Q INFOS – SERBIE: Les Rothschild et G.Soros à la manoeuvre depuis des décennies.


Vous trouverez de nombreuses similitudes avec le plan antifa qui est instauré aux USA. Le même modèle exact a fonctionné pour @GeorgeSorass dans d’autres endroits du monde auparavant.


Il y a exactement 20 ans, George Soros a financé la révolution colorée et la fait exécutée par Otpor & Antifa, la Serbie a perdu sa souveraineté et est devenue un pays occupé.

Le 5 octobre 2000 est le jour où tout à commencer.

C’est le jour ou le Deep State, les ONG et les services de renseignements étrangers ont commencé à régner en provoquant le chaos et toutes les guerres inutiles sur la planète ainsi que la domination sur les peuples du monde.


En 1999 #GeorgeSoros a été entraîné dans le #ClintonCrimeFamily propagande «humanitaire» et est devenu un partisan de l’indépendance albanaise et allié à DioGuardi qui a présenté au Congrès une pétition, signée par 40 décideurs politiques de premier plan exhortant l’#US intervention dans les #Balkans. Avec la percée de sa fondation, l’Open Society et de HRW, George Soros était l’un des principaux sponsors de la station de radio @b92vesti de Belgrade . Il a fondé ensuite Otpor , une organisation qui a reçu des valises d’argent pour mener à bien une révolution colorée le 5 octobre 2000 en #Serbie. Il a renversé non seulement le président #SlobodanMilošević mais tout le gouvernement de #Yougoslavie et les responsables politiques qui avaient des liens avec l’ancien «régime». Depuis 2000, lorsque les démocrates sont arrivés au pouvoir, chaque président a été installé et contrôlé par le #DeepState .


Le 5 octobre 2000, la capitale de Serbie, Belgrade a été complètement détruit. Par les #AntifaTerrorists de Otpor ils ont incendié les bâtiments, les institutions, cassé les vitrines des magasins et volé des vêtements, des baskets, etc…puis ont organisé de violentes émeutes autour de la ville.

Suite après l’explication de la vidéo


Explication de la vidéo:

Les manifestants qui voulaient renverser Slobodan Milosevic ont tourné leur colère contre ses centres le Parlement et d’autres sites clés sont en ruines et en flammes. Le pouvoir du président yougoslave semblait au bord de l’effondrement. Ses opposants semblaient convaincus qu’ils détenaient déjà un contrôle ferme du pouvoir. Le challenger Vojislav Kostunica s’est adressé à une foule en liesse depuis le balcon de l’hôtel de ville et ses collaborateurs ont négocié les promesses de sécurité des commandants de police.

« Ce que nous faisons aujourd’hui, c’est écrire l’histoire », a proclamé Kostunica, qui, selon les forces de l’opposition, a remporté les élections du 24 septembre.

Le soulèvement s’est développé à une vitesse stupéfiante il a gonflé alors que les forces de sécurité se montraient peu disposées à combattre la plus grande manifestation anti-Milosevic jamais organisée. De nombreux policiers sont abattu. Ils se sont joints à la foule en agitant le drapeau et ont traversé le centre de Belgrade à travers des nuages de gaz lacrymogènes. Le bâtiment du Parlement, le centre de diffusion de l’État et les commissariats de police sont tombés en succession rapide. Les manifestants ont jeté des documents et des portraits de Milosevic à travers les vitres brisées du bâtiment du Parlement fédéral. De la fumée s’échappe des autres pièces. Des dizaines de personnes ont été blessées, selon les témoins. Certains policiers qui ont tiré sur les manifestants ont été battus.

La conquête du Parlement est hautement symbolique.

Mais la perte de la chaîne de télévision publique et du journal gouvernemental Poliltika a été considérée comme un coup dur pour Milosevic le privant de ses plus grands outils de propagande et de sa capacité pour rallier ce qui reste de ses partisans. Même l’agence de presse Tanjug, gérée par l’État, a rompu les rangs et a déclaré qu’elle ferait des reportages « honnêtes et objectifs » et ne suivrait plus la ligne du gouvernement.

Elle a qualifié Kostunica de « président élu ».

Les succès dominos de l’opposition n’ont pas totalement effacé les craintes que Milosevic puisse encore riposter. Kostunica a demandé à ses partisans de rester dans les rues jusqu’à l’aube pour tenter de bloquer toute éventuelle contre-attaque des militaires. Il a également appelé les gens de la campagne à se rendre à Belgrade pour les rassemblements du vendredi. La foule a chanté pour l’arrestation de Milosevic. Kostunica a répondu : « Il n’a pas besoin d’être arrêté. Il s’est arrêté lui-même il y a longtemps ». Il n’y a pas eu de réaction immédiate de la part de Milosevic ou de son entourage. On craignait que le chaos ne lui permette de déclarer la loi martiale et de s’en prendre à ses ennemis s’il le peut encore. Une déclaration de son parti socialiste de Serbie disait qu’il allait « lutter contre la violence et la destruction » avec « toute sa force et dans toutes les institutions de l’Etat ». L’armée yougoslave est restée dans les casernes et il n’est pas clair si elle est resté fidèle à Milosevic. Mais ses forces de sécurité ordinaires semblent se désintégrer, les manifestants s’emparant des commissariats de police sans combattre. Le niveau de défi a été sans précédent dans les 55 ans d’histoire communiste de la Yougoslavie.

