Covid-19 en Guyane : « Je n’ai pas vocation » à appeler les guyanais à se faire vacciner, déclare Christiane Taubira


Covid-19 en Guyane : « Je n’ai pas vocation » à appeler les guyanais à se faire vacciner, déclare Christiane Taubira

Publié le 23.9.2021 par Epoch Times avec AFP

(Photo : RAUL ARBOLEDA/AFP via Getty Images)
(Photo : RAUL ARBOLEDA/AFP via Getty Images)

L’ex-ministre Christiane Taubira s’est refusée ce jeudi à appeler la population de la Guyane, dont elle est originaire, à se faire vacciner contre le virus du Covid-19, maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois).

Interrogée sur RTL sur les raisons pour lesquelles elle ne leur a pas lancé d’appel à se faire vacciner massivement, Christiane Taubira a estimé qu’elle n’avait « pas vocation » à le faire.

« Je suis un responsable politique qui n’est pas en exercice et qui par conséquent ne dispose pas des éléments d’information qui lui permettraient formellement soit de donner consigne, soit de considérer qu’au vu et au regard de ces éléments d’information je considère que je tiens un propos responsable et je regarde comment fonctionne la société », a déclaré Mme Taubira.

« Les Guyanais prennent au sérieux la question de la santé »

Alors qu’on lui faisait remarquer que cette position était « facile » pour l’ex-députée de Guyane, dont la parole est pourtant considérée comme forte, elle a fait valoir que c’était justement « parce que cette parole  forte »  je « ne la décrédibilise pas »« La question du poids, de la légitimité, de la crédibilité de la parole publique est une vraie question », a-t-elle ajouté.

À cet égard, « nommer une médiatrice ou un médiateur » serait « responsable »« parce que manifestement il n’y a plus de capacité d’entente entre la parole officielle, les autorités sur place », et les Guyanais, a-t-elle expliqué. Mme Taubira a en outre estimé qu’« avant de culpabiliser les Guyanais, les Guyanais doivent prendre et prennent au sérieux la question de la santé ».

Soulignant l’éloignement de la Guyane par rapport à la métropole, elle a encore argué « qu’on ne peut pas faire la même analyse » pour les deux territoires, où les taux de vaccination sont « pratiquement inverses ».

Source