Q SCOOP – Financement libyen : Mimi Marchand, figure de la presse people, mise en examen.


Tableau des Matières

Financement libyen : Mimi Marchand

Qui est mimi Marchand voir l’article Qactus

Financement libyen. Qui est Mimi Marchand


La sphère Sarkozy Macron se délite, les petits dominos démarrent leur chute pour entraîner les plus grands, c’est parti…..

Financement libyen : Mimi Marchand, figure de la presse people, mise en examen

Publié le 5.6.2021 par Epoch Times avec AFP


Mimi Marchand et Brigitte Macron dans les rues du Touquet le 22 avril 2017. (ERIC FEFERBERG/AFP via Getty Images)
Mimi Marchand et Brigitte Macron dans les rues du Touquet le 22 avril 2017. (ERIC FEFERBERG/AFP via Getty Images)

Mimi Marchand, célèbre figure de la presse people, a été mise en examen samedi pour « subornation de témoin » sur l’intermédiaire sulfureux Ziad Takieddine, dans un nouveau volet de l’affaire du financement libyen présumé de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007.

Au terme de deux jours de garde à vue, la patronne de l’agence de paparazzi BestImage, Michèle Marchand, a été présentée samedi à un juge d’instruction parisien, qui l’a également mise en examen pour « association de malfaiteurs en vue de commettre une escroquerie en bande organisée » et placée sous contrôle judiciaire, a indiqué à l’AFP son avocate, Me Caroline Toby.

« Elle conteste fermement les faits reprochés », a souligné cette dernière.

Surnommée « Mimi », cette figure haute en couleurs de la presse people, devenue proche du couple Macron, avait été placée en garde à vue jeudi à l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff), dans une enquête ouverte à la suite d’un entretien accordé en novembre dernier par Ziad Takieddine à un journaliste de l’hebdomadaire Paris Match, qui s’était rendu au Liban avec un photographe de BestImage.

Dans cette interview, Ziad Takieddine avait retiré ses déclarations contre Nicolas Sarkozy, alors qu’il l’accusait depuis des années d’avoir touché de l’argent pour sa campagne présidentielle de 2007 de la part du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.

L’intermédiaire franco-libanais, en fuite au Liban depuis sa condamnation en juin 2020 à cinq ans de prison ferme dans le volet financier de l’affaire Karachi, avait aussi parlé brièvement à BFMTV depuis Beyrouth.

« La vérité éclate », avait immédiatement triomphé l’ancien chef de l’État.

Ces déclarations avaient amené le procureur national financier Jean-François Bohnert à souligner que les mises en examen de Nicolas Sarkozy dans cette enquête ne s’appuyaient pas seulement sur les déclarations de M. Takieddine.

Deux mois plus tard, interrogé le 14 janvier à Beyrouth par les juges d’instruction Aude Buresi et Marc Sommerer, chargés du dossier libyen, l’intermédiaire, connu pour sa versatilité, avait déclaré qu’il ne confirmait « pas les propos » de l’entretien, prétendant qu’ils avaient été « déformés » par Paris Match, qui « appartient à un ami de Sarkozy ».

L’hebdomadaire est la propriété du groupe Lagardère, dont Nicolas Sarkozy est membre du conseil de surveillance.

M. Takieddine était donc revenu à sa première version, selon laquelle la campagne présidentielle 2007 de M. Sarkozy avait reçu l’apport de fonds libyens. Tout en insistant sur le fait que lui n’y était pour rien.

L’entretien à Paris Match avait été publié peu après son incarcération au Liban dans le cadre d’une procédure judiciaire engagée contre lui. Le quotidien Libération avait évoqué en mars des mouvements de fonds suspects, évoquant de possibles tractations en marge de l’interview.

Mimi Marchand « a agi en qualité de journaliste qui a eu l’exclusivité de cette interview de M. Takieddine », a déclaré samedi Me Caroline Toby. « Elle n’a fait qu’organiser les photos et l’interview, dans le périmètre de son métier », a-t-elle expliqué.

Cinq autres personnes avaient également été placées en garde à vue jeudi dans cette information judiciaire ouverte le 7 mai, après près d’un mois d’enquête préliminaire, a indiqué samedi le parquet national financier dans un communiqué.

Le journaliste de Paris Match, François de Labarre, avait été libéré dans la soirée, sans poursuite à ce stade.

Les quatre autres ont aussi été mises en examen samedi, selon le PNF.

Parmi elles, le publicitaire Arnaud de la Villesbrunne, ancien directeur de l’agence Publicis. « Mon client a à peine compris les termes de sa mise en examen tant il se sent étranger à tout cela, et il s’en expliquera plus tard devant les juges », a déclaré à l’AFP son avocat, Me Eric Morain.

L’homme d’affaires Pierre Reynaud et Noël Dubus, un homme déjà condamné pour escroquerie, figurent aussi parmi les personnes poursuivies.

Selon Le Parisien, Noël Dubus, qui s’est rendu à deux reprises à Beyrouth pour y rencontrer M. Takieddine avant sa rétractation, aurait bénéficié de versements suspects, via M. Villesbrunne, qui était un des prestataires de la campagne présidentielle de M. Sarkozy.

Selon le quotidien Libération, l’homme d’affaire Pierre Reynaud aurait, quant à lui, avancé à M. Dubus des fonds à remettre à M. Takieddine.

Retour au Menu


Qui est mimi Marchand voir l’article Qactus ci-dessous sur le sujet :

Femme d’affaire pour la Fachosphère Sarko/Macroniste, prostitutions et drogue, enfin affaires en tous genres….