On ne savait pas où se trouvait Milosevic.

Mais il y avait une forte présence policière autour du complexe de Milosevic dans le quartier de Dedinje à Belgrade. À Washington, le porte-parole du Pentagone Kenneth Bacon a déclaré que les responsables américains pensaient que Milosevic était toujours à Belgrade. Au cas où il aurait tenté de s’enfuir par voie terrestre, les fonctionnaires bulgares ont placé les gardes-frontières en état d’alerte supplémentaire. La Cour constitutionnelle yougoslave, contrôlée par Milosevic, a rendu une décision mercredi qu’un juge a dit a annulé le vote. La décision a suscité l’indignation des partisans de l’opposition, qui ont afflué à Belgrade de tout le pays pour un grand rassemblement. Mais la violence a rapidement éclaté, ce qui laisse à penser que les dirigeants de l’opposition n’avaient que peu de contrôle sur certaines factions qui sont peut-être davantage motivées par la frustration liée à la désastreuse économie yougoslave. Une tentative de prise d’assaut du parlement a été repoussée par les gaz lacrymogènes.

Mais les manifestants ont fini par percer.


Suite d’avant vidéo

Dans la Serbie et la provinces serbe du Kosovo, GeorgeSoros progresse dans plusieurs voies, en essayant de reprendre le complexe minier, la production d’énergie, l’industrie alimentaire, les médias … La première voie, depuis quelque temps, est occupée par George Soros qui représente le levier crucial, pour l’expansion des #Rothschilds vers l’est et le premier émissaire de Nathan Rothschild en Serbie. Il installe ainsi la «démocratie» et la «société civile» dans des pays qui ont souffert et ont été épuisés pendant le #communisme , le même communisme qui a été imposé dans ces pays par les mêmes Rothschilds.

Nasty dictateur communiste comme #Tito qui avait été installé dans la #Yougoslavie par eux. En Serbie, cette éminence grise a préparé le terrain pour Nathaniel Rothschild et est un créateur important pour la politique, le juridique, l’économique, culturelle et médiatique, pour une nouvelle image de la Serbie, société jusqu’à ce jour. En route vers la réalisation de ses objectifs, George Soros cherche à obtenir l’indépendance du Kosovo, les larmes Serbe tombent, séparer et détruire l’église orthodoxe Serbe, la langue Serbe, l’alphabet cyrillique Serbe, l’histoire Serbe, etc…Soros n’est pas le seul à suivre ce programme de destruction de la Serbie, il le fait en collaboration avec les Jésuits & le Vatican, l’Allemagne et l’Autriche qui représentent #EU et les principaux atouts du Deep State et, bien sûr, les sionistes qui sont au sommet de la pyramide.

La chose la plus douloureuse faite à la Serbie était le déchirement agressif de la province serbe du Kosovo qui est devenu peu après le berceau du Deep State .

Pourquoi le Kosovo a été le prix à partir de la Serbie?

Suivez l’argent!

Threaddreaderapp

Antiwar

Lawfulpath

Aboutthungary

L’Indépendance du Kosovo est dans l’intérêt des Rothshilds, car c’est le «Koweït serbe» pour eux, avec d’énormes réserves de plomb, de zinc, d’or, de charbon… Depuis l’occupation du Kosovo, Soros a investi beaucoup d’argent et d’efforts pour s’emparer des mines de Trepča. Aujourd’hui, pas seulement George Soros et la famille Rothschild possède de nombreuses entreprises Serbe et Kosovar, mais L’Allemagne, l’Autriche ainsi que L’EU, ils ont tous profité des guerres Yougoslaves qu’ils ont provoquées en premier lieu avec l’OTAN sous prétexte d’intervention humanitaire. Attaquer la Serbie et s’emparer du Kosovo était nécessaire pour justifier au Deep State d’être stationné dans les Régions des Balkans. Après une propagande très bien exécutée sur la diabolisation Serbes par les Fakes Medias puis l’opinion publique mondiale pour soutenir l’OTAN qui a fait que l’attaque est devenue virale.

C’était juste la Serbie contre le Monde, combattant 16 armées, #KLA les terroristes, #AlQaeda et les moudjahidines de MEA. D’après l’histoire, vous pouvez voir quelles en ont été les conséquences … Apprenez de l’expérience Serbe et luttez contre un DeepState qui vise le #NWO à l’ordre du jour.

Voir le lien ICI


Source : ICI