Q SCOOP – La Chine semble avoir infiltré la plus haute agence de renseignement du Canada et ce n’est pas la première fois.

Pour ceux qui voulaient en savoir plus sur les troupes chinoises au Canada !! Pour comprendre l’article ci-dessous il vous faut déjà lire le premier que nous avons posté où nous cherchions à comprendre la présence de troupes chinoises sur le sol canadien ? En cliquant ICI.


A lire absolument, voici du lourd du très lourd, le Canada par la faute de Justin Trudeau commence à être en partie envahie par la Chine explication:

L’homme de Justin Trudeau, Cameron Ortis,  ex-directeur de la  National Intelligence Coordination Center (NICC) a été arrêté en septembre 2019 pour espionnage pour « un pays étranger », (les médias du Canada n’osent pas ouvertement dire la Chine). Depuis, Trudeau fait plus attention de ses Deals avec la Chine et il se fait plus discret. Il a chargé son ministre de la Sécurité publique, Bill Blair, à « voir cette affaire de très près » (une manière de court-circuiter les enquêteurs de la GRC/NICC). Regardez la vidéo de Brad Johnson à la fin de l’article.

Nous vous présentons Brad Johnson, ex-CIA Chief of Station – Americans for Intelligence Reform,

Brad Johnson a pris sa retraite en tant qu’officier supérieur des opérations et chef de poste à la direction des opérations de l’Agence centrale de renseignement. Il a servi dans le pays et à l’étranger avec de nombreuses affectations, souvent en période de conflit armé. Il a servi à l’étranger en soutien direct à la guerre contre le terrorisme. M. Johnson est un expert senior certifié en matière de contre-espionnage et possède une vaste expérience directe dans ce domaine. Il est un expert senior en matière de surveillance et de détection de surveillance.


La Chine semble avoir infiltré la plus haute agence de renseignement du Canada et ce n’est pas la première fois

Brad Johnson, ancien officier de la CIA et expert en contre-espionnage. (Photo avec l’aimable autorisation de Brad Johnson).


Publié le 13 MAI 2020 par BRAD JOHNSON

Comme c’est trop souvent le cas de nos jours, un événement majeur a eu lieu en septembre 2019, qui a disparu de toute notice publique et dont l’importance profonde n’a pas été suffisamment signalée. Un espion chinois potentiel a infiltré les plus hauts niveaux du service de renseignement canadien qui fait partie de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Les implications s’étendent bien au-delà des frontières du Canada en raison de leur appartenance au réseau de partage de renseignements Five Eyes qui comprend les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne. Five Eyes est un réseau spécial de pays qui partagent ensemble des informations top-secrètes et classifiées contre des ennemis communs tels que les terroristes.

La GRC est similaire au FBI en ce sens qu’elle a à la fois des responsabilités en matière d’application de la loi et de contre-espionnage. C’est pourquoi le Centre national de coordination des renseignements canadiens fait partie de la GRC et est responsable des questions de renseignement.

En septembre de l’année dernière, un fonctionnaire de très haut niveau de la Gendarmerie royale du Canada (GRC), Cameron Ortis, a été arrêté pour un certain nombre d’accusations, dont une en vertu de la loi sur les informations de sécurité, qui est utilisée pour poursuivre les affaires d’espionnage. Au moment de son arrestation, M. Ortis était le directeur général du Centre national de coordination des renseignements de la GRC. En tant que tel, il avait un accès presque illimité aux renseignements canadiens et aux grandes quantités d’informations classifiées partagées par les alliés de Five Eyes.

M. Ortis était également le conseiller en matière de sécurité nationale de l’ancien commissaire de la GRC (un poste similaire à celui du directeur du FBI) Bob Paulson. M. Paulson a occupé le poste de commissaire de 2011 à 2017. Certaines des accusations portées contre M. Ortis remontent à 2015, ce qui signifie qu’il espionnait probablement pour la Chine depuis au moins 2015 et peut-être bien plus longtemps. Il a été rapporté que M. Ortis a reçu des dispositifs techniques pour communiquer secrètement mais personne n’a fait état de la signification de ce fait. Dans le commerce, un dispositif de communication secret serait appelé CovCom ou un dispositif de communication secret. Les services secrets chinois ne fourniraient pas ce type d’appareil à M. Ortis s’ils ne le considéraient pas comme un espion digne de confiance. Cela signifie qu’il leur a donné tout ce qu’il pouvait obtenir.

M. Ortis est titulaire d’un certificat en administration des systèmes Internet et d’un doctorat en relations internationales de l’Université de Colombie-Britannique. Il est le seul civil à avoir été nommé directeur général du renseignement. Il a également travaillé avec le CANAFE (Centre d’analyse des opérations et déclarations financières du Canada). M. Ortis était un spécialiste de l’Asie de l’Est/Chine et parle le mandarin. Le début de la fin pour M. Ortis est venu d’une affaire criminelle de 2018 qui a fourni des indices sur une fuite d’informations classifiées du Canada. Le FBI et la GRC se sont joints de force pour l’enquête et ont rapidement identifié M. Ortis comme le principal suspect. Ils auraient utilisé des techniques de surveillance sophistiquées dans le cadre de leur enquête qui a abouti à l’arrestation en septembre.

