Q HISTOIRE – « Les enfants appartiennent à l’État et les parents ne sont que des locataires d’enfants ».

« Pour la réussite de notre « Plan Mondial: [Le Plan Rouge] »,

il nous faut faire implanter dans toutes les Sociétés Occidentales des années 70’, des « Bureaux pour la Protection de l’Enfance » dont les fonctionnaires (de jeunes intellectuels sans expérience, fraîchement sortis d’Universités où sont mis en évidence nos principes mondialistes), feront respecter à la lettre, sans discernement,

la « Charte des Droits de l’Enfant ».

DPJ – Les enfants appartiennent à l’État et les parents ne sont que des locataires des enfants

Qui osera s’opposer à cela sans en même temps être identifié aux barbaries du Moyen Age ? Cette « Charte » laborieusement mise au point dans nos « Loges », nous permettra enfin de réduire à néant toute autorité parentale en faisant éclater la famille en individus farouchement opposés les uns aux autres pour la protection de leurs intérêts personnels. Elle encouragera les enfants à dénoncer des parents trop autoritaires parce que trop traditionnels, trop religieux.

Elle contribuera ainsi à soumettre les parents à une « Psychose Collective de la Peur »; ce qui provoquera inéluctablement, d’une manière générale dans la société, un relâchement de l’autorité parentale. Ainsi nous aurons réussi, dans un premier temps, à produire une société semblable à celle de la Russie des années 50’ où les enfants dénonçaient à l’Etat leurs parents, et cela sans que personne ne s’en aperçoive.

En transférant ainsi à l’Etat le « Rôle Parental », il nous sera plus facile, par la suite, de nous accaparer, une par une, de toutes les responsabilités qui avaient été, jusqu’à date, du ressort exclusif des parents.

C’est ainsi que nous pourrons faire considérer par tous comme étant un abus contre l’enfant, l’enseignement religieux traditionnel d’origine Judéo-Chrétienne. Dans un même temps, mais à un autre niveau, nous ferons inscrire dans les plus hautes Lois des Nations, que toutes les Religions, les Cultes et les Pratiques religieuses de tous genres, y compris la « Sorcellerie et la Magie » doivent toutes être respectées au même titre les unes que les autres.

Ce sera par la suite d’une aisance déconcertante que de transférer ce rôle de l’Etat par rapport à l’enfant aux plus hautes instances internationales, telles les Nations-Unies. Comprenons bien ceci: « Notre but n’est pas de protéger les enfants ou qui que ce soit d’autre, mais bien de provoquer l’éclatement, puis la chute des Nations qui sont un obstacle majeur à la mise en place de notre « Nouvel Ordre Mondial ».

C’est la raison pour laquelle les « Bureaux de Protection de l’Enfance » doivent être investis d’une autorité légale absolue. Ils doivent être en mesure, comme bon leur semblera, mais toujours sous le prétexte de la protection de l’enfant, de pouvoir retirer ces derniers de leurs milieux familiaux originels, et les placer dans des milieux familiaux étrangers ou des Centres gouvernementaux déjà acquis à nos principes mondialistes et a-religieux. Par conséquent, sera ainsi achevée la brisure définitive de la « Cellule Familiale Occidentale ».


« Fin juin de 1967 marque les derniers préparatifs de la mise au point du plan de la « chute des nations » par les hautes instances de la franc-maçonnerie anglo-saxonne à Toronto (Canada). Cette réunion secrète, hautement confidentielle, est organisée par les « 6. 6. 6 ». (comme ils se nomment eux-mêmes), ceux qui dirigent les 6 plus grandes banques mondiales, les 6 plus grands consortiums énergétiques de la planète (dont le pétrole), et les 6 plus grands consortiums de l’agro-alimentaire (dont le contrôle des principales routes alimentaires du monde).
Ces 6. 6. 6. , étant les plus hauts responsables de la finance internationale, vont définir, à l’intérieur de leur réunion, une « stratégie commune » en vue de la mainmise absolue sur le « commerce mondial » ; sur la possession de l’arme énergétique (porte ouverte sur le XXI siècle) ; et sur le contrôle international de l’agroalimentaire (lequel comprend aussi, pour eux, les consortiums pharmaceutiques comprenant, à leur tour, le marché mondial des « vitamines » et des « vaccins »)
.

