« Je ne peux pas appliquer la loi » : le directeur du CHU de Guadeloupe peine à suspendre les agents non vaccinés.


Les boycotts fonctionnent continuons le combat…

« Je ne peux pas appliquer la loi » : le directeur du CHU de Guadeloupe peine à suspendre les agents non vaccinés.

Publié le 18.9.2021 par Epoch Times avec AFP


Entrée du CHU de Pointe-a-Pitre, dans le département français d'outre-mer des Caraïbes, la Guadeloupe.  (Photo : SYLVERE SELBONNE/AFP/GettyImages)
Entrée du CHU de Pointe-a-Pitre, dans le département français d’outre-mer des Caraïbes, la Guadeloupe. (Photo : SYLVERE SELBONNE/AFP/GettyImages)

Le directeur général du CHU de Guadeloupe, où plus de 70% des agents ne sont pas vaccinés contre le Covid-19, a estimé le 17 septembre être « dans l’impossibilité » de les suspendre, comme le prévoit la loi sur l’obligation vaccinale, entrée en vigueur mercredi.

« Je ne peux pas appliquer la loi », a affirmé Gérard Cotellon, le directeur de l’établissement hospitalier où 74,19% du personnel non médical n’a pas encore entamé de parcours vaccinal. Une situation qui le met « dans l’impossibilité » de suspendre les agents non vaccinés, sous peine de pénaliser l’activité du CHU, a-t-il estimé.

« Je prends donc sur moi cette responsabilité de faire tourner l’hôpital, malgré la loi », a-t-il déploré.

Une demande en référé d’une infirmière du CHU, qui voulait faire suspendre une note de la direction de l’hôpital rappelant l’obligation vaccinale pour le personnel de santé, a été rejetée par le tribunal administratif de l’île, a annoncé ce dernier dans un communiqué le 17 septembre.

Nouvelle plainte contre X

Depuis le début de la pandémie du Covid-19, maladie causée par le virus du PCC (Parti communiste chinois), les autorités en Guadeloupe se heurtent à une très forte opposition à la gestion de la crise sanitaire.

Le syndicat Union générale des travailleurs de Guadeloupe et le collectif LKP (Lyannaj Konrt Pwofitasyion), qui militent contre l’obligation vaccinale, ont déposé mardi une nouvelle plainte contre X, mettant en avant, entre autres, « l’afflux de visiteurs » pendant les vacances d’été et l’état du système hospitalier en Guadeloupe.

Source