Q SCOOP – Facebook censure un groupe pro-Trump!

Facebook censure un groupe pro-Trump qui proteste contre la ‘fraude électorale généralisée’. Facebook a fermé le groupe Stop the Steal qui comptait 365 000 membres surveillant la fraude électorale.

par Jade · Publié 6 novembre 2020 · Mis à jour 6 novembre 2020

Facebook a confirmé qu’il censurait activement les groupes pro-Trump qui s’inquiètent d’éventuelles irrégularités dans le décompte des votes dans différents États, lorsqu’il a publié une annonce à la bombe disant qu’il avait retiré un grand groupe de protestation de sa plateforme.

“En accord avec les mesures exceptionnelles que nous prenons pendant cette période de tension accrue, nous avons retiré le groupe ‘Stop the Steal’, qui créait des événements réels“, a déclaré un porte-parole de Facebook.

La mention d’”événements réels” apparaît simplement comme un désir exprimé d’organiser des manifestations, ce qui constitue une protection fondamentale de la liberté d’expression et du droit de réunion.

“Le groupe était organisé autour de la délégitimisation du processus électoral, et nous avons vu des appels inquiétants à la violence de la part de certains membres du groupe”, a déclaré Facebook jeudi sans fournir de preuves.

La censure intervient après qu’un certain nombre de tweets de Trump alléguant une activité “frauduleuse” et que l’élection lui a été “volée” ont été baffés à coup d’étiquettes par Twitter.

Ce groupe massif – qui a atteint 361 000 membres en 24 heures – s’est consacré à protester contre l’administration de l’élection, qui, selon les organisateurs, a été entachée par une “fraude électorale généralisée”.

“Stop the Steal” était l’une des plus grandes pages organisant des protestations contre l’impasse électorale. Même le Wall Street Journal reconnaît jeudi après-midi qu’il s’agit d’un problème de longue date.

“les mesures les plus agressives jamais prises par le géant des médias sociaux pour contrôler les activités en ligne concernant les résultats des élections”.

Le WSJ note en outre que “dans les minutes qui ont précédé le retrait du groupe, celui-ci s’est enrichi de nouveaux membres à un rythme de plus de 25 000 personnes par heure”. Il semble donc que la popularité rapide du groupe ait également attiré l’attention des censeurs de contenu électoral de Facebook.

Ce mouvement semblait être synonyme de multiples médias grand public attaquant le groupe en tant que “conspirationniste” visant à “invalider la victoire de Biden” – comme l’a dit The Daily Beast le même jour que le bannissement soudain de Facebook.

Cependant, il s’agit clairement d’une énorme entreprise privée technologique qui interdit essentiellement la tentative des Américains de se réunir politiquement en violation flagrante des principes du 1er amendement.

Il s’agit également d’un autre exemple – bien qu’extrêmement important étant donné le moment choisi – de Facebook qui prend exemple sur les grands médias en tandem avec les initiés politiques de l’establishment. Nous l’avons vu ces dernières années sur toute une série de questions, du contenu de la Syrie aux critiques du Russiagate, en passant par les vidéos examinant de manière critique les protestations et les émeutes de Black Lives Matter, jusqu’à tout ce qui est indépendant ou “alternatif” et qui se situe en dehors du consensus général.


Source : Aube Digitale