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a fait ce qu’il pouvait pour minimiser les dégâts causés par M. Ortis et, ce qui est peut-être plus révélateur, le Premier ministre Trudeau a supprimé la nouvelle selon laquelle il s’agissait d’un autre coup dévastateur porté par la Chine au programme Five Eyes et au Canada. Le Canada a déjà reçu un avertissement en 2013 selon lequel, à moins qu’il ne renforce les procédures de sécurité, Five Eyes ne divulguerait pas les informations classifiées partagées.

Ortis aurait eu un accès complet aux identités réelles des agents de la GRC en service dans le pays et aux détails de l’opération, ainsi qu’aux agents de renseignement de la GRC en service à l’étranger et aux détails de ces opérations. En tant que directeur général du Centre national de coordination des renseignements de la GRC, il aurait eu un accès complet à toutes les informations classifiées partagées par l’alliance Five Eyes. Le partenariat Five Eyes est solide et l’étendue des informations classifiées partagées ainsi que leur valeur sont presque impossibles à mesurer. L’ampleur des dégâts causés aux opérations de renseignement dans le monde entier lorsque M. Ortis a transmis ces informations à la Chine ne fait qu’aggraver la situation.

C’est loin d’être le premier succès du renseignement chinois au Canada. Pas plus tard qu’en juillet 2019, les autorités canadiennes ont retiré Xiangguo Qiu, son mari biologiste Keding Cheng et un nombre inconnu de ses étudiants du seul laboratoire de niveau IV à Winnipeg, au Canada, en raison de leur coopération avec la Chine. Là encore, l’ampleur du succès des services de renseignement chinois a été minimisée et l’affaire a été qualifiée « d’affaire administrative » et envoyée à la Gendarmerie royale du Canada. Qiu est connue pour ses recherches virales, notamment sur un traitement contre le virus Ebola et sur le virus du SRAS, qui est de la même famille que le COVID-19. Le Service canadien du renseignement de sécurité a longtemps mis en garde contre l’espionnage parrainé par l’État et a constaté que la Chine constituait un problème particulier.

Les bureaux de contre-espionnage du FBI et un certain nombre d’autres services dans le monde ont lancé de nombreuses mises en garde contre les opérations agressives des services de renseignement chinois, sans parler du nombre élevé d’individus arrêtés ou emprisonnés pour espionnage au profit de la Chine. Alors que de nombreux rapports font état de la pénétration chinoise et de l’infiltration de nombreux gouvernements occidentaux, la communauté du renseignement américaine (IC) et nos alliés sont très en retard pour se défendre contre cette agression. La CI doit passer à la vitesse supérieure et mener le monde libre dans une bonne offensive pour fournir cette défense qui nous fait tant défaut. Nous pouvons commencer par un briefing défensif pour chacun des 50 États qui sont actuellement pris individuellement pour cible par la Chine.

Brad Johnson a pris sa retraite en tant qu’officier supérieur des opérations et chef de poste à la direction des opérations de l’Agence centrale de renseignement. Il a servi dans le pays et à l’étranger avec de nombreuses missions, souvent en période de conflit armé. Il a servi à l’étranger en soutien direct à la guerre contre le terrorisme. M. Johnson est un expert senior certifié en matière de contre-espionnage et possède une vaste expérience directe dans ce domaine. Il est un expert senior en matière de surveillance et de détection de surveillance. Il a une expertise avérée dans les environnements opérationnels dangereux, avec un niveau de formation très élevé et une expérience directe étendue dans le domaine de l’artisanat pour les zones dangereuses. Son expertise avérée s’étend également aux environnements opérationnels refusés (les plus difficiles et les plus restrictifs) avec les plus hauts niveaux de formation offerts partout au sein du gouvernement américain ou dans le monde et une vaste expérience directe. M. Johnson a servi plusieurs fois à l’étranger en tant que chef de la station. Il est membre de la Nation Cherokee, une tribu reconnue au niveau fédéral, et est actuellement président de l’organisation Americans for Intelligence Reform.


TOUT EST À VENIR DE CHINE

La thèse de Brad Johnson est la suivante : dans un effort pour détourner l’attention de son propre scandale de courrier électronique en plein essor, Hillary Clinton – ou quelqu’un de son entourage – a approché le directeur de la CIA (et ouvertement partisan) John Brennan pour créer les bases nécessaires à un scandale de collusion entre la Russie et l’Union européenne. La Russie est une source alimentaire budgétaire du Pentagone et sa raison d’être. Son statut d’ennemi ne sera jamais abandonné. Alors pourquoi ne pas faire de Poutine et Trump des jumeaux mauvais garçons ? L’Italie a une économie plus importante que la Russie.

La collusion russe crie à la diversion.

L’assentiment de Bill Clinton, en 1999, à l’inclusion de la Chine dans l’OMC devrait être appelé le laissez-passer de plusieurs billions de dollars. L’arc de déclin contrôlé de l’Amérique, commencé en 1973, a reçu un coup de pied rapide plus bas avec cette concession criminelle.

Bill Clinton de 1999 pousse le commerce de l’OMC avec la CHINE.

Tout ce que Clinton a dit ne se produira pas et n’est pas arrivé. Les Clintons ont mis un coup de vis et travaillent pour la CHINE.


Tous les articles d’opinion sont l’opinion de l’auteur et pas nécessairement celle d’American Military News. Si vous souhaitez soumettre un article d’opinion, veuillez envoyer un courriel à info@AmericanMilitaryNews.com.


Source 1: American Military News

Source 2: Fullspectrumdominoes