Dans cet ouvrage, Serge Monast nous dévoile deux documents explosifs et confidentiels s’intitulant « Panem et circenses » (rapport officiel de juin 1967des 6. 6. 6. sur le projet du « génocide du vital au profit du rentable occulte ») & « l’Aurore rouge » (rapport officiel de juin 1985 des 6. 6. 6. visant en 27 protocoles, au contrôle total de la planète par la main-mise sur le F. M. I. , le G. A. T. T.
, la commission de Bruxelles, l’OTAN, l’O. N. U. , ainsi que d’autres organismes internationales. A la révision des événements survenus depuis les vingtcinq dernières années, il apparaît que le scénario décrit dans ces deux documents confidentiels nous permet de mieux comprendre ce qui, jusqu’à aujourd’hui, paraissait des plus incompréhensibles à plus d’un. »


Car sans la protection et la surveillance de leurs parents originaux, ces enfants pourront ainsi être définitivement handicapés dans leur développement psychologique et moral, et représenter, par voie de conséquence naturelle, des proies facilement adaptables à nos visées mondialistes. Pour la réussite assurée d’une telle entreprise, il est primordial que les fonctionnaires travaillant dans ces « Bureaux » au service de l’Etat, soient jeunes, sans expérience passée, imbus de théories que nous savons vides et sans efficacité, et surtout, soient obsédés par l’esprit missionnaire de grands protecteurs de l’enfance menacée.

Car pour eux, tous les parents doivent représenter des criminels en puissance, des dangers potentiels au bien-être de l’enfant ici considéré comme étant un « Dieu ». Un « Bureau de la Protection de l’Enfance » et une « Charte des Droits de l’Enfant » n’ont aucune raison d’être sans enfants menacés. De plus, les exceptions et les exemples historiques utilisés pour leur mise en place finiraient, tôt ou tard, par disparaître s’ils n’étaient pas constamment alimentés par de nouveaux cas se produisant sur une base continue.

En ce sens, nous devons infiltrer le « Système d’éducation » des Nations pour y faire disparaître, sous le couvercle de la « Modernité » et de « l’Evolution », l’enseignement de la Religion, de l’Histoire, de la Bienséance tout en diluant, en même temps, sous une avalanche d’expérimentations nouvelles dans le milieu de l’Education, celui de la langue et des mathématiques.

De cette manière, en enlevant aux jeunes générations, toute base et toute frontière morales, toute connaissance du passé (donc toute fierté nationale), donc tout respect d’autrui, tout pouvoir par la connaissance du langage et des sciences (donc sur la réalité), nous contribuerons à fabriquer une jeunesse largement disposée à toutes les formes de délinquance.  »

Protocole de Toronto – Serge Monast (Journaliste)


PROTOCOLE DES 666 – TORONTO 1967 (Serge Monast)

Monast inspiré par les travaux de William Guy Carr.

Au début des années 1990, il se consacre à la rédaction d’ouvrages sur le thème du Nouvel Ordre Mondial et de conspirations ourdies par des sociétés secrètes, en particulier par les Illuminati. Il fonde l’Agence Internationale de Presse libre (AIPL) où il publie la plupart de ses enquêtes.

En 1995, il fait paraître un document intitulé les « Protocoles de Toronto », un livre fait selon le modèle des Protocoles des sages de Sion où il dévoile l’activité secrète d’un groupe maçonnique, les « 666 », rassemblant tous les vingt ans les puissants de ce monde en vue de l’établissement du Nouvel Ordre Mondial et du contrôle mental des individus. Monast se disait filé par les forces policières pour avoir trempé dans des « réseaux d’informations interdites ».

Il meurt d’une crise cardiaque le 5 décembre 1996.


Révélations de Serge Monast sur l’instauration du N.O.M. (Emission Ésotérisme expérimental)

Dans les années 90 Serge Monast de l’Agence Internationale de la Presse Libre, dont les activités étaient uniquement axées sur le journalisme d’enquête internationale aux niveaux économique, politique, militaire et médical, dévoilait des informations si stupéfiantes qu’elles lui coûtèrent la vie. Ses informations se confirmèrent les unes après les autres. Il était informé par des politiciens repentis, des agents des services secrets écœurés ; il recevait également des documents classifiés, ultra confidentiels, souvent anonymement ou transmis par des confrères situés aux quatre coins du monde. (Extrait de l’émission Ésotérisme Expérimental) NB : Ce sont des émissions anciennes, et le son n’est pas exceptionnel.

Si vous avez la fonction Dolby, je vous conseille de l’activer, ou bien de vous équiper d’un casque.


Voir aussi Guy Boulianne:

« La dénonciation des Conspirations par Serge Monast se confirme de jour en jour ! »