. « La déclaration du Dr. Coomer est une admission que divers vendeurs, fonctionnaires électoraux, et autres ont accès aux tableaux de données en arrière-plan qui permettent de contourner la configuration du système d’exploitation. » Il est à noter que lorsqu’une personne accède à ces systèmes à partir d’une table de données, ses actions ne sont pas enregistrées par le système, ce qui rend la détection beaucoup plus problématique. Cela contredit les assurances du Dr Coomer selon lesquelles le système est sécurisé.

C’était en 2016. Avance rapide jusqu’en 2020 et que constatons-nous ? Notre élection présidentielle est devenue truffée d’anomalies statistiques avec des rapports de « pépins » qui vont en faveur des démocrates.

Voici la vidéo de Coomer admettant les énormes problèmes avec Dominion :

Le Dr Eric Coomer, vice-président de Dominion, admet qu’ils ne mettent pas à jour les logiciels de protection contre la fraude électorale.

Voir l’article Qactus sur le sujet ICI

Ensuite, il y a l’affiliation de Coomer avec Antifa et sa haine du président Donald Trump.

Le journaliste d’investigation Jordan Schachtel a publié un article sur la débâcle de Coomer : « Un journaliste a été suspendu par cette plateforme [Twitter] hier pour avoir fait surface sur Facebook de prétendus messages montrant que Coomer était un partisan d’Antifa et qu’il semblait appeler à la violence contre le président Trump. « Dominion a investi dans le contrôle des dommages et prend plusieurs mesures pour renforcer sa réputation. Ils ont réorganisé l’ensemble de leur site web afin de répondre aux « rumeurs », tout en nettoyant activement l’internet de toute mention de Coomer. Il est clair qu’ils ont engagé une société de relations publiques pour faire ce travail », a ajouté M. Schachtel.

Un autre détective sur Internet aurait trouvé le post de Coomer sur Facebook à Antifa

Coomer écrit que le président Trump est un « fasciste » et qu’il représente « le pire de l’humanité ». Il affirme également qu’Antifa n’est pas une organisation et n’a pas de « structure ». Nous savons que c’est un mensonge. Antifa est extrêmement organisée. D’anciens membres se sont manifestés pour discuter des efforts que font ces terroristes nationaux pour protéger leur anonymat. Ils contrôlent ceux qui souhaitent rejoindre leur organisation.Eric Coomer n’avait pas à avoir accès à des systèmes informatiques capables de pirater l’élection. Le type semble être un fanatique qui croit que l’Antifa est la réponse. Donc, la question est de savoir jusqu’où il irait pour modifier l’élection quand il voit le président comme Adolf Hitler ?

Eric Coomer, ses déclarations sur le Dominion, et sa propre politique sont extrêmement relatives à l’élection de 2020. Il fait partie de ce que les avocats appellent la « prépondérance des preuves ».

Site de Cornell Law : « Selon la norme de la prépondérance, la charge de la preuve est remplie lorsque le parti ayant la charge de la preuve convainc l’enquêteur qu’il y a plus de 50% de chances que l’affirmation soit vraie ».Si l’on prend en compte les centaines de déclarations sous serment de fraude électorale présumée, les pépins informatiques connus, et si l’on ajoute Eric Coomer, la charge de la preuve est remplie. Cela signifie que les tribunaux ont des raisons d’entendre ces affaires et de trouver des solutions s’ils reconnaissent qu’il y a eu fraude électorale.

C’est pourquoi il est de notre devoir, en tant que citoyens, de transmettre ces informations. Ce n’est que lorsque la majorité des Américains reconnaîtront que cette élection était susceptible de donner lieu à une fraude systémique, que nous pourrons alors redresser le tort devant les tribunaux et commencer à guérir.


Source : Madworldnews