Q SCOOP – Bolivie: Les manifestants exigent le départ de la Présidente par intérim

Drapeau de la Bolivie

Publié le 11/08/2020


Les barrages routiers et les manifestations débuté il y a une semaine prennent de l’ampleur en #Bolivie. Les manifestants exigent le départ de la Présidente par intérim et demandent des élections le plus tôt possible.

#Bolivia #BoliviaEnRevolucion


Bolivie : nous avons déposé une plainte auprès de l’ONU au sujet des massacres de Sacaba et Senkata

Photo : Abad Miranda


le 11 août 2020 Neuf mois après la rupture institutionnelle en Bolivie, nous avons dénoncé le gouvernement de facto aux Nations unies pour les exécutions extrajudiciaires et autres graves violations des droits de l’homme et son impunité.

Le CELS, le Réseau andin d’information, l’Association pour les droits de l’homme en Bolivie, le Réseau universitaire des droits de l’homme et d’autres organisations ont présenté deux plaintes aux Nations unies concernant les massacres de Sacaba (Cochabamba, 15 novembre 2019) et de Senkata (El Alto, La Paz, 19 novembre 2019). Tous deux se sont produits après la démission forcée d’Evo Morales, suivie de la prise de pouvoir illégitime de Jeanine Áñez, soutenue par les forces armées.

Les nombreuses preuves envoyées montrent qu’à Sacaba comme à Senkata, les forces armées et la police ont réprimé avec des armes mortelles les manifestations contre le gouvernement d’Áñez et pour la défense de la Wiphala, faisant 21 morts et plus de 70 blessés. Le 14 novembre, la veille du massacre de Sacaba, Áñez a signé un décret pour garantir l’impunité des forces armées. Aucun soin médical n’a été fourni aux victimes de la répression. Au contraire, dans les deux massacres, les témoignages rapportent que ceux qui sont venus apporter de l’aide ont également été abattus. La violence a continué dans les hôpitaux : les victimes ont été harcelées par la police et par le même personnel de santé, qui les a humiliées pour leur prétendue affinité avec le MAS et pour des délits racistes.

Les plaintes présentées au Rapporteur sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires et au Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire sont fondées sur des preuves abondantes, notamment des dizaines de fichiers audio, images, vidéos et d’entretiens obtenus par des organisations boliviennes et internationales et systématisés en collaboration avec des organisations alliées. Les témoignages recueillis par la Délégation argentine de solidarité avec le peuple bolivien lors de la mission dans le pays dix jours après les massacres ont également servi d’apport.

Neuf mois plus tard

Depuis lors, Jeanine Áñez a abrogé le décret d’impunité, mais aucune enquête n’a été menée pour déterminer les responsables des exécutions et les graves blessures causées à ceux qui ont exercé leur droit de manifester. Au contraire, dans les semaines qui ont suivi ces événements, des preuves ont été détruites, de nombreux témoins ont été menacés et torturés, et les forces armées et de sécurité ont refusé à l’accusation toute information sur les commandants des opérations, les unités mobilisées et les armes qu’elles portaient. Plus inquiétant encore, des personnes continuent d’être détenues arbitrairement pour leur participation aux manifestations de novembre. Les victimes ne reçoivent toujours aucune aide. De nombreuses personnes se sont endettées pour payer les soins médicaux et ont des blessures qui les empêchent de travailler.

La persécution politique, la restriction, la répression et la criminalisation de la protestation n’ont pas cessé et s’aggravent en Bolivie. Ces dernières semaines, face à la nouvelle date des élections du 18 octobre, les mouvements syndicaux et paysans ont déterminé des mobilisations dans tout le pays. Le gouvernement de facto attribue le manque de fournitures hospitalières pour la lutte contre Covid-19 aux barrages routiers – même si le passage des aides et des ambulances n’a pas été bloqué – et se prépare à répondre par des mesures répressives. Il y a également des groupes civils armés qui se mobilisent contre les manifestants.

La communauté internationale doit continuer à exiger la vérité et la justice pour les victimes de Sacaba et Senkata, à exiger la libération immédiate des personnes emprisonnées arbitrairement et à surveiller la situation des droits de l’homme en Bolivie jusqu’à ce que la démocratie soit rétablie dans le pays.



Quand Jeanine Añez faisait son coup d’état, la France criait au sursaut démocratique. Aujourd’hui, le peuple se soulève pour retrouver sa liberté et on ne l’entend plus. Ce choix est conscient. Ne les laissons pas faire

#Bolivia#BoliviaEnRevolución


Bolivie aujourd hui….des jeunes « résistants » débloquent les rues…et font beaucoup de cinéma et d’ images..(voir le vrai faux blessé) …la vraie guerre est digitale.. Et la police regarde et laisse faire .


Ambiance de guerre la nuit dernière en Bolivie, où les paysans résistent avec des feux d’artifice aux attaques armées des forces de police et paramilitaires lourdement armées.


Source : CELS