Retour au Menu


Financement libyen. Qui est Mimi Marchand, reine de la presse people mise en examen ?

Mimi Marchand a été mise en examen dans l’affaire du financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007. Mais qui est cette femme, considérée comme la reine de la presse people ?

Ouest-France avec AFP. Publié le 06/06/2021

Mimi Marchand, en décembre 2017 à Paris. | CHARLES PLATIAU / ARCHIVES REUTERS

Reine des paparazzis, proche des Sarkozy puis gardienne de l’image des Macron, Michèle Marchand, alias « Mimi », mise en examen samedi 5 juin, s’est hissée jusqu’aux ors élyséens au terme d’un parcours étonnant, passant par les milieux interlopes et la prison.

Conseillère informelle, mais également patronne de presse, les contours de son action au palais présidentiel sont toujours restés flous, entre communication et photojournalisme.

Femme de l’ombre, avant ses péripéties judiciaires liées à l’affaire Takieddine, elle avait été mise en pleine lumière par une biographie non autorisée publiée en 2019.

« Elle a tout fait »

La Raspoutine de l’Élysée ​pour le journal espagnol El PaisBalzac dans les coulisses du pouvoir ​pour le quotidien belge Le Soir ou encore Le loup dans la bergerie Macron ​pour le français Le Monde : son parcours relaté dans ce livre est tellement étonnant, son profil tellement atypique, que la presse file les métaphores.

Elle a tout fait​, écrivent les journalistes Jean-Michel Décugis (Le Parisien), Marc Leplongeon (Le Point) et la romancière Pauline Guéna, auteurs de Mimi, publié chez Grasset.

Garagiste, tenancière de night-club, amie de policiers, de voyous, du monde de la nuit parisienne, elle a tissé au cours des années des amitiés qu’elle a parfaitement exploitées.

À l’origine de plusieurs night-clubs

Âgée de 74 ans, Mimi est née en banlieue parisienne dans une famille modeste. Mère avant vingt ans, elle va faire réparer un jour des années 1970 sa voiture dans un garage parisien. Au final, elle s’associe dans l’affaire et se met en couple avec le patron. Le garage est ouvert 24 h/24 h et voit défiler les milieux interlopes de la nuit parisienne.

Dans les années 1980, c’est un autre Garage ​qu’elle reprend, du nom d’une boîte parisienne aux dames très déshabillées. Elle montera d’autres night-clubs dont Le Cirque, une boîte gay où défilent les stars.

Elle a réussi à se constituer de réelles amitiés parmi les stars​, se souvient un communicant qui l’a côtoyée.

« Une seule règle : rester, à peu près, vraisemblable »

Ces contacts, elle va les mettre au service d’une carrière dans la presse people. En 1995, elle entre au magazine Voici où elle se rend immédiatement indispensable. 99,9 % des sujets people viennent d’elle, assure un expert du secteur.

J’ai collaboré avec Voici à l’époque où elle y était […] Elle travaillait beaucoup sur la famille de Monaco et tous les people, Depardieu, Hallyday…, assure une autre source.

Les histoires sont parfois vraies, souvent fausses. Une seule règle : rester, à peu près, vraisemblable​, assurent les auteurs de la biographie.

« Responsable de la peopolisation de la vie politique »

Aventureuse et madrée, Mimi Marchand trébuche parfois, rappellent-ils. Dans les années 1980, elle fait de la détention provisoire pour ses liaisons dangereuses avec son compagnon Hafed le rouge, accusé du plus gros braquage de France. En 1998, elle est condamnée à trois ans de sursis pour un trafic de cannabis qu’aurait monté un ancien compagnon.

Mais elle rebondit à chaque fois. Elle rachète l’agence de photographie du roi des paparazzis ​Daniel Angeli, qu’elle rebaptise Bestimage. Le succès est foudroyant : la photo en maillot de bain de Ségolène Royal, candidate socialiste à la présidentielle, les amours de Nicolas Sarkozy et Carla Bruni qu’elle connaît bien. Michèle Marchand a longtemps été une fidèle de son « Nicolas ». Elle détenait sa carte de grand donateur de l’UMP, rappelle une enquête parue dans Vanity Fair en 2017.

Elle est responsable de la peopolisation de la vie politique, assure François Hollande dans Mimi​.

« Elle a un pouvoir de contrôle »

Plutôt que de publier des photos volées, Mimi monte un sujet, en connivence avec la cibleElle arrive à angler les sujets comme elle veut. Elle a un pouvoir de contrôle, explique un membre de la presse people.

Brigitte Macron l’a bien compris. Par l’entremise de l’entrepreneur milliardaire Xavier Niel, Mimi la rencontre au printemps 2016 pendant un moment difficile de la campagne présidentielle : la solidité de son couple avec Emmanuel Macron, de 25 ans son cadet, est mise en doute, et des rumeurs bruissent sur la prétendue homosexualité du futur président.

Brigitte Macron est convaincue par Mimi et, en août 2016, le couple fait la une de Paris Match en amoureux à la plage.

Justice : faut-il filmer les procès ?

Après l’élection d’Emmanuel Macron, son agence intègre le comité de liaison de la presse présidentielle. Sans apparaître dans aucun organigramme, elle agit en coulisses pour protéger l’image des Macron. Mon job est de mettre la poussière sous le tapis, lui font dire les auteurs du livre.

Partager cet article

Financement libyen. Qui est Mimi Marchand, reine de la presse people mise en examen ?

Retour au Menu


Source 1

Source 2